X

La Dernière

Journée nationale du Carrot Cake et du départ des Anglais

This is America

D’origine moyenâgeuse avant de devenir une pâtisserie emblématique des États-Unis, le Carrot Cake mérite une célébration nationale, d’autant qu’il est (étonnamment) associé à un événement historique.

02/02/2018

C’est demain, le 3 février, que le pays de l’Oncle Sam fêtera le Carrot Cake, ce gâteau moelleux, naturellement sucré et dont les épices réchaufferont le mois le plus froid de l’année. Les foyers, les pâtisseries, les festivals régionaux, les petites et grandes surfaces vont mettre la main à la pâte pour proposer leurs versions propres. Et pour cause, devenu populaire aux États-unis et au-delà des frontières, le Carrot Cake a une histoire multinationale dont les ingrédients ont bien pris dans le melting-pot. Les colons, notamment britanniques, allemands et polonais y ont déposé leurs saveurs.
Selon les diverses études qui lui sont consacrées, le Carrot Cake a commencé par être suisse, et plus précisément une spécialité du canton d’Argovie où il est appelé Rüeblitorte. On lui connaît, néanmoins, une existence bien plus ancienne qui remonte au Moyen Âge européen quand le sucre était un produit coûteux et difficile à trouver. La carotte devenait ainsi un parfait substitut. Les historiens de l’alimentation ont retrouvé des recettes de Carrot Pudding datant de la fin du XVIe siècle. Mais ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’il a été question de Carrot Cake, notamment grâce à son association à un événement historique de taille impliquant le premier président américain, George Washington. Avant d’accéder à la première magistrature, en 1789, il fut l’inoubliable général qui avait dégusté un Carrot Cake pour célébrer, en 1783, le départ des Britanniques colonisant son pays depuis plus d’un siècle. Ce jour-là, pour célébrer l’événement, il s’était triomphalement rendu à cheval à la Fraunces Tavern (qui existe toujours), en plein Manhattan. Là, on lui avait offert ce désormais fameux gâteau aux carottes qu’il avait dégusté en compagnie de ses officiers, et arrosé de treize toasts symbolisant cette victoire.

Les carottes anglaises pour vaincre la Luftwaffe
Les vaincus « Brits » auront leur douce revanche plus tard, car avant de connaître son actuelle popularité américaine, le Carrot Cake avait fait un tabac au pays des Windsor en raison du rationnement imposé durant la Seconde Guerre mondiale. En 1941, le gouvernement britannique avait mené une campagne louant les bienfaits de la consommation de carottes pour une meilleure vue. En fait, cette publicité était destinée à camoufler le développement d’un système de radar nocturne pouvant détecter l’arrivée des bombardiers allemands de la Luftwaffe. Son utilisation par la Royal Air Force avait éveillé les soupçons de l’ennemi. Pour détourner son attention, le gouvernement avait invoqué la consommation par ses soldats de beaucoup de carottes. Sans être dupes et sans avoir non plus découvert le système de détection, les Allemands auraient été quand même troublés par la vision performante de l’ennemi. La population anglaise a cru, elle, en les vertus des carottes, les consommant plus que d’habitude sous toutes leurs formes, y compris en pâtisserie. Aux États-Unis, cette même guerre a donné prétexte à un homme d’affaires, George Page, qui, pour écouler ses boîtes de conserve de carottes, avait engagé un grand boulanger pour en promouvoir sa version gâteau!

Au Liban aussi
Par la suite, dans les années 60, l’Amérique a planché sur une formule plus « gourmet », qui vantait également son côté « healthy ». La fameuse marque « Philadelphia Cheese Cream » s’est présentée comme l’irremplaçable glaçage du Carrot Cake, alors que certains introduisaient dans la pâte des raisins secs et autres fruits secs. La forme cake anglais a d’abord été privilégiée puis les dérivés ont suivi, cupcakes, et autres gâteaux en plusieurs couches séparées par de la crème.
Chez nous également, cette spécialité américaine est très appréciée pour accompagner thé ou café. Hanane Haddad, fin cordon-bleu libanais, s’apprête à publier un livre de recettes de cuisine internationale. Après avoir séjourné aux États-Unis, elle se souvient encore de la célébration du Carrot Cake. Le sien est joliment orné de carottes en marzipan, accompagné de raisins secs hachés et intégrés à la pâte, pour mieux en dégager la saveur. En dégustant demain, une tranche de ce gâteau, fort présent dans nos maisons, on aura ainsi participé en douceur à sa célébration.


Dans la même rubrique

La beauté impose de nouvelles marques

Ivanka vs Oprah : la balle au centre

Joseph Abboud, le designer le plus « Made in America »

Après les fêtes, l’heure est au comfort food

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué