X

Liban

Défilé politique à Meerab : entre normalisation et alliances électorales

Partis

Ibrahim Kanaan fait état d'une possible rencontre entre Samir Geagea et Gebran Bassil.

Yara ABI AKL | OLJ
12/01/2018

Durant les dernières 48 heures, Meerab a été le théâtre d'un défilé politique. D'abord mercredi soir, Ibrahim Kanaan, député aouniste du Metn, s'est entretenu avec le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, en présence du ministre de l'Information, Melhem Riachi. Si certains observateurs ne peuvent que placer cet entretien dans la perspective des législatives prévues en mai prochain, dans certains milieux politiques on se veut plus pragmatique. L'heure est aujourd'hui à la normalisation des rapports entre les protagonistes, que cela pave la voie aux alliances électorales ou pas. Dans ce contexte, la rencontre de MM. Kanaan et Geagea est importante dans la mesure où elle intervient à l'heure où les relations entre les FL et le Courant patriotique libre passent par des troubles.

Pour rappel, les deux partis avaient divergé sur nombre de dossiers, dont notamment le plan de production de l'électricité élaboré par le ministre de l'Énergie et de l'Eau, César Abi Khalil (CPL), et les nominations et permutations judiciaires (jugées monochromes en faveur des aounistes), ainsi que sur les amendements à la nouvelle loi électorale exigées par le CPL en vue de « rectifier la représentativité », pour reprendre les termes du chef du courant aouniste, Gebran Bassil.

 

(Lire aussi : Le « chocolat » de Hariri, un pas vers la normalisation FL-Futur ?)

 

Interrogé par L'Orient-Le Jour, Ibrahim Kanaan insiste sur la pérennité de la réconciliation interchrétienne instaurée par l'accord de Meerab du 18 janvier 2016. « Toute entente devrait subir une évaluation après son entrée en vigueur pour pouvoir remédier aux lacunes qui l'entachent », souligne-t-il, assurant qu'« en dépit de toutes les divergences avec les FL, nous sommes liés par un accord stratégique qui a instauré une réconciliation que rien ne pourrait menacer ».

Selon le député aouniste, « la rencontre de mercredi a représenté une opportunité pour insister sur l'importance de l'entente entre les deux partis, dans la mesure où elle a instauré une stabilité au sein de la société chrétienne ». « Nous avons évoqué aussi les désaccords entre les deux formations, les meilleurs moyens à même d'y remédier et d'établir une vision commune », a ajouté Ibrahim Kanaan, faisant état d' « autres rencontres qui pourraient se tenir en présence de Gebran Bassil ».

À la question de savoir si l'entretien de mercredi pourrait paver la voie à une alliance électorale entre les deux partis, M. Kanaan fait valoir que l'accord de Meerab « n'a pas été conclu pour des buts électoraux ». Il s'empresse, toutefois, de souligner que cela ne signifie pas que le CPL et les FL ne seront pas alliés lors du scrutin de 2018. Mais sans plus pour l'instant.

 

(Lire aussi : Rapports FL-Kataëb : l’accalmie avant la normalisation ?)

 

Le PSP : Préserver la réconciliation de la Montagne
Les rencontres à caractère politico-électoral de Samir Geagea se sont poursuivies hier. Le chef des FL a ainsi reçu une délégation joumblattiste comprenant les députés Akram Chehayeb et Nehmé Tohmé. Était également présente Chantal Sarkis, secrétaire générale des FL. L'occasion pour les participants de réitérer leur attachement à la réconciliation druzo-chrétienne du 3 août 2001. C'est d'ailleurs ce qu'a déclaré M. Chehayeb à sa sortie de Meerab. « Nous avons insisté sur la préservation du vivre-ensemble et de la stabilité dans la Montagne », a-t-il dit. Et de poursuivre : « À quelque temps des législatives, nous avons passé en revue les alliances en présence et qui ont commencé à prendre forme d'une façon ou d'une autre. »

Concernant un éventuel rapprochement électoral entre le Parti socialiste progressiste et les FL, Akram Chehayeb a déclaré : « Nous espérons nous allier à toutes les forces politiques présentes à la Montagne. Mais un échec de cette option ne se répercutera pas sur les rapports politiques, dans la mesure où la nouvelle loi électorale implique un montage minutieux des listes. » M. Chehayeb emboîtait ainsi le pas au chef du PSP, Walid Joumblatt. Dans un entretien accordé mercredi soir à la Future TV, le leader druze avait fait part de son désir de voir les protagonistes présents à la Montagne unis dans le cadre d'une seule liste, en vue de renforcer la réconciliation de 2001.

Commentant l'initiative de son bloc en direction de Meerab, le ministre de l'Éducation, Marwan Hamadé, fait savoir que les joumblattistes sont « en train de mener des contacts en vue de former une large coalition politique dans la Montagne ». Faisant valoir que cette coalition ne serait pas une simple alliance électorale, le ministre de l'Éducation a placé, via L'OLJ, l'entretien de Meerab dans le cadre de « tours d'horizon pour passer en revue les programmes et pour discuter des formules à même d'assurer la meilleure représentation, au vu notamment de l'ambiguïté de la nouvelle loi électorale ».

 

(Lire aussi : Geagea à « L’OLJ » : Malgré les mésententes avec le CPL, les FL désirent consolider le sexennat)

 

Le Futur : Non à l'isolement des FL
Mais il reste que c'est surtout la rencontre tenue entre M. Geagea et le ministre de la Culture, Ghattas Khoury, conseiller politique du Premier ministre, Saad Hariri, qui est la plus importante. D'autant qu'elle intervient après une longue crise entre le courant du Futur et les FL. Les rapports entre les deux partis s'étaient gravement détériorés à la suite de la démission-surprise de M. Hariri, annoncée le 4 novembre dernier depuis Riyad. Et pour cause : les médias proches du 8 Mars avaient lancé une campagne dans le cadre de laquelle ils ont accusé Samir Geagea d'avoir incité le prince héritier saoudien, Mohammad ben Selmane, à exercer des pressions sur M. Hariri. Une campagne face à laquelle le courant du Futur a affiché un silence radio.

S'exprimant à l'issue de l'entretien d'hier, Ghattas Khoury a indiqué que « le but est de rétablir le contact avec M. Geagea, après une rupture à la suite de la dernière crise qu'a traversée le pays ». « Nous voulons éliminer tous les résidus de la phase précédente pour normaliser la relation FL-Futur », a-t-il dit, insistant sur la convergence des deux formations sur les dossiers stratégiques et politiques, ainsi que sur l'importance de tenir le Liban à l'écart des conflits régionaux». À une question portant sur une éventuelle alliance électorale entre les deux partis, Ghattas Khoury a répondu en assurant qu' « aucune formation n'a encore défini ses choix », assurant que « personne ne voudrait isoler qui que ce soit, encore moins les FL ».

La visite de M. Khoury chez les FL est intervenue au surlendemain d'une prise de position importante du bloc du Futur écartant implicitement la perspective d'une alliance à cinq (Futur, CPL, PSP, Amal et Hezbollah) excluant les FL et à l'heure où il est question de démarches saoudiennes en faveur de Meerab.
Commentant pour L'OLJ la journée marathon de Samir Geagea, Antoine Zahra, député FL de Batroun, estime que la rencontre de M. Geagea avec Akram Chehayeb est une preuve du maintien de l'alliance électorale avec le PSP dans la Montagne. Quant à l'entretien avec Ghattas Khoury, il le place dans le cadre des contacts permanents entre les deux formations par le biais de MM. Khoury et Riachi.

 

 

Lire aussi

Vers une alliance électorale Kataëb-FL ?

Joumblatt à « L’OLJ » : Les alliances seront étudiées en janvier

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

QUI DISEZ DES MENSONGES A SON ENCONTRE !?! il ne s'est pas attarder sur le sujet et a demander des explications et a aller de l'avant vers la nominations de ses candidats pour les elections ... maintenant tout le monde monte le voir

bravo ya hakim .. il faut vous entendre avec les KATAEB

Sarkis Serge Tateossian

Si les élections peuvent rapprocher les hommes et les idées alors pourquoi pas?!

Mais plus on s'approchera des urnes et plus les esprits vont s'animer....entre camps adverses

Ainsi va la démocratique.

L'important c'est d'en tirer le plus de profit en faveur du peuple, car la finalité est de servir le citoyen

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PLAQUE TOURNANTE DE TOUTES LES CONSULTATIONS PRESENTES ET A VENIR ! LE HEZB LIBANAIS EN CONTRE BALANCE A CELUI NON LIBANAIS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué