X

Liban

Le « chocolat » de Hariri, un pas vers la normalisation FL-Futur ?

Partis

Pour les milieux de Meerab, aucune initiative ne sera prise avant des explications de la Maison du centre concernant la campagne médiatique du 8 Mars après la démission du Premier ministre.

27/12/2017

Pour la fête de Noël, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, et son épouse Sethrida ont reçu un arrangement de chocolat de la part du Premier ministre, Saad Hariri.

Bien au-delà des rites sociaux qui dictent un échange de cadeaux entre amis et alliés durant la période de fêtes, l'initiative de M. Hariri revêt une certaine importance politique. D'autant qu'elle a donné un nouvel élan aux négociations politiques actuellement en cours pour rendre à la normale les rapports troublés entre le courant du Futur et les FL, depuis plus d'un mois.

Si d'aucuns rappellent dans ce cadre que la première année du régime Aoun a été marquée par nombre de divergences entre les deux formations, il reste que la démission-surprise de Saad Hariri annoncée le 4 novembre dernier a fortement secoué les rapports entre Meerab et la Maison du centre. Et c'est d'ailleurs dans ce cadre que les proches de Samir Geagea tiennent à placer l'initiative de M. Hariri en direction du chef des FL.

« Tout comme les appels téléphoniques effectués par Samir et Sethrida Geagea au chef de gouvernement afin de le remercier pour son cadeau (après un appel de Saad Hariri), l'initiative haririenne prouve que des contacts sont maintenus avec le courant du Futur en dépit des divergences observées récemment », souligne un cadre FL à L'Orient-Le Jour. Il s'empresse, toutefois, de nuancer ses propos. « Le chocolat de Saad Hariri ne met aucunement fin à notre malentendu actuel », dit-il, avant de poursuivre : « Le silence radio affiché par le courant du Futur face à la campagne lancée contre Meerab par les médias proches du 8 Mars, au moment de la démission du Premier ministre, est la cause du malentendu actuel. Et nous attendons toujours les explications des haririens à ce sujet. »

Se voulant encore plus clair, le proche de M. Geagea déclare sans détour : « Nous ne prendrons aucune initiative avant d'obtenir les explications que nous exigeons. » Il aurait ainsi laissé entendre que le leader des FL n'entend pas se rendre à la Maison du centre, mais qu'il serait prêt à recevoir le Premier ministre à Meerab. Selon le cadre FL, « cette rencontre pourrait bien mettre les points sur les « i » une bonne fois pour toutes, mais reste tributaire d'une décision qui devrait émaner du courant du Futur ».

Mais à l'heure où la normalisation des rapports FL-Futur semble marquée par les atermoiements, nombreux sont ceux qui éprouvent des craintes quant à un échec des deux partis à s'allier lors des législatives prévues le 6 mai 2018. Mais, en dépit de leur désaccord avec le courant du Futur, mais aussi avec le Courant patriotique libre et les Kataëb, les FL sont confiantes de leur poids sur la scène locale. « Nous sommes une force présente sur l'échiquier politique, et nous avons plusieurs alliés auxquels nous pourrons nous joindre lors du scrutin de mai 2018 », assure le cadre FL.

 

(Lire aussi : Hariri reporte son déballage sur fond d'une polémique Futur-FL)

 

 

L'optimisme haririen
Du côté de la Maison du Centre, on est très optimiste. Interrogé par L'OLJ, Atef Majdalani, député de Beyrouth, insiste sur le caractère « stratégique » des rapports entre son parti et celui de Samir Geagea. « Notre relation stratégique est passée par des moments de troubles, mais les contacts sont toujours en cours pour ramener les choses à la normale », assure-t-il, soulignant par la même occasion que « la rencontre entre Saad Hariri et Samir Geagea reste tributaire des circonstances et des agendas respectifs des deux hommes ».

Tentant d'expliquer cette situation, un observateur politique contacté par L'OLJ va très loin. Il estime qu'« au-delà de sa relation avec les FL, Saad Hariri serait en train de présenter à sa base populaire tous les motifs d'une éventuelle alliance électorale avec le CPL », admettant toutefois que « les FL ont besoin d'explications de la part de la formation haririenne au sujet de la démission du Premier ministre ».

 

Lire aussi

Joumblatt à « L’OLJ » : Les alliances seront étudiées en janvier

Hariri : "Nous avons de bonnes relations avec les FL"

Pour mémoire

Frangié chez Hariri : Jusqu'ici, pas d'alliance avec les FL

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Chocolat? C'est la saint Valentin déjà?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.