X

À La Une

Premier salon automobile réservé aux femmes en Arabie saoudite

Société

Les Saoudiennes seront autorisées à conduire dans le royaume à partir de juin.

OLJ/AFP
12/01/2018

Une société privée saoudienne a ouvert jeudi à Jeddah (ouest) le premier salon automobile pour les femmes, qui seront autorisées à conduire dans le royaume à partir de juin.

Le salon, situé dans un centre commercial et dont les employées sont toutes des femmes, doit permettre aux Saoudiennes de pouvoir choisir un véhicule avant de se lancer sur les routes dans cinq mois. Il leur permet également de trouver des solutions de financement, avec des banques ou des compagnies financières, pour l'achat de leur véhicule. La société organisatrice prévoit d'étendre ce concept à d'autres villes saoudiennes.

En Arabie saoudite, un royaume ultraconservateur régi par une version rigoriste de la loi islamique, les femmes font l'objet de sévères restrictions, notamment vestimentaires, et sont notamment soumises à la tutelle d'un homme de leur famille pour faire des études ou voyager.

Ces deux dernières années, le pays a toutefois annoncé une série de mesures visant à alléger les contraintes qui pèsent notamment sur les femmes et les jeunes. Parmi ces réformes figurent la décision d'autoriser les femmes à conduire des véhicules (voitures, motos, camions) à partir du mois de juin ou encore celle d'autoriser les cinémas et les concerts.

Elles s'inscrivent dans un vaste programme de réformes économiques et sociales baptisé "Vision 2030" dont l'architecte est le jeune prince héritier Mohammad ben Salmane, le nouvel homme fort du royaume.
L'Arabie saoudite était le seul pays au monde à interdire le volant aux femmes.

 

 

Lire aussi

Des Saoudiennes vont assister ce mois à des matches de foot, une première

Hiba Tawaji a chanté à Riyad « au nom de toutes les femmes »

Les Saoudiennes seront aussi autorisées à conduire des motos et des camions

Pour les Saoudiennes, "le temps du silence est fini"

L'Arabie saoudite met fin à l'interdiction des cinémas

Arabie saoudite : les premiers pas d'une libéralisation de la société

Quand Riyad veut se convertir à la société de divertissement

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

petite question, pour les amendes, c'est un homme ou une femme , qui vont leur donner ?

bon soyons sérieux, c'est beau tout cela , mais il faudra toujours un tuteur , pour faire certaines choses, ou sortir de l'arabie

Sarkis Serge Tateossian

Un rayon de soleil pénètre la maison.

- Des Saoudiennes assistent aux matches de foot,
- Hiba Tawaji chante à Riyad « au nom de toutes les femmes »
- Les Saoudiennes seront aussi autorisées à conduire des motos et des camions, (pas des trottinettes) ?
- Fin à l'interdiction des cinémas

- Riyad veut se convertir à la société de divertissement

VISION 2030 tiendra toutes ses promesses...

Car dans une société, (même la plus rigoriste), une fois la machine de la libération est lancée, plus rien ne l'arrêtera ...

L'homme (et la femme bien sur) retrouve son gout à la vie, à aimer, à créer, (création artistique), à inventer, jouir des plaisirs de la vie en un seul mot.

Pour Riyad ce sera la fin d'une hypocrisie ...car ce qui était interdit sur place était consommé à l'étranger, en Europe ou ailleurs.

Se regarder dans un miroir et retrouver (ou trouver tout simplement), la paix avec soi est la plus grande sagesse...et bonheur.

Respects à ces femmes saoudiennes qui n'avaient pas la parole jusqu'ici ...c'était terrible

Au final, nous constatons qu'un homme a fini par ouvrir les fenêtres du royaume!

Oh que c'est beau ... une lumière traverse le pays

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué