Etats-Unis

Enquête sur la gestion par Obama de la lutte contre le trafic de drogue du Hezbollah

"L'administration Obama a répété que les négociations sur le dossier nucléaire avec l'Iran étaient confinées exclusivement à cette question. Nous n'avons pas fait de concessions sur d'autres sujets", défend un ancien porte-parole.

L'ancien président américain Barack Obama. Photo d'archives AFP

Le ministre américain de la Justice a demandé vendredi une enquête sur la gestion de la lutte contre le trafic de drogue mené par le Hezbollah, sur fonds d'informations sur une intervention de l'ancienne administration Obama dans ce dossier.

L'annonce intervient après la publication par Politico d'un article affirmant que l'administration de l'ancien président Barack Obama avait "fait capoter" les efforts pour cibler le trafic de drogue du groupe chiite libanais, afin d'éviter que cela ne fasse dérailler l'accord historique obtenu sur le programme nucléaire iranien, grande puissance chiite régionale.

L'enquête doit "évaluer les allégations selon lesquelles certaines choses n'ont pas été correctement poursuivies (par la justice) et pour s'assurer que tous les sujets ont été correctement gérés", peut-on lire dans un communiqué.

"Ceci est une question importante pour la protection des Américains", a expliqué Jeff Sessions, tout en affirmant avoir "espoir" que la précédente administration n'a pas mis de bâtons dans les roues de l'agence américaine antidrogue, la DEA.

Edward Price, ancien porte-parole du Conseil de sécurité nationale sous Barack Obama, a affirmé à l'AFP que "le récit présenté" dans l'article de Politico "ne ressemble en rien à la réalité".

"L'administration Obama a répété encore et encore que les négociations sur le dossier nucléaire avec l'Iran étaient confinées exclusivement à cette question. Nous n'avons pas fait de concessions sur d'autres sujets, et nous n'avons certainement pas entravé ou tenté d'influencer une quelconque enquête en cours, y compris par la DEA", a-t-il affirmé.

"Toutes allégations contraires sont fausses", a insisté Edward Price, précisant que la personne ayant fait fuiter cette information travaille désormais pour des organisations "idéologiquement opposées à l'accord nucléaire iranien", régulièrement dénoncé par Donald Trump.

 

 

Pour mémoire

Nouvelles sanctions US contre le Hezbollah, le parti chiite dénonce des "agressions continues envers le Liban"

Le Drian dit non à un « axe iranien » de la Méditerranée à Téhéran

« La question du Hezbollah est plus grande que celle du Liban », affirme Hariri

Adel Jubeir : "Le Hezbollah blanchit de l'argent, extorque et mène des actes terroristes au Liban et dans le monde"

Salamé et Geagea à Jubeir : Pas de blanchiment d'argent du Hezbollah via les banques libanaises


Le ministre américain de la Justice a demandé vendredi une enquête sur la gestion de la lutte contre le trafic de drogue mené par le Hezbollah, sur fonds d'informations sur une intervention de l'ancienne administration Obama dans ce dossier.


L'annonce intervient après la publication par Politico d'un

commentaires (3)

alllons allons ! surtout ne pas prendre parti pour l'obama ni pour le trump. apres tout , l'adage qui dit : a chacun a son tour est d'actualite. rappelons ns les interventions d'obama durant les elections us, meme qu'il etait tjrs le chef d'etat ..... et puis, rappelons ns l'Iran gate...... de ttes facons, ns ns fierons ni a l'un ni a l'autre

gaby sioufi

10 h 35, le 23 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • alllons allons ! surtout ne pas prendre parti pour l'obama ni pour le trump. apres tout , l'adage qui dit : a chacun a son tour est d'actualite. rappelons ns les interventions d'obama durant les elections us, meme qu'il etait tjrs le chef d'etat ..... et puis, rappelons ns l'Iran gate...... de ttes facons, ns ns fierons ni a l'un ni a l'autre

    gaby sioufi

    10 h 35, le 23 décembre 2017

  • OU QUAND L,HEBETUDE SE PLAINT DE L,ABRUTISSEMENT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 31, le 23 décembre 2017

  • Ou l'art par Trump et Cie. de devier l'attention de la communauté internationale qui lui a infligé un cuisant camouflet lors du dernier vote à l'Assemblée de l'ONU concernant Jerusalem. Chacun agit selon...ses capacités...même le soi-disant Président des USA... Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 02, le 23 décembre 2017