X

À La Une

"L'insulte" de Ziad Doueiri pré-sélectionné aux Oscars

Cinéma

Cinq finalistes doivent être annoncés le 23 janvier en même temps que le reste des nominations pour les prix les plus prestigieux du cinéma américain.

OLJ/Agences
15/12/2017

Neuf films ont été pré-sélectionnés pour le très convoité Oscar du meilleur film en langue étrangère, dont le long-métrage du réalisateur libanais Ziad Doueiri, "L'insulte".

"L'insulte" est l'histoire d'une confrontation émergeant du passé, entre deux individus représentant deux pays blessés. L'histoire d'un affrontement entre deux hommes touchés dans leur orgueil et dans leur histoire. Toni, mécanicien, est un chrétien libanais, Yasser, contremaître de chantier, est palestinien. Le jour où Yasser insulte Toni, ce dernier décide de l'attaquer en justice. Le procès qui en découle prend alors une ampleur nationale, ravivant les plaies de deux pays au passé douloureux et jetant dans la rue tous les clans antagonistes. Il est, selon le réalisateur, la mise en scène d'un "besoin dramatique : l'esclandre d'une excuse pour tout un passé à soigner."

Ziad Doueiri avait été entendu en septembre par un tribunal militaire au Liban, où il venait assister à la première de "L'insulte". Les autorités lui reprochaient un déplacement en Israël contrevenant à la législation du pays, toujours techniquement en état de guerre avec son voisin israélien.

L'acteur Kamel el-Bacha avait été récompensé à la Mostra de Venise (30 août au 9 septembre 2017) du Prix du meilleur acteur pour son rôle dans le film.

Le film de l'allemand d'origine turque Fatih Akin "In the Fade", une coproduction franco-germanique, est également en lice pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Mais "120 Battements par minute" de Robin Campillo, qui portait les couleurs de la France, n'a pas été retenu parmi les 92 films candidats.

Plusieurs autres coproductions tricolores passent cependant le cap de la pré-sélection aux Oscars, dont le film de guerre israélien "Foxtrot", le sénégalais "Félicité", le russe "Faute d'amour" ou le sud-africain "Les initiés", a indiqué jeudi l'Académie des arts et sciences du cinéma, qui décerne les Oscars.

Le drame chilien sur une femme transsexuelle confrontée à la mort de son compagnon, "Une femme fantastique", le suédois "The Square" -Palme d'or au dernier festival de Cannes- ou le hongrois "Corps et âme" restent aussi dans la course.

Cinq finalistes doivent être annoncés le 23 janvier en même temps que le reste des nominations pour les prix les plus prestigieux du cinéma américain.

Les 90ème Oscars doivent se tenir le 4 mars à Hollywood au Dolby Theater.

 

Pour mémoire

Nouvelle polémique autour de Ziad Doueiri

La projection de "L'Insulte" annulée à Ramallah pour des "raisons de sécurité"

Quand une conférence de Ziad Doueiri à l'USJ vire à l'esclandre

Qu'y a-t-il au-delà d'une simple insulte proférée au Liban

L'insulte réparatrice de Ziad Doueiri

Avant-première de L'Insulte, de Ziad Doueiri : Quand la culture obtient gain de cause

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Rossignol

"nul n’est prophète en son pays"

Fredy Hakim

À cette époque où une paire de fesses à l’écran
ne paraît plus déranger grand monde,
il y a certains films qui sont encore frappés
par la censure et l’interdiction de diffusion en raison
de leur contenu religieux ou politique.
C’est inacceptable!

Antoine Sabbagha

L'insulte à mon avis ne mérite aucun Oscar . C' est une ruse humaine de deux peuples qui ne se pardonneront jamais .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ELOGES A L,ETRANGER... CONDAMNATION A LA MAISON... CHERCHEZ LA LOGIQUE !

Sarkis Serge Tateossian

Bonne chance à notre valeureux réalisateur
Dans un orient trop passionnel pour ne pas dire fanatisé
Le combat de Ziad Doueiri qui nous incite à une compréhension mutuelle entre humains et d'un courage et d'une exemplarité remarquable.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué