X

À La Une

Aoun : "Allons-nous nous unir pour Jérusalem afin de sauver notre histoire, notre humanisme et nos racines ?"

OCI

Le président libanais s'est prononcé en faveur de la reconnaissance de la Palestine avec Jérusalem-Est comme capitale.

OLJ
13/12/2017

Le président libanais Michel Aoun a appelé mercredi les membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à déposer un recours à l'Onu contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, et à s'unir pour sauver la ville sainte.

 

Jérusalem-Est capitale de la Palestine
"Nous devons déposer un recours au Conseil de sécurité et aux Nations unies, au nom de l'OCI, pour entraver la décision américaine et obliger les Etats-Unis à l'annuler", a déclaré le chef de l'Etat lors de son discours lors du sommet extraordinaire de l'OCI à Istanbul, en Turquie.

Lors de ce sommet, le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté la communauté internationale à reconnaître Jérusalem-Est comme la "capitale de la Palestine", le leader palestinien Mahmoud Abbas estimant qu'il n'y aurait "ni paix, ni stabilité" sans cela.

"Nous devons lancer une campagne diplomatique afin de conduire d'autres pays à reconnaître l'Etat palestinien afin que la Palestine devienne membre à part entière des Nations unies", a encore lancé M. Aoun, appelant à prendre des "mesures juridiques, politiques et diplomatiques" pour faire de Jérusalem-Est la capitale de la Palestine, ainsi que des sanctions contre les Etats ayant reconnu la Ville sainte comme capitale d'Israël.

"Si les Nations unies venaient à ne pas s'opposer à la décision du président américain, elles renonceraient alors à leur rôle d'autorité internationale devant régler les conflits internationaux conformément aux principes de la justice et des lois internationales édictés dans sa charte", a affirmé M. Aoun.

"La décision de M. Trump retire aux Etats-Unis le rôle de parrain d'une solution en faveur de la paix au Moyen-Orient", a-t-il encore martelé, soulignant qu'Israël était "le seul bénéficiaire de cette situation regrettable et douloureuse". "Cette situation est la conséquence inévitable du fait que nous ayons dévié de notre objectif à tous", a estimé le chef de l'Etat libanais. "Nous sommes-nous insurgés dans le passé ? Allons-nous nous unir pour Jérusalem afin de sauver notre histoire, notre humanisme et nos racines ? Ou allons-nous échouer et perdre Jérusalem, ainsi que la Palestine, pour toujours ?", a-t-il lancé.

 

(Lire aussi : Diplomatie de crise ou en crise ?, l'éditorial d'Issa GORAIEB)

 

"Danger"
Après son discours, Michel Aoun s'est entretenu avec le président palestinien Mahmoud Abbas, en présence du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Avant l'ouverture du sommet, le président Aoun s'était entretenu avec son homologue turc, l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, le président iranien Hassan Rohani, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani et le roi Abdallah II de Jordanie.

Lors de la réunion préparatoire des chefs de la diplomatie des Etats membres de l'OCI qui a précédé dans la matinée l'ouverture du sommet, M. Bassil avait appelé l'organisation à prendre "des décisions et des mesures à la hauteur du danger qui pèse sur Jérusalem et du symbole que la ville représente pour les musulmans, les chrétiens et les juifs", rappelant que le Liban était en accord avec le communiqué final publié dimanche à l'issue d'une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe sur lequel il avait émis des réserves.

La Turquie, en tant que présidente en exercice de l'OCI, a convoqué à Istanbul les dirigeants de la cinquantaine de pays membres pour définir une réponse commune à la décision de Donald Trump, annoncée il y a une semaine. L'initiative américaine a indigné nombre de pays de la région, dont le Liban.

 

(Pour mémoire : Aoun réclamera à l’OCI une position ferme contre Trump)


"Le Liban veut défendre Jérusalem qui porte un héritage chrétien et musulman. Le Liban est attaché à l'arabité de Jérusalem et au fait que c'est la capitale de la Palestine", avait déjà dit mardi M. Aoun. Plus tôt dans la semaine, il avait estimé que la décision du président américain était "une faute grave, sur laquelle il doit revenir".

Lundi, un rassemblement monstre avait eu lieu dans la banlieue-sud de Beyrouth pour protester contre la décision américaine, à l'appel du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah qui s'était exprimé à cette occasion. Dimanche, des centaines de personnes avaient manifesté près de l'ambassade des Etats-Unis à Aoukar. Une manifestation qui avait dégénéré en heurts entre protestataires et forces de l'ordre, faisant plusieurs blessés. Vendredi déjà, les députés libanais avaient réaffirmé à l'unanimité au Parlement leur ferme opposition à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

 

 

Lire aussi

Bassil aux ministres arabes des AE : Soit nous agissons maintenant, soit nous pouvons dire adieu à Jérusalem !

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Heu, une question. Avant 1967, qui "occupait" Jerusalem EST? Purquoi PERSONNE n'avait parle de "Capitale" de la Palestine? Parce que avant 1967, Jerusalem Est n'etait qu'une ville parmi tant d'autre en cisjordanie. Et maintenant tous se reveillent? Mais enfin, ls Arabaes sont toujours en retard d'un demi siecle....
Et maintenant notre KHENERAL veut jouer les tartarin de tarascon lui qui implore les USA d'armer son Armee il veut imposer des sanctions aux USA? Mais il reve ou quoi?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,AJOUTE : LES PROPOSEES SANCTIONS CONTRE L,AMERIQUE ... DE LA RIGOLADE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PLUS GRANDE GAFFE POLITIQUE JAMAIS COMMISE... LE LIBAN SUPPLIANT D,AMORTIR LES SANCTIONS AMERICAINES CONTRE LE HEZBOLLAH ET QUI AFFECTENT ENORMEMENT SON SYSTEME BANCAIRE... C,EST DE PROPOSER AU SOMMET ISLAMIQUE DES SANCTIONS CONTRE L,AMERIQUE !

Pierre Hadjigeorgiou

Il a parlé et... ils ont rit! Il veut imposer des sanctions? Il est sérieux? Il n'est même pas capable de coffrer des criminels de droits communs au Liban et lui veut sanctionner les USA et autres pays? S'il se prend pour Abdel Nasser le pays va couler comme... Abdel Nasser et son Egypte. C'est fou la similarité de ces deux hommes! Ils ont été tous les deux des losers toutes leur vie et ils ont quand même des supporters pour applaudir les inepties qu'ils sortent... Finalement les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent! Le reste se passe de commentaire.

LA TABLE RONDE

Un président comme le Liban en a toujours rêvé.

COMMANDANTE KHENERAL PHARE AOUN.

Bery tus

Mr le president rappeler a votre ministre des affaires étrangères que le principale fournisseur de l'armée libanaise sont les USA ... avant de vouloir prendre des sanctions réfléchissez un peu plus .... VOTRE action est plus que louable .. mais une idee pq ne pas faire de Jérusalem une ville internationale comme il avait ete decider au debut tout au debut ... sous gerance de l'ONU en partenariat avec la ligue arabe !?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RECONNAITRE LA PALESTINE AVEC JERUSALEN EST COMME CAPITALE ET FAIRE UNE DEMANDE EN CE SENS AUX N.U. EST LOUABLE... MAIS LA FANFARONNADE DE PRENDRE DES SANCTIONS CONTRE L,AMERIQUE... RIEN QUE DE LE DIRE... FAIT DU TORT ENORME AU LIBAN DANS LE CONTEXTE ACTUEL DES CHOSES ! IL MANQUE LA POLITIQUE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué