X

Liban

L’autorité de l’État bafouée par la visite au Liban-Sud d’un chef de milice irakien

Distanciation

Kaïs al-Khazaali place sa tournée sous le signe de « la solidarité entre les peuples arabes face à l'occupant sioniste ».

11/12/2017

C'est un double camouflet qui a été asséné le week-end dernier à la souveraineté libanaise. Le spectacle de désolation offert hier à Aoukar par des escadrons de protestataires palestiniens qui s'en sont pris aux forces de l'ordre lors d'une manifestation contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, est venu se greffer sur une autre scène, non moins provocante, celle de la tournée controversée au Liban-Sud de Kaïs al-Khazaali, un chef milicien irakien, initiée par le Hezbollah. Deux situations qui ont révélé des atteintes graves à l'autorité centrale et au prestige de l'État qui vient juste d'avaliser le principe de la distanciation du Liban par rapport aux crises régionales, promettant un retour prochain à la « normale » ; comprendre un retour à l'État de droit et au fonctionnement des institutions, en voie d'effondrement.

L'affaire de la tournée du fondateur et chef de la puissante milice irakienne Assaïb Ahl al-Haq (La Ligue des vertueux), soutenue par l'Iran, sur des sites à la frontière avec Israël, continue de susciter des remous dans les milieux politiques libanais, alors que le Hezbollah observait un silence religieux sur l'affaire.

La visite de Kaïs al-Khazaali, dans une région sous haute surveillance des forces intérimaires de la Finul et de l'armée libanaise, constitue, pour nombre d'observateurs, une violation non seulement de la déclaration de distanciation avalisée la semaine dernière par l'ensemble des parties y compris par le Hezbollah, mais également de la résolution 1701, qui vient d'être publiquement bafouée.

En se rendant sur des sites considérés comme des « lieux de culte » par la résistance chiite qui a contribué à leur libération en 2000, notamment à la porte de Fatmé située à la frontière, le responsable irakien a vraisemblablement fait fi des autorisations officielles requises aussi bien par l'armée libanaise que par les forces de la Finul dont le mandat s'étend sur toute la région située au Liban-Sud.

À l'évidence, ce n'était pas du tourisme qu'effectuait, vêtu pour l'occasion d'un uniforme militaire, le milicien irakien (un compagnon d'armes du Hezbollah qui a combattu à ses côtés l'État islamique).
Cette visite a d'ailleurs inspiré au chef de la rencontre démocratique, Walid Joumblatt, un tweet dans lequel il a affirmé, d'une façon sarcastique, qu' « il n'y a pas lieu de faire le lien entre la visite de M. Khazaali et la distanciation parce que cela porte atteinte au tourisme dans le pays ».

À l'instar de tout visiteur étranger souhaitant se rendre dans cette zone, Kaïs al-Khazaali aurait dû passer par les services de renseignements de l'armée libanaise à Saïda pour faire état de sa visite et requérir une autorisation officielle. L'armée vient d'ailleurs d'entamer une enquête pour élucider les circonstances de sa tournée, à la demande du Premier ministre Saad Hariri. Ce dernier a sitôt réagi à la vidéo diffusée samedi sur les médias sociaux faisant état de cette visite incongrue. Au lendemain de sa participation à la réunion du Groupe international de soutien au Liban (GIS) qui venait juste de réaffirmer son appui à la stabilité du Liban, sous condition de la mise en œuvre de la politique de distanciation mais aussi du plein respect de toutes les résolutions du Conseil de sécurité (1559 et 1701), Saad Hariri a estimé que la tournée de Kaïs al-Khazaali à la frontière constitue une « violation des lois libanaises », ordonnant aux autorités de mener une enquête et « de prendre des mesures pour empêcher (M. Khazaali) d'entrer (de nouveau) au Liban ».

Réagissant aux propos du Premier ministre, M. Khazaali a justifié sa tournée en affirmant qu'elle « vise à montrer la solidarité entre les peuples arabes et musulmans face à l'occupant sioniste ». « Le communiqué publié par M. Hariri est truffé d'erreurs et de contradictions », précise un communiqué sitôt publié par la milice Assaïb Ahl al-Haq, soulignant que le visiteur était « détenteur d'un passeport irakien en bonne et due forme », sans autre indication relative au visa, encore moins à l'autorisation requise par l'armée libanaise.

 

(Lire aussi : La communauté internationale met à l'épreuve Hariri et le Hezbollah)

 

 

Les réactions dans les milieux souverainistes
Alors que la présidence de la République s'est abstenue de commenter « avant d'avoir des réponses sur la vidéo », les réactions ont fusé de toutes parts dans les milieux souverainistes libanais qui y ont vu un défi direct aux autorités libanaises.

« C'est la politique de non-distanciation par excellence pratiquée par le Hezbollah », a commenté Antoine Zahra, député membre du directoire des Forces libanaises, qui a estimé qu'il y a là « un manque de respect aux autorités du pays et à la souveraineté ».

Dans les milieux proches du Hezbollah, on tend à minimiser l'impact de cette visite, en affirmant qu'elle a eu lieu avant la déclaration d'intention du gouvernement relatif à la distanciation.
« Si c'est le cas, pourquoi la vidéo a-t-elle donc été rendue publique au lendemain même de la réunion de Paris ? » s'interroge une source du courant du Futur. Celle-ci mentionne également la circulation d'une autre vidéo, diffusée hier sur le site IM Lebanon, montrant des miliciens irakiens et afghans en tenue de combat, dans une zone du Liban-Sud, à proximité d'une patrouille de la Finul, pointée du doigt par l'un des miliciens dans la bande vidéo.

Selon une source FL, ce sont autant de signes qui rappellent les propos tenus en juin dernier par le secrétaire général du Hezbollah, qui avait promis l'arrivée de mercenaires de plusieurs nationalités à la frontière. « L'ennemi israélien doit savoir que s'il déclare une guerre contre la Syrie ou le Liban, des dizaines de milliers de combattants du monde arabe et islamique seront partenaires dans cette guerre, (ils viendront) d'Irak, du Yémen, d'Afghanistan, du Pakistan », avait déclaré Hassan Nasrallah.

Interrogé, l'ancien chef du bloc du Futur et ancien Premier ministre Fouad Siniora a relevé le « timing surprenant » de la diffusion de ces bandes vidéo, en se demandant quelle est la teneur exacte du message que le Hezbollah veut véhiculer à l'adresse de « la communauté internationale ».
« Pour la première fois dans l'histoire, le monde entier a pris position contre Israël et les États-Unis (en réaction à la décision relative à Jérusalem ), a souligné M. Siniora dans un entretien à L'OLJ. Toute la question est de savoir comment les Arabes vont retourner cette décision désastreuse en opportunité, surtout que la communauté internationale se trouve aujourd'hui de notre côté », a ajouté M. Siniora en déplorant la circulation de ces vidéos qui sont « bien en-dessous du niveau requis pour faire face au défi américano-israélien ».

 

 

Lire aussi

Un vaste soutien international au Liban, mais sous condition

Les États-Unis et le Royaume-Uni insistent sur la mention de la 1559 dans le communiqué final

Le Hezbollah soucieux de maintenir une stabilité politique jusqu’en mai

Ce qui protège le nouveau compromis...

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,AUTORITE DE L,ETAT ET CELLE DU GARANT BAFOUEE AVANT LE CHANT DU COQ ET LE PRETENDU GARANT GARDE TOUJOURS LE SILENCE !

Bery tus

rien que par le faite d'être sur la défensif le front du refus vient de se discréditer toute seule

Fredy Hakim

Tous ceux qui, sous les ordres de Sabhan, ont planifié, justifié et couvert
le kidnapping du premier ministre libanais à Riyadh
viennent faire de la diversion dans cette affaire.

Pierre Hadjigeorgiou

Que ce soit les vols Israéliens, les interventions Arabes, ou les visites de miliciens imbéciles venant de toutes parts du monde, le Liban est tous les jours insulté, bafoué, violé... La présence de milices comme le Hezbollah, PSNS, etc... sont déjà a elles seules une honte pour le pays... Nous voici a nouveau débuts années 70, avec tous les ingrédients nécessaires pour un conflit en 3D. Qu'est ce qu'ils leurs prends tous a chercher a en découdre a tous prix comme s'ils n'avaient rien appris du passé. Les USA reconnaissent Jérusalem comme capitale d’Israël... Le Hezbollah et autres milices terroristes se mobilisent a leurs tour provoquant encore plus... etc... Il ne manque plus que la poudre pour assaisonner le tout et.... Boum!!!

Bery tus

Sabhan au moins ne fait pas partie d’une milice et ne vient pas au Liban en tenue militaire

Saliba Nouhad

"Le chien aboie, et la caravane passe"
Ils continuent de faire ce qu'ils veulent, sans demander l'avis de personne, avec l'approbation complice et silencieuse d'un chef d'état qu'ils ont fait désigné, qui leur est redevable et qui n'ose ouvrir la bouche...
Si Mr. Hariri et consorts s'imagine qu'il a pu obtenir quelque chose avec cette mascarade de distanciation, il se fourre le doigt dans l'oeil...
Soit-disant garantie par la communauté internationale: avez-vous entendu une protestation de quiconque contre cette intrusion honteuse qui renie complètement l'existence d'un État Libanais?

Fredy Hakim

Ce gars venant d’Irak cherchait sûrement à imiter
Thamer al-Sabhan.

gaby sioufi

marche de dupes hezb-pouvoir vs hariri dit on ?
MAIS qui sont -ils vraiment le(s) dupes de ce marche ?
mis a part LE LIBAN ?
pas nombreux , en fait ce qui reste comme opposition -a y inclure les FL bientot.

car les 3 1ers ci-haut ont bien reussi leur coup, en depit de qqs hoquets.



Georges MELKI

"...comprendre un retour à l'État de droit et au fonctionnement des institutions, en voie d'effondrement."
Excusez-moi, mais on ne peut pas retourner à une situation qui n'a jamais existé, surtout depuis 1975... Etat de droit mon oeil!

Irene Said

Monsieur Kaïs al-Khazaali,
nous Libanais, mis à part les moutons-suiveurs-bêleurs, n'avons pas besoin de votre aide pour quoi que ce soit !

Nous subissons déjà les mauvaises retombées de l'aide de la soi-disant "résistance" du Hezbollah pro-Iran...alors, votre aide irakienne, nous n'en avons vraiment pas besoin, merci !
Vous pouvez garder votre dévouement et votre énergie, en turban blanc ou en treillis et l'utiliser chez vous en Irak, où il y a tant à faire !
Irène Saïd

VITESSE DE CROISIÈRE

Les avions et les drones de lusurpie qui survolent et violent quotidiennement quotidiennement quotidiennement le Liban ne sapent en aucune FAÇON l'autorité de l'état, d'après vous ????????? Yiiii quelle petitesse de vue.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ETAT BAFOUÉ EN PLEINE FACE ! OU EST LA PROTESTATION OU PLUTOT LA CONDAMNASTION DU CHEF DE L,ETAT GARANT DE LA DISTANCIATION ET DE L,APPLICATION DES DECISIONS DE PARIS ?

Yves Prevost

Comment se fait-il qu'il ait pu pénétrer dans la zone sud? Surtout, comment se fait-il, alors qu'il paradait en tenue militaire, que personne ne l'ait arrêté? Une enquête sur les complicités dont il a bénéficié s'impose.

michel raphael

CE CHEF DE MILICE IRAKIENNE EST LA,, GRACE A LA FAMEUSE FORMULE :::PEUPLE ..ARMEE..RESISTANCE...

L'ARMEE A ETE L'AGENT CATALISEUR QUI A PERMIT CET AMALGAME ....

L'ARMEE DU GRAND LIBAN A TOUJOURS ETE EN FAVEUR DE CEUX QUI VOULAIENT LIBERER LA PALESTINE OCCUPEE...

C'EST EXACTEMENT L'ESPRIT DU CHEHABISME QUI DEPUIS 60 ANS INSPIRE NOS GENIES D'ART MARTIAUX...C'ETAIT UN DE LEUR CHEF QUI AVAIT EN 1969 SIGNE LES FAMEUX ACCORDS DU CAIRE..

A DEFAUT DE CHANGEMENT OU DE REFORME ON PATAUGE DANS LA CONTINUITE QUI DURE DEPUIS PLUS D'UN DEMI SIECLE ...

ADIEU VAUX VACHES COCHONS COUVEES...

DU PETIT AU GRAND LIBAN ...TA GRANDEUR A VECU SE QUE VIVENT LES ROSES L'ESPACE D'UN MATIN .........

Wlek Sanferlou

Hahaha... Tu as dis distanciation!??? Ça commence super bien... Kais s'en fout de l'autorité libanaise ... Pendant ce temps Gibran appelle les arabes à agir pour Jérusalem...
Les dictons locaux sont les meilleurs: Ya tabib tabeb nafsak...
Tout comme les arabes ne peuvent rien contre Israël notre gouvernement ne peut rien contre les milices nourries à l'élixir persan.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!