X

À La Une

La tournée au Liban-Sud d'un chef milicien irakien suscite une polémique

Liban

Hariri et Rifi condamnent la visite de Kaïs Khazaali, initiée par le Hezbollah.

OLJ
10/12/2017

La tournée controversée d'un chef milicien irakien au Liban-Sud, initiée par le Hezbollah, continue de faire des remous. Kaïs Khazaali a justifié samedi sa visite en affirmant qu'elle "vise à montrer la solidarité entre les peuples arabes et musulmans face à l'occupant sioniste". Il réagissait aux propos du Premier ministre libanais Saad Hariri qui a affirmé plus tôt dans la journée que cette visite constitue une "violation des lois libanaises", sans préciser exactement à quel titre. M. Hariri a indiqué avoir ordonné aux autorités de mener une enquête et "de prendre des mesures pour empêcher (M. Khazaali) d'entrer (de nouveau) au Liban".

Kaïs Khazaali, fondateur et chef de la puissante milice irakienne Assaïb Ahl al-Haq (La ligue des vertueux), soutenue par l'Iran, a visité des zones du sud du Liban vêtu d'un uniforme militaire, selon des images d'une vidéo circulant sur les réseaux sociaux. "Nous déclarons que noius sommes prêts à être unis avec les Libanais et la cause palestinienne face à l'occupation israélienne", déclare-t-il sur cette vidéo.
L'Etat hébreu avait retiré ses forces du sud Liban en 2000 après 22 ans d'occupation mais le Liban et Israël restent techniquement en état de guerre et des incidents ont parfois lieu le long de la ligne de cessez-le-feu. En 2006, Israël avait mené une violente guerre contre le Hezbollah, faisant 1.200 morts côté libanais. 

Dans son communiqué, le responsable irakien souligne que la visite qu'il a effectuée vise à "montrer à l'entité sioniste que nous sommes prêts à affronter toute attaque de sa part contre le sol libanais".

L'ex-ministre de la Justice, Achraf Rifi, avait également réagit sur Twitter contre la tournée du milicien irakien au Liban-Sud. "La tournée sponsorisée par le Hezbollah et effectuée par Kaïs Khazaali à la frontière est un message de défi et une atteinte à la souveraineté du Liban et aux décisions internationales. Elle torpille le principe de distanciation et les effets de la réunion de Paris, et montre que l'autorité est en fait entre les mains du Hezbollah et du projet iranien. Le Liban est-il devenu une République du Hachd el-Chaabi sous couverture officielle? Quelle est la position du président de la République, Michel Aoun, et du Premier ministre, Saad Hariri ?", a écrit M. Rifi sur Twitter.

Il n'était pas clair où exactement Kaïs Khazaali a effectué sa tournée au Liban-Sud. Selon le communiqué du bureau de presse de M. Hariri, la vidéo dans laquelle apparaît le responsable milicien irakien a été tournée il y a six jours.

Cette polémique intervient le jour même où le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, a annoncé "la fin de la guerre" menée depuis trois ans par les forces gouvernementales contre l'EI en Irak.

Saad Hariri avait démissionné le 4 novembre en Arabie saoudite, accusant l'Iran et le Hezbollah d'imposer leur mainmise sur le Liban. Il est revenu sur sa démission le 5 décembre, après avoir obtenu des garanties de la part des formations politiques concernant la distanciation du Liban par rapport aux conflits régionaux. 

Vendredi, le Groupe international de soutien au Liban (GISL), réuni à Paris en présence notamment de M. Hariri, du président français Emmanuel Macron, et du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a, entre autres, appelé à l'application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'Onu qui prévoit le désarmement des milices libanaises.

 

Lire aussi

Un vaste soutien international au Liban, mais sous condition

La communauté internationale met à l'épreuve Hariri et le Hezbollah

Les États-Unis et le Royaume-Uni insistent sur la mention de la 1559 dans le communiqué final

Le Hezbollah soucieux de maintenir une stabilité politique jusqu’en mai

Ce qui protège le nouveau compromis...

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

ACTE A REPETITION :
a part les quelques libanais -de moins en moins nombreux -sensibilises contre les intrus de tt ordre,
le reste des defenseurs de notre dignite, notre fierte et independance s'esquivent lorsqu'il s'agit de l'evidence,
( pas un mot sur la souverainete ou la distanciation... sinon C la justice d'un homme qui frappera )
mais vociferent qd ils decretent que LEURS criteres des 3 credos ci-haut ont ete foules aux pieds...
BIEN QUE tt recemment les AMIS du liban les aient bel et bien tance ' s'agissant justement de ces memes 3 credos , autrement formules .
mais qui s'en fout ! ns libanais sommes beaucoup plus malins que ts nos amis.


Eleni Caridopoulou

Tout ça est triste , tout le monde veut le Liban , le beau pays du Cèdre

Irene Said

Au fait, ces turbans blancs et noirs, irakiens, iraniens et autres, qu'auraient-ils à faire de leurs journées, si Israël, la Palestine occupée et même le Liban...aussi occupé...!!! n'existaient pas ?
Qu'est-ce qu'ils s'ennuieraient...plus de discours enflammés, plus de visites médiatisées, plus de promesses gratuites au goût du jour lancées un peu partout...mais le train-train gris et terne sous un turban blanc ou noir...

Donc, en définitive, MERCI A ISRAEL ET A LA PALESTINE OCCUPEE etc. de leur donner une raison importante de...vivre!
Irène Saïd


Le Faucon Pèlerin

- Qui a invité Kaïs Khazaali à venir chez nous ?
- Personne n'a le droit de venir au Liban sans la permission de l'Etat libanais.
- Kaïs Khazaali n'est pas chez lui au Liban.
- Qui a chargé Kaïs Khazaali à s'unir au Liban face à l'occupation israélienne qui n'existe pas ?
- Pour la gouverne de Kaïs Khazaali, l'occupation israélienne existe en Syrie depuis 1967 où 1200 km2 carrés du Golan sont devenus officiellement des terres israéliennes.
- Le Liban n'est pas en état de guerre avec Israél, une Convention d'armistice a été signée le 27 mars 1949.

LA TABLE RONDE

Une phrase écrite dans cet article résume ce geste courageux de la résistance c'est quand on lit que après 2006 les hostilités entre l'usurpation et le Liban ont cessé mais que officiellement le Liban et l'usurpateur israélien sont tjrs en guerre

DONC À LA GUERRE COMME À LA GUERRE, QUAND ON EN A FINI AVEC LES LARBINS DE CE PAYS DU MAL ON DEVRAIT S'OCCUPER DE SON MAÎTRE.

À LA GUERRE COMME À LA GUERRE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CHEF DE L,ETAT EST GARANT DE LA DISTANCIATION... NOUS AVAIT-IL DIT... OU EST LE CHEF DE L,ETAT ? OU EST-IL ?

Irene Said

Lentement mais sûrement, le Hezbollah fait tout ce qu'il veut, où il veut, comme il veut dans notre pays !
A nous Libanais, les"responsables politiques" en premier ainsi que le peuple, de mettre enfin un terme aux agissements de ce parti pro-iranien dangereux pour le Liban !
Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Au nom de la ditanciation respectons nos paroles d 'honneur au moins pour quelques mois

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE INSULTE A L,ETAT ET AU PEUPLE LIBANAIS ET UN DENI FLAGRANT DE LA DISTANCIATION QUE CETTE TOURNEE D,UN MILICIEN ETRANGER INITIEE PAR LA MILICE DES PASDARANS LOCALE... OU EST L,ETAT ? OU EST LE CHEF DE L,ETAT ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué