X

Liban

Pour l’opposition, Hariri est revenu « dans la prison du Hezbollah »

Réactions

Samy Gemayel, Achraf Rifi et Farès Souhaid craignent un manquement du parti chiite à ses engagements.

06/12/2017

Si le gouvernement est enfin parvenu hier à adopter un communiqué dans lequel il a affirmé son adhésion à la politique de distanciation du Liban par rapport aux conflits des axes régionaux, il reste que la version finale du texte ne semble pas satisfaire les milieux de l'opposition. Loin de là.

Si le communiqué a fait l'unanimité des composantes gouvernementales, les composantes de l'opposition ne cachent pas leurs craintes quant à un manquement de la part du Hezbollah à ses engagements sur ce plan, pour des motifs liés à la politique de l'Iran dans la région, notamment en Syrie et au Yémen. Certains sont même allés jusqu'à estimer qu'à l'issue de la séance gouvernementale d'hier, Saad Hariri est « revenu à la prison du Hezbollah », après s'en être libéré en prenant la décision de jeter l'éponge.

Ce point de vue est avancé par l'ancien ministre de la Justice Achraf Rifi. Farouche opposant au compromis politique ayant donné le coup d'envoi à la présidence de Michel Aoun, et adversaire de M. Hariri dans la rue sunnite, l'ancien ministre se dit déçu de la sortie de crise adoptée hier. « En revenant sur sa démission, par le biais d'un tel communiqué, le Premier ministre est revenu à la prison du Hezbollah », souligne M. Rifi dans un entretien accordé à L'Orient-Le Jour. Selon lui, « Saad Hariri a raté une opportunité historique de rééquilibrer le pays, au moyen de sa démission. D'autant qu'il avait la chance de former une équipe ministérielle équilibrée, qui remplacerait le cabinet actuel, majoritairement favorable au Hezbollah ».

 

(Lire aussi : À Baabda, unanimité autour d'une politique de distanciation qui a tout d'une déclaration d'intention)

 

Mais le déséquilibre politique en faveur du parti chiite n'est pas la seule inquiétude de M. Rifi. Il y a aussi le possible manquement du Hezbollah à ses engagements. « Du fait de sa participation à la table de dialogue de 2011, le Hezb a adhéré à la déclaration de Baabda (du 11 juin 2012, et qui stipule de "garder le Liban à l'écart des conflits des axes "), mais n'a pas tardé à prendre part à la guerre en Syrie, en contradiction flagrante avec la déclaration », a rappelé Achraf Rifi, estimant qu'« à la faveur de cette logique, le communiqué adopté hier n'est que des paroles dépourvues de toute concrétisation politique possible ».
De même, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, ne semble aucunement satisfait du dénouement de l'épisode de la démission de M. Hariri. Dans un point de presse tenu hier au siège de son parti, à Saïfi, M. Gemayel a estimé que l'issue trouvée par le Conseil des ministres à la crise politique au Liban était « inacceptable » et qu'une « opportunité historique » avait été perdue. « Toutes ces hésitations et ces tensions pour finir par réaffirmer la déclaration ministérielle adoptée il y a un an », a ainsi ironisé le député du Metn.

« Le gouvernement s'engage à respecter la politique de distanciation du Liban à l'égard des conflits régionaux comme si c'était l'armée libanaise ou le gouvernement qui s'ingéraient (dans les affaires des autres pays)... C'est de la poudre aux yeux ! » s'est écrié M. Gemayel, dans une claire allusion au fait que le problème se trouve chez le Hezbollah.

 

(Lire aussi : « Le parapluie international » pour la stabilité du Liban se confirme, le décryptage de Scarlett Haddad)

 

« Plus de frontière entre le Liban et le Hezbollah »
Même son de cloche chez Farès Souhaid, président du Rassemblement de Saydet el-Jabal. « Le gouvernement est incapable de garantir le Hezbollah, celui-ci ne peut même pas garantir sa non-ingérence dans les affaires des pays arabes », déplore l'ancien député de Jbeil, via L'OLJ, avant de dresser ce constat : « Le communiqué du gouvernement est caduc, dans la mesure où il n'a aucune force matérielle d'application. »

Mais pour Farès Souhaid, il y a un problème beaucoup plus grave : « Saad Hariri est revenu dans la prison du Hezbollah. Le parti chiite a annulé l'État, en ce sens qu'il n'y a plus de frontière entre le Hezbollah et la République libanaise », dit-il. Expliquant ses propos, Farès Souhaid déclare : « Les adversaires du Hezbollah n'établiront plus de distinction entre le Liban et le parti chiite, notamment en ce qui concerne les prochaines sanctions américaines. »

Ces inquiétudes se font également sentir chez Boutros Harb, député de Batroun. Dans une déclaration à L'OLJ, il insiste sur le fait que « la solution ne commence pas par des paroles, mais par une action honnête. D'autant que nos expériences passées avec le Hezbollah ne sont pas très encourageantes, dans la mesure où le parti a violé plusieurs déclarations ministérielles et a refusé de plancher sur la question épineuse de son arsenal ».

 

Lire aussi

Les retrouvailles Geagea-Hariri tributaires des préparatifs en cours

Qassem, de Téhéran : C'est nous qui façonnons l'avenir de la région

 

Conférence de soutien au Liban : un acte de solidarité plutôt que des mesures concrètes ?

 

Autopsie (libanaise) d’un meurtre, l'édito d'Elie FAYAD

 

Les rebondissements au Yémen se répercuteront-ils au Liban ?

 

Aoun met en garde contre « un danger mobile et une menace terroriste sérieuse »

 

Bassita, ça s'arrangera..., l'édito de Ziyad Makhoul

 

 

 

Repère

 

De la démission Hariri à son retrait, un mois de crise

 

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hallak Andre

La souveraineté d’un état se mesure par l’indépendance de ses institutions juridiques, la force et la neutralité de ses armées , la protection de ses frontières ; la probité et l’efficacité de sa police .la puissance de sa diplomatie .

Il ne peux y avoir de souveraineté dans un état ou des pans entiers de territoire sont transformées en zone de non droit livrés à la merci de chefs de guerre régnant par la terreur et l’arbitraire .

Au Liban cela est valable pour la banlieue sud et autres territoires régentés par le Hezb ; et, les cités palestiniennes gérés par une mosaïque de seigneurie aux multiples visages .

Dans les deux cas Israël est cet épouvantail qui inspire de vaines terreurs et sert de prétexte au maintien d’un arsenal parfois supérieur à celui de l’armée libanaise.

Il est notoire qu’Israël n’a aucune velléité territoriale sur le Liban et que son existence n’est plus menacée par le Hezb ou les Palestiniens ;

Les seuls qui en sont Menacés sont les Libanais ;

Aoun et Hariri doivent aboutir à un consensus qui pourrait rendre à l’armée le droit exclusif de disposer des armes.

Toutes les nations qui se veulent souveraines on adopté ce principe d’exclusivité.

DAMMOUS Hanna

La réalité libanaise est qu’une grosse partie de la population est contente de son accointance avec l’Iran et une autre grosse partie l’est autant avec les monarchies du golfe. Ces deux populations sont financièrement soutenus directement ou indirectement, puisque le système économique et sociale libanais et loin d’être auto-satisfaisant. Voici la quadrature du cercle. Le premier soutien est hégémonique le deuxième est plutôt défensif. Donc le premiers groupe est totalement vassalisé en réponse à ce soutient et en échange fait du mercenariat et le deuxième groupe est prisonnier de l’échange technico-commerciale. Le Liban est un modèle d’opportunisme politique depuis des millénaires loin devant celui de l’époque des Valois.

Ma Fi Metlo

MON DIEU PROTÈGE MOI DE MES AMIS , MES ENNEMIS JE M'EN CHARGE .

OU LE VRAI VISAGE DE QUI UN POIGNARD PEUT ÊTRE PLANTÉ.
ALLAH YESTOR .

Fredy Hakim

Il est temps pour des millions de musulmans de sortir de cette prison de l’âme et de la pensée qu’est le salafisme-wahabite!
L’islam ouvert et tolérant a existé, celui de Cordoue et de Grenade et qui a servi de passerelle avec les cultures grecque et romaine, passerelle sans laquelle la Renaissance n’aurait pas existé. C’est grâce aux savants arabes qu’Aristote, Platon... ont fait leur entrée dans le monde méditerranéen. Au XIIIe siècle, lorsque les premières universités européennes (chrétiennes) ont vu le jour, c’est l’oeuvre des savants d’Al Andalus que l’on y étudiait.

Le Faucon Pèlerin

Le renard perd ses poils mais pas ses ruses. Il avait adhéré à la Déclaration de Baabda du 11 juin 2012. Où en est-il ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI... IL S,EST AFFUBLÉ DU JOUG PERSE LUI-MEME !

Yves Prevost

« En revenant sur sa démission, par le biais d'un tel communiqué, le Premier ministre est revenu à la prison du Hezbollah ». Excellent résumé de la situation.

Henrik Yowakim

Pour l’opposition, Hariri est revenu « dans la prison du Hezbollah »

MILLE FOIS LE POUVOIR DANS LA PRISON ET SOUS LE SOULIER DU HEZBOLA QUE LA LIBERTE LOIN DU SERAIL ?????

Saliba Nouhad

En effet, la logique simpliste nous montre qu’on est retourné à la case départ!
Il était clair que s’il n’y a pas de garantie réelle de la distanciation du Hezbollah des conflits régionaux, Hariri se fait mener par le bout du nez...
Le fait-il exprès, par manque de courage politique et de peur des conséquences potentielles sur sa personne ou sa communauté?
Peut-être, mais il ne résout rien, il entame une fuite en avant que ses sponsors saoudiens ne lui pardonneront pas...
Qu’on le veuille ou pas, le Liban est devenu l’abcès de fixation du conflit chiite-sunnite et l’avenir sera encore hypothéqué sauf si les protagonistes décident de ne pas déstabiliser encore plus le pays...
Mais, c’est peut-être rêver en couleurs!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.