L’édito de Ziyad MAKHOUL

Bassita, ça s’arrangera...

L’édito
04/12/2017

Pendant des mois et des mois, L'Orient-Le Jour en a fait son cheval de bataille, tant sous l'angle de la santé que sous celui de l'environnement, mettant infatigablement en garde contre la catastrophe sanitaire et écologique dans laquelle s'embourbent, lentement mais sûrement, les habitants de ces 10 452 km² décidément maudits par tous les dieux. Et puis, il y a trois jours, est arrivé un rapport himalayen de l'ONG Human Rights Watch sur les conséquences désastreuses de l'incinération des déchets en plein air au Liban. En dénonçant pour la première fois, dans des termes très clairs, rien moins qu'une atteinte fondamentale aux droits humains des Libanais, dont beaucoup désormais, au réveil, crachent de la cendre.
En 2015, le symbole était puissant. Il y avait quelque chose de mythologique dans cet ensevelissement d'un pays et de ses gens sous les immondices. La nature ne se trompe pas : on ne récolte que ce qu'on sème. Parce qu'autant l'incurie des institutions officielles et l'incompétence, mais aussi la cupidité, des serviteurs de l'État sont indiscutables, notre glissement quasi définitif de peuple résilient à peuple résigné a beaucoup joué. Nous, Libanais, assumons définitivement une grande part de responsabilité dans notre mort lente et sûre. Et dans celle de nos enfants et petits-enfants. Pourtant, une faction d'entre nous avait essayé, lors de la crise des déchets de sinistre mémoire, de renverser la fatalité, de désintégrer ce fameux maktoub qui nous poursuit et nous damne depuis des décennies. Essayé et échoué. Parce que, au final, tout est médiocrement politisé dans ce pays. Que si notre pays, de Suisse du Moyen-Orient, est passé à poubelle du Moyen-Orient, c'est surtout parce que nous n'avons que les dirigeants que nous méritons.
Que faut-il, ou qui faut-il, pour que tout le monde comprenne que ce rapport de HRW et toutes les enquêtes de L'OLJ, qui l'ont précédé, ne peuvent ni ne doivent, une énième fois, être pris à la légère, accompagnés du sempiternel et sinistre Bassita, ça s'arrangera, éminemment méditerranéen et sympathique, peut-être, mais définitivement crétin et inconscient, surtout ? Que/qui faut-il pour comprendre que si nous pouvons acheter des bouteilles d'eau pour pallier le poison que sont devenues nos ressources hydrauliques, que si nous pouvons manger bio (et encore), parce que notre terre est un cloaque, il est impossible de changer l'air que l'on respire – et ce ne sont pas des masques portés 24 heures sur 24 qui sauveront nos poumons? Que/qui faut-il pour que l'on prenne conscience du coût réel, et exorbitant, de ces incinérations à ciel ouvert, de la facture médicale qui ne peut que centupler le déficit de la CNSS, de tous ces congés-maladie qui vont rouiller la chaîne du travail? Que/qui faut-il pour accepter l'idée qu'un règlement du conflit syrien ou de la guéguerre saoudo-iranienne, qu'un assainissement de la politique des axes, peuvent aboutir avant que nous Libanais réussissions à prendre notre destin en main ?
Que/qui faut-il pour qu'une ou un Erin Brockovich s'en aille en guerre contre le système ; qu'un(e) avocat(e) génial(e) l'accompagne jusqu'au bout, qu'un(e) juge-miracle prononce un verdict qui fera enfin jurisprudence, que l'État soit obligé de fermer 1, puis 3, puis 100, puis la totalité de ces 600 décharges sauvages, voire plus, dont au moins 150 brûlent régulièrement, surtout dans les régions les plus défavorisées du Liban ?

P.-S. : le week-end dernier est décédé l'un des deux, ou trois, derniers géants du théâtre libanais. S'il avait eu du temps, Jalal Khoury aurait peut-être pu écrire, mettre en scène et même interpréter un pamphlet salutaire, libératoire, contre cette chronique d'une mort annoncée. La nôtre. Et comme presque toujours, Jalal Khoury aurait fouetté nos consciences. Elles en ont sacrément besoin.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA TABLE RONDE

Je vous félicite pour ce pamphlet , pour une chose au moins , vous ne condamnez en rien le hezb résistant libanais ....et pourtant c'est pas l'envie qui vous en a manqué. ..lol..

Le Faucon Pèlerin

Estez Ziyad Makhoul,
Ceux à qui vous adressez ce réquisitoire ne sont pas là pour vous lire ou entendre, ils sont occupés à tourner de par le monde pour aider à solutionner les problèmes des autres sauf les leurs tels les 2 millions de déplacés syriens, des réfugiés palestiniens, la crise des déchets, l'électricité, la répartition des commissions des hydrocarbures offshore, de la guerre des autres sur notre territoire, de traiter en vain le cas des armes du Hezbollah iranien etc.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT LE REVEIL ET LE BON DEBARRAS DE TOUS LES INCAPABLES ET LES VENDUS QUI DETRUISENT LE PAYS DANS TOUS LES DOMAINES ! IL FAUT DE MOUTONS SE TRANSFORMER EN HERCULES ET NETTOYER LES ETABLES... PIRE QUE LES ECURIES... D,AUGIAS ! ALORS ET SEULEMENT ALORS PHENIX RENAITRA DE SES CENDRES !!!

Saliba Nouhad

Mais oui, Mr Makhoul, Bassita ya khayye, cessez d'exagérer, qu’ on vous dira...
Pensez-y, ces incinérations sauvages, se passent dans des villages reculés, surtout de la Békaa et vous savez bien que les belles gens qui vivent dans les villes du littoral sont protégés de ces émanations toxiques par la chaîne du Mont-Liban et qu’ils se dissiperont dans l’atmosphère... Donc, qui s’en fout!
Vous savez qu’il y a des gens qui dénient encore le réchauffement climatique, les émanations de gaz à effet de serre avec l’usage de l’energie fossile, et que tout ceci n’est que divagations de scientifiques pédants qui sont à la solde de forces occultes qui veulent empêcher les avancées économiques...
Ils vont vous accuser de sinistrose exagérée, de prophète de malheur, car le niveau de moralité publique, de responsabilités sociales et de conscience collective ne peuvent tomber plus bas que ça!
C’est le chacun pour soi, Dieu pour tous et, le sauve qui peut.

C. F.

Je vous cite M. Makhoul:

""L'attente, aurait dit Roland Barthes, est le passe-temps millénaire de l'humanité en général, des Libanais en particulier...""
C'était la dernier fois, et combien vous avez raison.

Vous écrivez ce matin :

""...Il y avait quelque chose de mythologique dans cet ensevelissement d'un pays et de ses gens sous les immondices.
notre glissement quasi définitif de peuple résilient à peuple résigné a beaucoup joué....""

""...accompagnés du sempiternel et sinistre Bassita, ça s'arrangera, éminemment méditerranéen et sympathique…""

C’est une suite logique à votre dernier éditorial.

Des gens ensevelis sous les immondices, comment peut-on respirer encore ? L’attente, la résignation, le fameux ""ça va, ça passera"", en d’autres termes, la procrastination. Une occupation de 40 ans, eh bien on s’accommode de toutes les conditions de vie, même les plus humiliantes. Bref c’est ce qui fait également notre exception parmi tous les peuples. Voilà une devise qui résume bien notre état d’esprit, et ce n’est de ma faute s’il y a des gens qui seront d’accord avec moi. Cette devise est celle-ci : ""NE JAMAIS REPORTER A DEMAIN CE QU'ON PEUT REPORTER INDÉFINIMENT…

Bonne journée !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué