X

À La Une

Mohammad Ben Salmane lance à Riyad une coalition antiterroriste de pays musulmans

Arabie saoudite

Le ministre libanais de la Défense absent de la réunion.

OLJ/agence
26/11/2017

L'Arabie saoudite a lancé dimanche une coalition antiterroriste de 40 pays musulmans à dominante sunnite, en promettant une lutte implacable contre les groupes extrémistes jusqu'à leur "disparition de la terre".

L'homme fort d'Arabie saoudite, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a ouvert à Riyad une réunion des ministres de la Défense de ces pays d'Asie et d'Afrique, dont le Pakistan, la Turquie et le Nigeria, marquant le lancement de cette coalition.
Il a souhaité une "coordination forte, excellente et spéciale" entre ses membres contre les groupes extrémistes.

"Notre réunion est très importante car ces dernières années les organisations (terroristes) agissaient dans nos pays sans qu'il y ait de coordination" pour les contrer, a dit le prince héritier saoudien.

"Cet état de fait prend fin aujourd'hui car plus de 40 pays envoient un signal très fort consistant à dire que nous allons travailler ensemble et que nous allons mettre ensemble nos capacités militaires, financières, politiques et de renseignement", a-t-il souligné.
"Cela se fera à partir d'aujourd'hui et chaque pays va y contribuer à hauteur de ses capacités".

Le prince saoudien a exprimé à l'occasion la solidarité des participants avec l'Egypte où un attentat contre une mosquée a fait vendredi 305 morts. "C'est un évènement très douloureux qui vient nous rappeler les dangers du terrorisme et de l'extrémisme", a-t-il déclaré.
"Nous allons nous tenir aux côtés de l'Egypte et de tous les pays du monde qui combattent le terrorisme et l'extrémisme", a poursuivi le prince saoudien.

 

'Image déformée de l'islam'
"Plus que le meurtre d'innocents et la propagation de la haine, le terrorisme et l'extrémisme déforment l'image de notre religion", a encore souligné le jeune prince saoudien qui se fait le champion d'un "islam modéré, tolérant et ouvert sur les autres religions".
Avec la mise en commun des moyens des 40 pays "commence une phase de lutte contre le terrorisme, qui enregistre déjà des défaites dans de nombreux pays musulmans", a encore souligné le prince saoudien. "Nous allons continuer à pourchasser les terroristes jusqu'à ce qu'ils disparaissent de la terre", a-t-il encore dit.

La coalition à l'initiative du prince Mohammed avait été annoncée en décembre 2015 mais la réunion de Riyad marque son lancement officiel.

Elle a pour commandant militaire, le général pakistanais Raheel Sharif qui aura son quartier général à Riyad.

S'exprimant à l'ouverture de la réunion, le général pakistanais a précisé qu'il aura pour mission de "mobiliser et coordonner les ressources, faciliter les échanges d'informations et aider les pays membres à bâtir leurs propres capacités en matière de lutte contre le terrorisme".

L'Iran, grand rival chiite de l'Arabie saoudite, la Syrie et l'Irak ne font pas partie de cette coalition.

 

(Lire aussi : Joumblatt salue la politique religieuse de MBS mais souhaite un compromis minimal avec l'Iran)

 

Le ministre libanais de la Défense absent

La participation du Liban à cette coalition, pays laïc de par sa Constitution, a, elle, été problématique dès le lancement de l'initiative, du fait que la classe politique du pays est divisée entre partisans et opposants à l'Arabie saoudite.

Vendredi, le président libanais, Michel Aoun, avait demandé à son ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, d'assister à cette réunion, remerciant le roi Salmane d'Arabie pour son invitation. Toutefois, l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), a signalé dimanche que M. Sarraf se rendait en Roumanie pour signer un accord de coopération militaire avec Bucarest. Selon certaines sources, c'est l'ambassadeur du Liban à Riyad, Abdelsattar Issa, qui représentait le pays du Cèdre. Une source autorisée au palais présidentiel de Baabda a toutefois indiqué à L'Orient-Le Jour que le Liban n'est pas présent à la réunion de Riyad "car il ne fait pas partie de cette coalition" anti-terroriste. 

L'ex-ministre libanais de la Justice Achraf Rifi, allié de l'Arabie saoudite, a dénoncé l'absence du Liban, accusant le Hezbollah de "prendre en otage la décision officielle libanaise".

"L'absence du Liban (...) prouve à nouveau que le Hezbollah prend en otage la décision officielle libanaise au profit de la tutelle iranienne. Notre combat pour libérer le pays et lui redonner sa position et ses relations arabes et internationales continue", a écrit M. Rifi.

 

L'absence du Liban intervient dans un contexte de tensions entre l'Arabie saoudite et le Liban, depuis que le Premier ministre Saad Hariri a annoncé à la surprise générale sa démission depuis Riyad, le 4 novembre, avant de rentrer au Liban dans la nuit de mardi à mercredi et de décider de la geler à la demande de M. Aoun.

Le président libanais avait accusé les autorités saoudiennes d'avoir retenu contre son gré Saad Hariri qui, selon plusieurs milieux, aurait été contraint de démissionner. M. Hariri a toutefois démenti à plusieurs reprises avoir été soumis à une quelconque pression saoudienne.


Le Qatar, qui faisait partie des pays membres  de la coalition anti-terroriste, selon une liste publiée par l'agence officielle SPA, n'a pas pris part à la réunion de dimanche.

Quatre pays arabes, dont l'Arabie saoudite, ont rompu avec le Qatar en juin, l'accusant de soutenir les groupes extrémistes, ce que Doha dément.

L'Arabie saoudite est déjà membre d'une alliance occidentale conduite par les Etats-Unis et qui combat les jihadistes en Irak et en Syrie
Elle a inauguré un centre dédié à la lutte contre les groupes extrémistes lors de la visite en Arabie saoudite du président américain Donald Trump en mai dernier.

Le lancement de la nouvelle coalition intervient en période de tension entre l'Iran et l'Arabie saoudite.
Les deux pays, qui n'ont plus de liens diplomatiques depuis janvier 2016, sont à couteaux tirés sur plusieurs dossiers régionaux, notamment les conflits en Syrie et au Yémen où ils soutiennent des camps opposés.

Le prince Mohammed a qualifié le guide suprême iranien, Ali Khamenei, de "nouveau Hitler" dans un récent entretien au New York Times.
"Personne dans le monde n'accorde le moindre crédit à des remarques de ce genre", a réagi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi, en parlant du prince héritier saoudien.

 

Pour mémoire

Terrorisme : Salam s'explique sur la participation du Liban à la coalition islamique

 

Lire aussi

La Ligue islamique mondiale veut "annihiler" l'extrémisme

Quand MBS traite Khamenei de « nouveau Hitler »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

On ne peux pas demander au Liban une distanciation et en même temps d'adhérer à des coalitions chiites ou sunnites
Qui restent très orientées et antagonistes.


Enfin la meilleure manière de lutter contre le fanatisme religieux et le terrorisme est sans doute, le travail d'émancipation des femmes, l'encouragement des libertés individuelles et collectives, la liberté d'expression, les droits de l'homme, le respect des autres religions
etc etc.....

Certains pays de la coalition en sont à des années lumières! Il y a du travail ....à fournir. Bon courage bravo quand même

Gebran Eid

C'EST LA 2ÈME FOIS QUE MONSIEUR ACHRAF RIFI NOUS MONTRE UN AUTRE VISAGE QUE LE VISAGE PATRIOTE PUR. LA 1ÈRE FOIS ÇA NE L'A PAS DÉRANGÉ QUE SON PREMIER MINISTRE SOIT PRIS EN OTAGE EN ARABIE SAOUDITE. IL A PRIS LA DEFENCE DE L'ARABIE. ET MAINTENANT IL VA SE MÊLER DES AFFAIRES QUI NOUS CONCERNENT PAS. L'ARABIE MUSULMANE D'ABORD. ENCORE UN GESTE DE CE GENRE, JE LE CONSIDÈRE COMME LES AUTRE, UN SIMPLE MERCENAIRE SAOUDIEN. TRÈS DÉÇU.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VENDREDI LE PRESIDENT AOUN AVAIT CONFIRME A LA SAOUDITE LA PARTICIPATION DU MINISTRE SARRAF... DIMANCHE IL A CHANGE D,AVIS... POURQUOI ET SOUS QUELLE PRESSION ? OU EST LA DIGNITE DU PAYS ?

Henrik Yowakim

Toutefois, l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), a signalé dimanche que M. Sarraf se rendait en Roumanie pour signer un accord de coopération militaire avec Bucarest.

NATUREL QUE LE SINISTRE DE LA DEFENSE,RESIDU FOSSILE DE L'IMMONDE RÈGNE DE LAHOUSS BOYCOTTE CETTE RÉUNION PRÉSIDÉE PAR LE PRINCE BEN SALMANE ,ENNEMI JURÉ DE SES PARRAINS ET DE SES PATRONS BAASSYRO/IRANIENS

APRÈS TOUT LA COOPÉRATION AVEC LA ROUMANIE EST PLUS IMPORTANTE POUR LE BUSINESS DE MAAMELTEIN QUE LES EXPATRIÉS LIBANAIS TRAVAILLANT EN ARABIE SAOUDITE ET LES MILLIARDS QU'ILS RAPATRIENT AU LIBAN

Henrik Yowakim

"Nous allons nous tenir aux côtés de l'Egypte et de tous les pays du monde qui combattent le terrorisme et l'extrémisme", a poursuivi le prince saoudien

ET QUI VA COMBATTRE LE TERRORISME D'ETAT DONT L'EGYPTE DE SISSI EST L'UN DES MODELES PARFAITS DANS LA RÉGION AVEC LA BAASSYRIE DU BOUCHER BACHAR ASSAD ET DONT LA MÉTHODE DE GOUVERNEMENT S'APPUIE SUR L'ENLÈVEMENT ET L'EXTERMINATION DES OPPOSANTS PRESENTEES TOUS COMME ÉTANT DES.....TERRORISTES?????

PRÊT TENSION.

C'est une cuisine interne aux pays sunnites qui subissent la brutale BARBARIE WAHABITE.

Et COMME charité bien ordonnée commence par soi même que les bensaouds par le truchement de ce roi manipulé, commence à faire le ménage intra muros.

Honneur et Patrie

Pour une fois, je ne suis pas d'accord avec Achraf Rifi. Le Liban est un pays laïc de par sa Constitution, ce qui veut dire qu'il ne doit jamais faire partie d'une coalition de pays musulmans ou d'une autre coalition de pays chrétiens. C'est cela la distanciation pur beurre et pur sucre !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants