X

À La Une

Khamenei est un "nouvel Hitler" pour MBS, qualifié en retour de "dictateur" par l'Iran

Arabie saoudite

"Saad Hariri (...) ne va plus continuer à accorder une couverture politique à un gouvernement contrôlé essentiellement par le Hezbollah, qui à son tour est contrôlé par l'Iran", a confié au New York Times le prince héritier saoudien.

OLJ/Agences
24/11/2017

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammad Ben Salmane, a qualifié le guide suprême de la révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, de "nouvel Hitler du Moyen-Orient" dans un entretien au New York Times publié jeudi.

Mohammad Ben Salmane, qui occupe également les fonctions de ministre de la Défense, estime que les visées expansionnistes de l'Iran dont il accuse Khamenei d'être le promoteur doivent faire l'objet d'une réponse. "Nous avons appris de l'Europe que l'apaisement ne marche pas. Nous ne voulons pas que le nouvel Hitler de l'Iran refasse au Moyen-Orient ce qui s'est passé en Europe", déclare le nouvel homme fort du régime saoudien cité par le NYT.

 

La réponse iranienne

"Le comportement et les remarques immatures, imprévisibles et insensées du prince héritier saoudien ont pour conséquence que personne dans le monde n'accorde le moindre crédit à des remarques de ce genre lorsqu'elles sont de son fait", a réagi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi, dans un communiqué. "Les erreurs dues à l'aventurisme du prince héritier saoudien - la dernière en date étant celle du scandale de l'ingérence (saoudienne) dans les affaires internes du Liban, ont été à l'origine de grands problèmes pour les alliés traditionnels de l'Arabie saoudite", a estimé M. Ghassemi, comparant le prince Mohammed à un "dictateur".

 

Ces déclarations sont de nature à accentuer les tensions, déjà vives, entre Saoudiens et Iraniens qui s'affrontent indirectement dans les conflits en Syrie et au Yémen. Cette lutte d'influence régionale s'est cristallisée dans la crise politique ouverte par le Premier ministre libanais Saad Hariri qui a annoncé, à la surprise générale, sa démission depuis Riyad, la capitale saoudienne, le 4 novembre.

 

Démission de Hariri

Concernant le dossier libanais et plus spécifiquement la démission de Saad Hariri, le prince héritier a préféré garder le silence, écrit le NYT. En démissionnant à la surprise générale, Saad Hariri avait accusé l'Iran et le Hezbollah de mainmise sur le Liban. Avant de rentrer à Beyrouth dans la nuit de mardi à mercredi, d'où il a annoncé la suspension de sa démission, le Premier ministre avait passé quelques jours en France à l'invitation du président Emmanuel Macron. Depuis le gel de sa démission, il appelle à adopter une politique de distanciation concrète du Liban face aux conflits de la région, notamment en Syrie voisine où le Hezbollah combat aux côtés du régime du président Bachar el-Assad. Mohammad Ben Salmane "a seulement insisté que le cœur de l'affaire réside dans le fait que Saad Hariri (...) ne va plus continuer à accorder une couverture politique à un gouvernement contrôlé essentiellement par le Hezbollah, qui à son tour est contrôlé par l'Iran", écrit le NYT.

 

Jeudi, le commandant des gardiens de la révolution iranienne (Pasdaran), le général Mohammad Ali Jaafari, a affirmé que le désarmement du Hezbollah était hors de question.

 

Sur le dossier yéménite

Dans son entretien au New York Times, le prince Salmane affirme également que le conflit au Yémen est entré dans une phase favorable à son pays et à ses alliés qui maîtrisent 85% du territoire yéménite.
Les Houthis conservent toutefois le contrôle des grandes agglomérations dans ce conflit qui a fait quelque 10.000 morts. La milice avait tiré le 4 novembre un missile visant l'aéroport de Riyad, une agression que les autorités saoudiennes ont interprété comme un acte de guerre de la part de l'Iran.
Le prince Salmane avait déclaré en mai que son pays s'assurerait que tout nouveau contentieux avec Téhéran "se déroule en Iran".

 

Purges anti-corruption

Concernant la purge anti-corruption lancée par le prince héritier le 4 novembre, Mohammad Ben Salmane a affirmé au NYT que 95% des émirs et hommes d'affaires saoudiens arrêtés ont accepté de conclure un accord avec les autorités.

"Nous leur montrons tous les documents que nous avons en notre possession, et dès qu'ils les consultent, 95% d'entre eux acceptent de conclure un accord", a affirmé le prince héritier. "A peu près 1% d'entre eux sont capables de prouver qu'ils ont les mains propres et les accusations contre eux sont immédiatement abandonnées, a-t-il ajouté. Près de 4% affirment ne pas être corrompus et veulent aller en justice avec leurs avocats (...). Nous avons des experts qui s'assurent qu'aucune société ne fasse faillite afin de ne pas augmenter le taux de chômage".

"Combien d'argent récoltent" ces experts, demande le journaliste Thomas L. Friedman à MBS. "Le procureur général a affirmé que le montant pourrait atteindre les 100 milliards de dollars à l'issue des accords", a répondu le prince héritier.

Plus de 200 personnes, dont de nombreux princes et businessmen saoudiens, sont retenus et interrogés pour des faits présumés de corruption d'un montant évalué à 100 milliards de dollars (86,1 milliards d'euros), avait récemment indiqué le procureur général saoudien. Nombre d''entre eux seraient retenus dans le luxueux palace Ritz-Carlton de Riyad. Parmi les personnes arrêtées figure le flamboyant prince saoudien de mère libanaise, le milliardaire Al-Walid ben Talal. Officiellement, aucune information n'a filtré sur la durée de détention des suspects avant une éventuelle inculpation puis un procès.

Sur le plan des réformes religieuses, Thomas L. Friedman explique que le prince héritier lui a dit : "N'écrivez pas que +nous réinterprétons l'islam. Nous sommes en train de ramener l'islam à ses origines, et nos moyens les plus importants sont les pratiques du Prophète et la vie quotidienne en Arabie saoudite avant 1979".

Mohammad Ben Salmane avait récemment affirmé vouloir retourner à un islam "tolérant et plus ouvert sur le monde".

 

Lire aussi

Mohammad ben Salmane, le dauphin trop pressé

MBS cherche-t-il à mater l'establishment wahhabite ?

En Arabie saoudite, la révolution vient d'en haut

Mohammad ben Salmane, ou l'hubris du pouvoir

 

Pour mémoire

MBS prêt à la guerre totale contre l’Iran

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

je me rappelle de d'une declaration ulterieur de MBS que la solution est simple soit ils remboursent un montant soit ils feront de la prison, nous savons que 95% des personnes ont obtempérer avec MBS en signant la remise d'un cheque comme pour rembourser l'etat donc seraient libre .. donc si l'arabie saoudite se sont rembourser eux meme du montant qu'ils devaient a hariri alors techniquement il serait libre auj d'où la menace de l'emprisonnement s'il ne suivait pas la ligne politique saoudienne ...

hariri n'a jamais voulu y déroger comme le laisse entendre bcp de media moumana3sites .. de plus si tel etait le cas vous ne pensez pas que ces memes medias auraient s'en serait pas servis avec cœur de joie pendant la crise !?

pour finir MBS pour moi commencer tres bien son regne ou la prepare tres bien ... s'éloignant de la doctrine Wahhabite.. et en s'ouvrant sur le monde en y autorisant des fetes, etc mais il y a bcp de chemin a faire s'il veut comme il le dit arriver a faire de l'arabie saoudite un dubai

Remy Martin

Je veux croire que MBS risque serieusement de rentrer dans l'Histoire, par la grande porte, comme celui tant attendu et qui a enfin ose extirper le Moyen-Orient de sa lethargie, sclerosee depuis des siecles d'obscurantisme...

Ma Fi Metlo

Ah mais au fait d'où connaît il Hitler?

Il s'est encore fait brieffer par ses maîtres à ce que Je Vois.

Saliba Nouhad

Non mais, écoutez-le: « nous avons des experts qui s’assurent qu’aucune société ne fasse faillite pour ne pas augmenter le taux de chômage »
Et notre pauvre Ministre Hariri à qui vous devez 8 milliards de $, avec ses 30.000 employés et que vous avez poussé à la faillite?
Je pense lire entre les lignes que Mr Hariri faisait définitivement partie des gens très riches et tombés en disgrâce, accusé de corruption, pénalisé de ces 8 milliards de $, et, récemment avait reçu l’ultimatum soit de suivre la ligne politique saoudienne contre l’Iran ou retrouver les autres dans leur prison dorée en tant que saoudien...
Nous connaissons la suite...

Irene Said

Des nouveaux Hitler, il y en a plusieurs dans notre région...ils sont juste habillés de différents vêtements et autres décorations religieuses...
Irène Saïd

Chorzow Factory

Lorsque Staline dénonce Hitler...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL A PLEINEMENT RAISON DANS TOUT CE QU,IL DIT !

wayzani jamal

Je pense que hariri a bien compris le message de l'adjoint du gardien des 2 grandes mosquées. Donc mon cher ami a bon entendeur, salut.
L'adjoint doit être bien épaulé jusqu’à proférer de telles menaces.
Bravo mon ami, pour le bien du moyen Orient que ta guerre annoncée commence.

gaby sioufi

quoique des termes propres a lui furent utilisees- pt't- peu diplomatiques parfois, mais il reste que les faits decrits sont indiscutables.
de n'importe quel angle d'ou les voit.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.