X

Liban

Hariri revient avec des solutions

Liban-Arabie saoudite

La neutralité du Liban, une condition sine qua non, selon le Premier ministre démissionnaire.

13/11/2017

De l'interview historique qu'attendaient non seulement les Libanais, mais également les observateurs du monde entier, pour comprendre « le mystère » de la démission du Premier ministre, Saad Hariri, il faudra retenir les expressions-clés réitérées à maintes reprises lors de l'entretien et qui donnent le ton de la période à venir. « Le choc positif », « la nécessité du retour à une distanciation réelle et non rhétorique », « l'intérêt du Liban qui passe avant tout autre chose », et enfin, le « dialogue incontournable » sur le plan interne libanais qui doit porter sur l'implication du Hezbollah à l'extérieur, et les « armes du Hezbollah » qui seront résolues au niveau régional.

En bref, c'est un discours positif de conciliation que M. Hariri a veillé à tenir hier lors de l'entretien retransmis en direct de Riyad par la chaîne du Futur, en proposant une feuille de route claire, nette et précise sur la solution à la crise déclenchée le jour de sa démission. Le Premier ministre démissionnaire serait ainsi disposé à retourner au Liban, peut-être même à former un nouveau gouvernement, mais sous le seul label de la « neutralité du Liban vis-à-vis des crises régionales ».

Sur un ton grave et pondéré, M. Hariri a affirmé, plus d'une fois, qu'il allait rentrer au Liban « dans les prochains jours », et ce en dépit « des menaces sécuritaires » qui, a-t-il dit, continuent de peser sur lui.
Évitant tout au long de l'entretien de s'attaquer au Hezbollah, M. Hariri a également revalidé son entente avec le chef de l'État, Michel Aoun, qu'il a qualifié « d'homme de confiance », une entente qui devra être toutefois revue et corrigée sur de nouvelles bases. « Je ne suis pas de ceux qui menacent de démissionner. Je le fais. J'ai démissionné sans menaces. Je vais revenir au Liban très bientôt et respecter les modalités constitutionnelles pour rendre effective ma démission », a-t-il dit.

M. Hariri a répété que l'initiative qu'il a prise vise exclusivement à « préserver l'intérêt du Liban », un objectif qui sert également « l'intérêt du Hezbollah ». « J'ai vu beaucoup de développements dans la région qui nuisent au pays. Je me suis souvent exprimé pendant cette période et j'ai répété mes craintes devant plusieurs personnes », a-t-il confié.

Il a dénoncé l'ingérence de l'Iran qui, selon lui, « représente un poids pour les Libanais », reconnaissant au passage que le compromis conclu au début du sexennat n'a pas donné ses résultats, l'objectif de ramener le Hezbollah dans le giron de l'État et d'éloigner le Liban de la politique des axes n'ayant pas été atteint. « Je suis fier du compromis que nous avons trouvé au Liban et j'espérais qu'il soit efficace. Je ne suis pas contre le Hezbollah en tant que parti politique, mais je suis contre le fait que le Hezbollah joue un rôle externe et mette le Liban en danger », a-t-il insisté.

Il a également fait état de sa volonté de consulter les partis politiques pour tenter d'extirper le Liban des ingérences dans la région. « Le Liban ne peut pas rester dans cette situation », a-t-il martelé. « Je ne permettrai pas qu'une guerre soit lancée contre le Liban », a-t-il ajouté, un peu plus loin.

Le Premier ministre démissionnaire à répété à l'envi que sa démission était une décision personnelle, qui ne lui a été prescrite par aucune tierce partie, se disant « libre » au royaume.

 

(Lire aussi : Le message de Hariri à Aoun)

 

Aoun, un homme de confiance
Interrogé sur la position exprimée par Baabda qui, à ce jour, considère sa démission annoncée depuis Riyad comme non effective, il a répondu : « Le président Aoun est attaché à la Constitution et nous devons tous la respecter. Le président a le droit de refuser cette démission et c'est un devoir constitutionnel que d'aller le voir pour lui présenter personnellement ma démission. »

Et d'ajouter : « Michel Aoun a raison, je dois rentrer au Liban. Je suis fier de ma relation avec le président et nous continuerons la discussion sur les moyens à prendre pour préserver le compromis politique. Le problème, c'est que le Liban n'est pas resté à l'écart des conflits, c'est pour cela que nous devons rediscuter des mesures à prendre. »

Évoquant son rapport avec le président, il a affirmé que M. Aoun « est un homme de confiance ». « Cette relation va se poursuivre. » « Malgré nos différences, nous sommes d'accord sur plusieurs points. Nous devons insister sur la neutralité du Liban pour éviter d'entrer dans les conflits régionaux », a indiqué M. Hariri.
Il a également souligné que le président Aoun devrait lancer un dialogue autour de la question des armes du Hezbollah. « La question du Hezbollah ne concerne pas uniquement le Liban, mais la région tout entière. C'est pour cela qu'il faut protéger le Liban par un dialogue sérieux interne », précisant toutefois que c'est « au niveau régional » qu'une solution à la question des armes du Hezbollah peut être trouvée.

 

(Lire aussi : Première interview de Hariri depuis sa démission : ses principales déclarations)

 

Relations avec Riyad
Aux multiples interrogations portant sur le rôle présumé du prince héritier dans la démission et sa concomitance avec les arrestations massives qui ont eu lieu à Riyad – « une pure coïncidence » et « une affaire interne », selon lui – ainsi qu'autour du mystère qui a entouré son long silence depuis le 4 novembre, M. Hariri a eu une seule réponse, balayant toutes les accusations imputées au régime saoudien. Évoquant les récentes purges en Arabie, M. Hariri a souligné que le Liban devrait prendre exemple sur les Saoudiens et que les corrompus devraient être jetés en prison.

« Mes relations avec l'Arabie saoudite sont très anciennes et je respecte la famille royale, le roi me traite comme son fils », a-t-il dit en référence au roi Salmane ben Abdel Aziz. Il a également déclaré avoir une relation « excellente et privilégiée » avec le prince héritier Mohammad ben Salmane.
« L'Arabie aime Beyrouth, mais elle ne va pas aimer Beyrouth plus que Riyad. S'il y a une partie au Liban qui essaie de déstabiliser la sécurité du Golfe, le Golfe va-t-il continuer de nous aimer ? » s'est-il demandé en insistant sur le fait que l'Arabie saoudite n'avait jamais exprimé une position hostile au Hezbollah « avant la guerre du Yémen ».

Il a par ailleurs souligné qu'aussi bien le roi d'Arabie que le prince héritier « sont attachés à la stabilité du Liban, y compris la stabilité économique, et à sa démocratie », rappelant que plus de 300 000 Libanais vivent et travaillent dans les pays du Golfe.

En réponse à une question, M. Hariri a assuré avoir écris le discours de démission lui-même pour faire « un choc positif, et non pas négatif, afin de signifier aux Libanais que la situation est dangereuse ».

 

Lire aussi

Mortelles distances, l'édito d'Elie Fayad

Raï aujourd'hui en Arabie saoudite, « au nom de tous les Libanais »

Au marathon de Beyrouth, les Libanais affichent leur soutien à Hariri

Cinq questions sur la "guerre froide" entre l'Arabie et l'Iran

Pour mémoire

L’autoroute chiite sera-t-elle brisée, et, si oui, par qui ?

Riyad et Téhéran ont-ils les moyens de leurs ambitions ?

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

y avait il du nouveau la dedans ?
pas que je sache, quoique j'ai pu ecouter ET lire les levres de hariri....

Le Faucon Pèlerin

La résolution N° 12 de la Déclaration de Baabda : Tenir le Liban à l'écart de la politique des axes et des conflits régionaux et des tensions régionales...
Le Hezbollah était l'un de ses signataires. Où en est-il aujourd'hui ?

Eleni Caridopoulou

Pauvre Hariri , que Dieu le protège, il ne peut rien faire contre les armes du Hezbollah d'ailleurs l'armée est aux mains du Hezbollah et de l'Iran.

Henrik Yowakim

Le Premier ministre démissionnaire serait ainsi disposé à retourner au Liban, peut-être même à former un nouveau gouvernement, mais sous le seul label de la « neutralité du Liban vis-à-vis des crises régionales »

IL ETAIT GRAND IL ETAIT BEAU IL SENTAIT BON LE SABLE DE L'ARABIE SAUDI OGERO

TRES TARD TROP TARD LE HEROS POUR POSER DES CONDITIONS

LE PARTI DES IRANIENS TIENT DEJA LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ET LE DUPOLE DE LA VIOLENCE PHYSIQUE

POIURQUOI RENONCERAIT IL A CES 2 BELLES PRISES RENDUES POSSIBLE PAR L'ENTENTE HARAKIRI AWON BENIE PAR GAGAAAA??

Georges MELKI

S'il est vraiment l'auteur de la lettre de démission, pourquoi ne pas l'avoir présentée à Aoun quand il était au Liban? Et vous croyez sincèrement que Hariri avait sa mine de tous les jours durant cette entrevue avec Paula Yaacoubian? Allons donc!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BOYCOTTER LE DISCOURS DE HARIRI POUR GARDER SES PARTISANS SOUS L,IMPRESSION DES PROPAGANDES NEGATIVES ...PAR TOUS CEUX QUI L,ONT FAIT... ERRONNEES ET MALICIEUSES CONTRE LUI ET LA SAOUDITE REPETEES TOUS CES JOURS EST UNE HONTE ET UN CRIME ABJECT CONTRE
L,INTELLIGENCE DES LIBANAIS !
OR QU,A-T-IL DIT A SON INTERVIEW ? LEBNEN AWALAN ET LA DISTANCIATION ET ANNONCE SON RETOUR ! CHOSES QUE LES AUTRES TENORS DES FAUSSES RUMEURS NE VOULAIENT PAS QUE LEURS PARTISANS ENTENDENT POUR LES GARDER FANATIQUEMENT DANS L,IGNORANCE DE LA REALITE ET PRISONNIERS DES DESINFORMATIONS ET DES HAINES QU,ILS LEURS INJECTENT DANS L,ESPRIT ET LE COEUR...
SAAD HARIRI... LEBNEN AWALAN ! ETAT ! ARMEE ! PEUPLE !

Yves Prevost

La neutralité du Liban:tous, à Baabda en étaient convenus, mais, comme on pouvait s'y attendre, le elle a bien vite été reniée parle Hezbollah. Egalement inscrite dans le discours d'intronisation du président, elle n'a guère tenu devant les froncements de sourcils de HN. L'Arabie Saoudite pourra-t-elle contraindre le Liban à respecter ses engagements?
Quant à la « solution aux armes du Hezbollah », elle est simple: la remise à l'armée de ces armes, conformément à l'accord de Taëf. Mais, bien sûr, sa mise en oeuvre rappelle la fable des rats voulant attacher un grelot au cou du chat.
Reste cependant une solution: étouffer financièrement la milice iranienne. C'est ce que nous proposent l'Amérique et l'Arabie Saoudite... et nous osons faire la fine bouche!

Bery tus

et maintenant Mr le president et ya sayyed avec le respect que je vous dois bien entendu, qu'allez vous dire !?

il n'est pas maitre de ce qu'il dit pour l'un, et pour l'autre qu'il est detenue et en residence surveiller

le peuple libanais demandes pq n'avez vous pas retransmis son discours !?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

Les obligations de la classe politique libanaise

Décryptage de Scarlett HADDAD

La récente crise a renforcé les liens entre les responsables...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.