X

À La Une

La façon dont la démission de Hariri a été annoncée est "inadmissible", dit Aoun au chargé d'affaires saoudien

Liban

"Après une semaine d'assignation à résidence, volontaire ou non, il est grand temps que cheikh Saad (Hariri) revienne", souligne Joumblatt.

OLJ
10/11/2017

Le président libanais Michel Aoun a réclamé vendredi le retour au Liban de Saad Hariri qui se trouve en Arabie saoudite depuis l'annonce surprise de sa démission du poste de Premier ministre samedi dernier.

Le chef de l’État a ainsi déclaré, selon l'Agence nationale d'information (Ani), que la façon dont la démission de M. Hariri a été annoncée était "inadmissible", lors d'un entretien dans la matinée au palais de Baabda le chargé d'affaires saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari, demandant le retour de M. Hariri au Liban.

M. Boukhari a, selon la LBC, évoqué une possible réunion entre M. Hariri et le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, à Riyad. Des sources au sein du ministères des Affaires étrangères ont confirmé avoir reçu cette proposition, refusant toutefois de la commenter, toujours selon la LBC.

Les voix se font de plus en plus fortes au sein de l'establishment politique libanais, pour un retour à Beyrouth du chef du gouvernement, alors que se multiplient les interrogations concernant sa liberté de mouvement dans le royaume wahhabite. Le mystère est en effet total depuis l'annonce choc de M. Hariri, invoquant la "mainmise" de l'Iran et de son allié au Liban, le Hezbollah, sur les affaires intérieures du pays.

"Après une semaine d'assignation à résidence, volontaire ou non, il est grand temps que cheikh Saad (Hariri), avec lequel nous sommes en accord pour poursuivre le processus de construction et de stabilité de l'État, revienne", a déclaré vendredi matin le leader druze libanais Walid Joumblatt sur son compte Twitter. "Il n'y pas d'alternative", a-t-il ajouté.  Walid Joumblatt, interrogé plus tard par Reuters, a affirmé que son pays ne méritait pas les accusations saoudiennes. "Pendant des années, nous avons été amis", a-t-il rappelé, jugeant "triste" la situation actuelle.

Jeudi, plusieurs personnalités et formations politiques locales, dont le Courant du Futur, ont également réclamé le retour de Saad Hariri. Un rassemblement citoyen, lancé sur les réseaux sociaux, pour le retour du Premier ministre, sera organisé samedi matin sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth.

 

(Lire aussi : Saad Hariri "est libre de ses mouvements" à Riyad, selon Paris)

 

Aoun soutenu par les grandes puissances
La rencontre du président Aoun avec le chargé d'affaires saoudien s'inscrit dans le cadre des concertations que mène M. Aoun depuis l'annonce de la démission de M. Hariri. Le chef de l’État attend que le Premier ministre lui remette officiellement sa démission pour s'exprimer sur le sujet et lancer, éventuellement, des consultations pour la formation d'un gouvernement.

Après avoir rencontré les principaux responsables politiques du pays ces derniers jours, le chef de l’État libanais s'est entretenu dans la journée avec d'autres ambassadeurs en poste à Beyrouth.

Il s'est entretenu avec les ambassadeurs à Beyrouth des pays et des organismes internationaux membres du Groupe de soutien international au Liban, à savoir les États-Unis, la France, le Royaume-uni, la Russie, la Chine, l'Allemagne, l'Italie, les Nations Unies, la Ligue arabe et l'Union européenne, qui ont affiché leur soutien à la stabilité du Liban et aux prises de position du chef de l'Etat libanais.
Lors de cette rencontre, M. Aoun a exprimé son inquiétude face aux circonstances entourant la situation de M. Hariri et la nécessité de les éclaircir, rappelant aux ambassadeurs présents les accords qui régissent les relations entre les Etats et l'immunité accordée à leurs ressortissants. Le président Aoun a également assuré que les leaders politiques libanais étaient attachés à l'unité nationale. Le président libanais a ensuite reçu les ambassadeurs des Emirats arabes unis, de la Jordanie et de Syrie à Beyrouth.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait part de sa "grande inquiétude" face à la crise politique au Liban, assurant multiplier les "contacts" pour éviter une "escalade aux conséquences tragiques".

 

(Lire aussi : Raï « obtient » de rencontrer Saad Hariri à Riyad)

 

Le mufti appelle à la retenue
Le mufti de la République, cheikh Abdellatif Deriane, a poursuivi également ses entretiens à Dar el-Fatwa avec les responsables politiques du pays. Il a notamment reçu l'ancien Premier ministre Tammam Salam. "M. Hariri a supporté beaucoup de choses et a fait le bon choix", a-t-il déclaré à l'issue de son entretien, appelant à la responsabilité de chacun afin d'éviter les surenchères.

Jamal Jarrah, ministre des Télécommunications et membre du Courant du Futur, a de son côté affirmé à partir de Dar el-Fatwa que son parti insiste sur son communiqué publié la veille. "Le retour du chef du gouvernement libanais est une nécessité pour recouvrer la dignité et pour préserver les équilibres internes et externes du Liban dans le cadre du respect entier de la légitimité du pays consacrée par la Constitution et l'accord de Taëf", avait indiqué le bloc parlementaire du Futur, parti de M. Hariri, dans ce texte.

Le mufti a, lui, affirmé que "la démission de M. Hariri, que nous comprenons, est arrivée dans des circonstances compliquées pour le Liban". Il a dans ce contexte appelé à l'unité nationale et à la retenue.

De son côté, le mufti de Tripoli et du Liban-Nord, Malek Chaar, a déclaré vendredi que les raisons de la démission du Premier ministre Saad Hariri sont "graves". "Aucun camp ne doit penser qu'il l'a emporté sur un autre, ni grâce à ses affiliations étrangères, ni au fait qu'il possède des armes", a prévenu Malek Chaar, en référence au Hezbollah.

Pour sa part, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, l'un des représentants du Hezbollah au sein du gouvernement, a déclaré vendredi que les élections législatives, prévues en principe au printemps prochain, pourraient être reportées après la démission de Saad Hariri.

Sur le plan sécuritaire, le commandant en chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun, a déclaré dans la journée que la situation sécuritaire au Liban était "sous contrôle", ajoutant que la préservation de la stabilité était une priorité.

 

 

 

Lire aussi
La façon dont la démission de Hariri a été annoncée est "inadmissible", dit Aoun au chargé d'affaires saoudien

Le Liban, unanime, réclame le retour de Hariri à Beyrouth

Le Liban uni pour réclamer le retour de Hariri à Beyrouth, le décryptage de Scarlett Haddad

Tête-bêche, le billet de Gaby Nasr

Sleiman à « L'OLJ » : Il est grand temps d'appliquer la déclaration de Baabda

Gouvernement : quels choix avant la bataille ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Ok d accord avec Aoun : il fallait annoncer la démission de Hariri comme on a annoncé l élection du président! Il faut quand même le Touch, peut être quelques poèmes de Omar elKhayam...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA FACON DONT LA DEMISSION DE HARIRI A ETE AMMOMCEE EST INADMISSIBLE DIT-IL ! MAIS DITES-LE A HARIRI LUI MEME QUI A CHOISI DE PARTIR POUR SAUVER SA VIE ET DEMISSIONNER DE LA OU ON NE PEUT PAS L,ASSASSINER...

Sarkis Serge Tateossian

Que les choses soient claires. Nous libanais sommes ni contre l'Iran, ni contre l'Arabie saoudite. Nous avons des sensibilités plus ou moins affichées pour tel ou tel selon nos convictions ou nos affinités (à titre personnel, pour moi les deux se valent, car ni l'un ni l'autre ne fait l'effort pour nous aider ,,,leur seule ambition est « l'expansion » de leur influence ! L'un avec le pouvoir de l'argent et l'autre avec ce qu'on lui a encore laissé : les milices)

Oui Hariri est pris en otage à Riyad et cela est inadmissible, cela va laisser une tâche indélébile sur la crédibilité des saoudiens,,,,pour de longues décennies (ce n'est pas rien que de retenir un premier ministre d'un pays souverain en voyage diplomatique,,,) et le faire « lire sa démission » pour lui faire perdre son immunité pour ensuite l'inculper ! (c'est de ça qu'il s'agit)

Il y a quelques années l'Arabie saoudite, mécontente de la politique libanaise (pas assez agressive vis à vis de l'Iran), a renoncé aux 3 milliards promis à l'armée libanaise (pour sa modernisation), (après il se plaint que l'armée n'est pas assez puissant)

Aujourd’hui, l'Arabie considère que le consensus au sein de l'état libanais n'est pas bon de son goût et compte faire payer le premier ministre Hariri et du même coup, livrer le Liban au chaos ,,,(vengeance)

C'est triste ...tout ceci !

Affectueusement, libanaisement, mes salutations à toutes et à tous

Irene Said

Pourquoi le chef de l'Etat Libanais, Monsieur Michel Aoun, ne s'adresse-t-il pas directement au chef de l'Etat Séoudien, d'égal à égal, pour exiger des explications concernant la "démission" de Monsieur Saad Hariri ?

Combien de jours passés déjà à consulter d'innombrables ambassadeurs, diplomates etc...sans résultat ?

Comment, Monsieur Michel Aoun, chef de l'Etat Libanais, se laisse-t-il ainsi humilier par un autre Etat, fut-ce l'Arabie Séoudite ?
Irène Saïd

L'Orient-Le Jour

Merci pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.
Cordialement

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MBS... ASSEZ DE GAFFES ! IL N,EN EST PAS LE TEMPS...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PARAGRAPHE 8, LIGNE 2 A LA FIN AVEC AU LIEU D,AVEC...

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué