X

Culture

Hayk Melikyan : Sans piano, je suis en manque d’oxygène...

E-terview

À trente-six ans, le piano n'en finit pas de titiller ses doigts et d'habiter son être.

30/10/2017

Hayk Melikyan, prince du clavier à la puissance de jeu remarquée par la presse et le public, virtuose d'une sensibilité exacerbée, doté pour son agilité aux touches d'ivoire du titre d'artiste honoré d'Arménie, est au cœur du chapelet de concerts offerts par Les Musicale de Baabdate. À travers une e-terview, des mots en miniconfidence pour parler de sa performance, de son inspiration.

C'est votre premier voyage au Liban ? Dans quel état d'esprit et d'inspiration êtes-vous ?
En effet, c'est mon premier voyage au Liban. J'attends avec impatience ce concert dans le cadre des Musicales de Baabdate. J'avais beaucoup entendu parler de votre beau pays et de ses traditions culturelles, mais aussi, ce qui est plus important encore, des relations amicales entre l'Arménie et le Liban.

Le piano est votre ami et compagnon. Comment le définissez-vous ?
Oui, absolument, le piano est une partie indivisible de ma vie et mon ami fidèle. Sans piano, je suis en manque d'oxygène...

Le menu que vous avez concocté est à prédominance arménienne, avec des moments forts réservés à des compositeurs de tous les temps. Un commentaire sur ce programme ?
C'est un programme conçu avec les organisateurs du festival. On a rassemblé quelques œuvres majeures, des compositeurs un peu de tous horizons, mondialement connus. Cela va du XXe siècle à l'époque contemporaine. Parmi ces œuvres, je cite Pétrouchka de Stravinsky, La Toccata de Khatchadourian, Mists, une composition à l'écriture et à l'interprétation difficiles de Xenakis. Sans oublier de citer les pièces de Gurdjieff et celles de Villa-Lobos... Par-delà espace et temps, un voyage sonore sans frontières.

Êtes-vous en relation avec des compositeurs libanais ? En connaissez-vous quelques-uns ?
Je connais plutôt les œuvres de certains musiciens libanais, dont celles de Naji Hakim, Béchara el-Khoury, Zad Moultaka. Je suis très heureux d'avoir interprété l'année dernière à Erevan, ma ville natale, la pièce du compositeur libanais Karim Haddad intitulée 47 Lat. N – 3 Long. O.

Quels sont vos compositeurs favoris? Ainsi que les interprètes qui vous font rêver, aussi bien au passé qu'au présent ?
Si je ne me prononce pas en toute précision sur mes préférences musicales, je peux toutefois affirmer que je suis épris de la musique du XXe siècle ainsi que de celle du monde contemporain. Ici, j'ai la chance de représenter et d'exposer à travers le piano les images et les problèmes de nos jours, même politiques et personnels. Mais par ailleurs, j'aime beaucoup interpréter aussi la musique des compositeurs de la période baroque, particulièrement les œuvres de Bach et Scarlatti.

Il semble qu'il y a une surprise, une curiosité dans votre concert au sein des Musicales de Baabdate. Un petit mot pour étancher la soif des pianophiles ?
Voilà, le secret est livré : le cycle de Haendel sera joué sur un « toy piano » (piano jouet) ! C'était un grand fait historique dans la musique du XXe siècle quand John Cage, le compositeur américain, a créé en 1948 sa Suite pour toy piano. Après cette approche inédite, plusieurs compositeurs et artistes lui ont emboîté le pas ! En ce qui me concerne, j'interprète souvent sur un toy piano, pas seulement la Suite de Cage, mais aussi d'autres œuvres de Stravinsky, Bartók, Tatev Amiryan...

Tant de concerts de piano au Liban et ailleurs... Qu'avez-vous à dire au public qui va venir vous applaudir ?
Il est clair que le Liban a une vie culturelle intense et active ! Et je suis heureux d'y participer. Je souhaite surtout une bonne écoute aux auditeurs car la musique est toujours un moment de détente et de bonheur.

Hayk Melikyan donne un récital de piano ce soir lundi 30 octobre à l'église Saint-Antoine-de-Padoue à Baabdate à 19h30. Entrée libre.

 

Lire aussi

Les Musicales de Baabdate s’étoffent et prennent de la voix...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Ce sera un grand moment privilégié. Bravo et merci

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les Saoudiens et le courant du Futur, des relations tendues

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.