Rechercher
Rechercher

À La Une - repère

Qu'advient-il des jihadistes de l'EI une fois vaincus ?

Sont-ils arrêtés? Tués ?  Déguisés en civils ? La fuite est-elle possible ?

Un drapeau du groupe Etat Islamique peint sur un mur devant l'entrée principale de l'ancien palais de Saddam Hussein, à Tikrit, en Irak, le 5 avril 2015. Photo d'archives AFP/MOHAMMED SAWAF

A chaque défaite infligée au groupe État islamique (EI) en Syrie et en Irak, la même question se pose. Qu'advient-il des milliers de jihadistes vaincus?

Depuis plusieurs mois, l'organisation ultraradicale est confrontée à de vastes offensives dans ces deux pays, ainsi qu'en Libye. Les jihadistes ont perdu la ville libyenne de Syrte en décembre 2016 et ont été chassés de la ville irakienne de Ramadi en février 2016 et de Mossoul en juillet 2017. En Syrie, les dernières poches de l'EI paraissent proche de tomber, notamment Raqqa, leur ex-"capitale" dans le nord.

A chaque revers, plusieurs scénarios similaires se reproduisent, estiment des experts.

 

 

Sont-ils arrêtés ? Tués ?

Après chaque bataille, les vainqueurs annoncent avoir tué ou interpellé des centaines de jihadistes, sans qu'il ne soit possible de vérifier ces chiffres de manière indépendante.

A son apogée en 2014, l'organisation ultraradicale comptait des dizaines de milliers de combattants, dont quelque 40.000 venus de l'étranger, selon des statistiques américaines.

"Nous ne pouvons pas donner le nombre de (jihadistes) arrêtés mais nous confirmons qu'il y a bon nombre d'entre eux en détention", indique à l'AFP Mustefa Bali, un porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance arabo-kurde engagée contre l'EI à Raqqa avec le soutien de Washington.

Sur le terrain, à Mossoul ou à Raqqa, des journalistes ont pu voir le corps de jihadistes tués au combat, mais ces dépouilles ne dépassent jamais les quelques dizaines.

Les opérations militaires s'accompagnent parfois d'exactions, d'après des ONG. En juillet, après la victoire des forces de sécurité irakiennes contre l'EI à Mossoul, Human Rights Watch (HRW) avait accusé une unité de l'armée d'avoir mené des exécutions sommaires de jihadistes faits prisonniers.

 

(Lire aussi : Même acculé dans son fief en Syrie, l'EI conserve sa capacité de nuisance)

 


Jihadistes déguisés en civils ?

Pour échapper aux forces de sécurité, les combattants de l'EI tentent de se fondre parmi les civils fuyant les combats, ou les habitants restés dans leur quartier.

A Raqqa, "certains se mêlent à la population et se présentent comme des déplacés", confirme M. Bali, des FDS. Mais "ils sont repérés dans les camps grâce à nos bases de données", assure-t-il.

"Ils peuvent se transformer en cellules dormantes, ou essayer de recruter de nouveaux membres", estime Aymenn Jawad al-Tamimi, spécialiste des mouvements jihadistes.

Les jihadistes peuvent échapper à la vigilance des autorités, notamment quand "les civils évitent de les dénoncer par peur d'actes de vengeance", souligne Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Pour éviter ce scénario, les forces irakiennes vérifient scrupuleusement l'identité des déplacés, se référant à une base de données mais aussi à des informateurs locaux. Le système n'est toutefois pas infaillible. "Un grand nombre de membres de l'EI se cachent parmi la population dans les quartiers de Mossoul, en particulier dans la vieille ville", reconnaît un responsable local irakien. Une infiltration qui "explique les assassinats et les attentats à la bombe qui surviennent", assure Hisham al-Hashimi, chercheur spécialiste des courants jihadistes.

 

(Lire aussi : Les FDS s'emparent du QG de sécurité de l'EI à Raqqa)

 


Quid des jihadistes étrangers ?

Les jihadistes étrangers, trahis par leurs traits et leur accent, n'ont pas la possibilité de se fondre facilement au sein de la population locale. Pour eux, l'unique option est de poursuivre la lutte.

"Il y a beaucoup de combattants étrangers qui ne veulent pas abandonner et ont l'intention de se battre avec acharnement", affirmait récemment à l'AFP un commandant de la coalition internationale anti-EI.

Les étrangers jouent souvent le rôle de "kamikaze" en Irak, souligne M. Hashimi.

En Syrie, certains tentent le retour vers leur pays d'origine à travers la frontière turque grâce à des passeurs, estime M. Tamimi.

Un repli désormais toléré par l'organisation, qui refusait autrefois à ses membres le droit d'abandonner la terre du "califat". "Le groupe affirme dans sa propagande qu'il n'est désormais plus interdit de quitter les territoires de l'EI", estime l'analyste Charlie Winter.

En Libye, les jihadistes d'origine arabe ou africaine peuvent passer inaperçu, se fondant parmi l'importante main-d'oeuvre étrangère qui afflue traditionnellement vers le pays, selon des experts.

 

(Lire aussi : L'EI chassé de la province syrienne de Hama)

 


La fuite est-elle possible ?

Acculés, les jihadistes vaincus se réfugient dans les derniers bastions de l'EI, notamment dans deux villes syriennes à la frontière irakienne.

"Depuis longtemps déjà, le centre de gravité de l'EI a été transféré (...) vers Mayadine et Boukamal", indique M. Winter. C'est vers ces villes, situées sur l'Euphrate, entre Deir ez-Zor et la frontière irakienne, que le groupe "commence à évacuer le gros de ses forces avant la perte d'un centre urbain ou d'un territoire", poursuit-il.

Dans ces cités, "les combats vont être féroces parce que, depuis plus d'un an, l'EI y a renforcé ses infrastructures et ses effectifs", affirme l'analyste.

 

Pour mémoire

Hawija, dernière grande ville d'Irak avec al-Qaïm aux mains de l'EI

La "fin" de l'EI à Raqqa est proche, selon les forces soutenues par Washington

A Deir Ez-Zor, la vie reprend lentement après le siège de l'EI

A chaque défaite infligée au groupe État islamique (EI) en Syrie et en Irak, la même question se pose. Qu'advient-il des milliers de jihadistes vaincus?
Depuis plusieurs mois, l'organisation ultraradicale est confrontée à de vastes offensives dans ces deux pays, ainsi qu'en Libye. Les jihadistes ont perdu la ville libyenne de Syrte en décembre 2016 et ont été chassés de la ville...
commentaires (4)

comme ils sont TRES nombreux. leur avenir est assure par les Co de securite privees . salaires relativement tres bas, tout le monde sera content

Gaby SIOUFI

12 h 23, le 07 octobre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • comme ils sont TRES nombreux. leur avenir est assure par les Co de securite privees . salaires relativement tres bas, tout le monde sera content

    Gaby SIOUFI

    12 h 23, le 07 octobre 2017

  • Et voilà où en sont arrivés ces "djihadistes" qui voulaient établir un "califat" basé sur une interprétation érronée de la religion musulmane, en dominant, torturant, violant et tuant, et éliminant sans pitié tous ceux qui n'acceptaient pas leur doctrine et façon de vivre...même femmes et enfants...au nom d'ALLAH ! Certains sont obligés maintenant de se cacher comme des rats...et comme eux vont probablement finir...dans des égouts...! Combien faudra-t-il encore de victimes innocentes pour que l'on comprenne enfin que l'on ne peut pas imposer "sa religion" à l'autre, même si l'on est persuadé que c'est la meilleure, qu'elle soit sunnite, chiite, ou chrétienne, pour ne citer que ces trois religions monothéistes ??? Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 24, le 05 octobre 2017

  • Énorme problème pour les "démocraties" que ces groupes terroristes "apatrides ou qui se sont classés comme tels" Existe t il une ou des solutions pour traiter les cas individuels "avec humanité", Les vainqueurs disposent ils d'une organisation pour "cribler le grain djihadistes" Avec justice et humanité?

    Chammas frederico

    11 h 04, le 05 octobre 2017

  • ILS SE REPANDRONT DE PAR LE MONDE... CE QUI EST PLUS COMPLIQUE ET TRES DANGEREUX... ET LES ACTIONS TERRORISTES CONTINUERONT POUR DES DECENNIES SI CE N,EST POUR DES SIECLES ENCORE...

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 17, le 05 octobre 2017

Retour en haut