X

À La Une

Les FDS s'emparent du QG de sécurité de l'EI à Raqqa

Syrie

Les jihadistes tiennent toujours un dernier réduit dans le centre de la ville.

OLJ/AFP
02/10/2017

Les combattants antijihadistes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par Washington, ont pris dans le centre de la ville septentrionale de Raqqa les principales structures de commandement du groupe Etat islamique (EI) et se sont emparés de matériel de communication et d'armes.

Avec l'appui des frappes aériennes de la coalition internationale, les FDS ont reconquis 90% de l'ancienne "capitale" de l'EI en Syrie mais les jihadistes tiennent toujours un dernier réduit dans le centre de Raqqa. Elles contrôlent désormais près de la moitié du quartier Al-Nahda, à l'extrémité ouest du centre-ville. Elles y menaient, après les violents combats des derniers jours, des opérations maison par maison à la recherche d'armes ou de documents laissés par les jihadistes.

"Ce quartier était un lieu stratégique pour Daech. La plupart de leurs bases étaient ici, notamment les centres de commandement et les dépôts de munitions", a indiqué le commandant Gabar Derek, utilisant un acronyme arabe de l'EI. De nombreux immeubles du secteur, de grosses structures en pierre, étaient autrefois utilisés par l'administration syrienne avant de tomber aux mains des jihadistes.

"Nous avons progressé il y a quelques jours vers une position utilisée par l'EI, nous y avons trouvé des talkies-walkie. Nous en avons pris un grand nombre, mais il en reste encore une partie", a dit le commandant Derek, 25 ans.

 

(Lire aussi : Même acculé dans son fief en Syrie, l'EI conserve sa capacité de nuisance)

 

'Nous les surveillons'
A proximité, ses combattants déchargeaient un véhicule militaire blindé en sortant notamment un masque à gaz, des grenades antichars et même un sabre dentelé saisis dans un ancien centre de commandement de l'EI.

"Les talkies-walkie sont importants pour nous, car ils nous permettent de savoir quels canaux utilise (les jihadistes de) l'EI pour communiquer, comment ils bougent et quels sont leurs plans. Nous les surveillons", explique le commandant, une écharpe à fleurs autour de la tête.

Au cours de récentes opérations, les FDS s'étaient également emparées de documents administratifs, de centaines de téléphones portables, d'un drone armé, d'une tablette iPad et même de pièces de monnaie frappées de l'inscription "Etat islamique".

Depuis sa prise par l'EI en 2014, Raqqa faisait office de "capitale" syrienne de facto du groupe jihadiste sur les territoires conquis entre l'Irak et la Syrie. La ville était le théâtre des pires atrocités commises par le groupe ultraradical.

Les combattants kurdes et arabes des FDS resserrent l'étau autour des jihadistes de l'EI retranchés dans un secteur du centre-ville comprenant notamment l'Hôpital de Raqqa. Selon des combattants des FDS, les jihadistes retiennent des civils dans le secteur pour les utiliser comme boucliers humains.

 

 

Lire aussi

Partir sans son père, la fuite amère d'une Syrienne de Raqqa

De retour à Raqqa, des habitants pleurent une ville totalement défigurée

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué