X

À La Une

Une loi inédite sur la protection des animaux au Liban enfin promulguée

droits

"C'est un grand jour pour le Liban, pour Animals Lebanon et surtout pour les animaux", a affirmé Jason Mier, directeur exécutif de l'ONG.

OLJ/AFP
29/08/2017

La première loi pour la protection des animaux au Liban a été promulguée mardi, une victoire pour l'ONG de défense de droits des animaux, Animals Lebanon, qui a mené campagne pendant des années.

Une loi approuvée au Parlement le 16 août a été signée mardi par le président de la République Michel Aoun au palais présidentiel de Baabda, en présence de représentants de l'ONG Animals Lebanon. La loi établit les règles pour la possession d'animaux domestiques ainsi que les régulations des zoos et animaleries, et interdit la possession d'animaux sauvages ou menacés.

Pour Animals Lebanon, cette loi est le fruit de huit ans de campagne dans le petit pays méditerranéen. "C'est un grand jour pour le Liban, pour Animals Lebanon et surtout pour les animaux", a affirmé Jason Mier, directeur exécutif de l'ONG. "Il s'agit d'un exploit dont nous sommes fiers", a-t-il ajouté, précisant que son ONG allait veiller à ce que la loi soit appliquée pour améliorer la vie des animaux.

 

(Pour mémoire : Des animaux et des hommes : des droits sur une même planète)

 

Le trafic d'animaux rares est une grosse affaire au Liban, où des tigres et des lions sont souvent retrouvés entassés dans des cages, forcés à participer à des spectacles de cirque et achetés par des personnes richissimes comme symbole d'un statut social. Même les animaux domestiques -y compris chiens, chats, lapins- sont souvent maltraités dans des zoos, des animaleries ou par des particuliers.

Dans le passé, "quand nous repérions les violations, nous (...) n'avions pas de support légal sur lequel nous pouvions nous appuyer", a indiqué à l'AFP Rania Saghieh, avocate auprès d'Animals Lebanon.

D'autres pays du Moyen-Orient, comme la Tunisie et le Qatar, ont adopté des législations similaires, mais leur application restent un défi. "Avec cette loi, les régulations sont aussi strictes, si ce n'est plus strictes que celles qui existent dans la région", a précisé M. Mier à l'AFP.

 

Pour mémoire
Le Liban se dote enfin d’une loi sur la protection des animaux

Nouvelle vie en France pour trois tigres secourus au Liban

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Une avancée majeure. Bravo à l'ONG Animals Lebanon sans laquelle la société libanaise aurait probablement continuer encore longtemps à vivre sans offrir un minimum d'affection et de droits aux animaux dont ils ont besoin.
Une société qui s'honore à respecte les animaux est une société qui respecte la Vie, et qui se respecte.
Respects ...à ces bénévoles éclairés.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES CITOYENS QUI LES PROTEGERA DES PREDATEURS INTERNES ?

Antoine Sabbagha

Dans un pays ou les droits de l’homme sont mal respectés ,la loi inédite sur la protection des animaux au Liban n’est pas un défi mais un souhait timide.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants