Liban

Le dernier épisode de la bataille du jurd : une victoire teintée de tristesse

Décryptage
28/08/2017

C'est une nouvelle page glorieuse de l'histoire du Liban qui est en train de s'écrire avec la victoire éclatante de l'offensive contre Daech dans le jurd de Ras Baalbeck et celui du Qaa. Cette bataille, dont le dernier épisode est en train de se compléter, dans un mélange de tristesse entourant le sort des militaires enlevés par Daech et d'espoir d'une reprise par l'armée de l'initiative sur le champ de bataille, fera couler beaucoup d'encre et suscitera de nombreux commentaires. Mais ce que l'on en retiendra, c'est que l'armée libanaise a tenu parole, menant une « opération propre », sans carnage ni otages, et avec un minimum de pertes. L'opération qui a duré pratiquement neuf jours s'est déroulée conformément au plan initialement prévu de pousser les terroristes dans leurs derniers retranchements, ne leur laissant d'autre choix que la mort ou la reddition. Il n'y a donc pas eu de négociations avec Daech, mais des discussions sur les conditions de sa reddition dans le jurd, menées principalement par le Hezbollah en coordination avec la Sûreté générale, concernant le sort des neuf militaires pris en otages le 2 août 2014.

Il est clair qu'au début, l'ennemi ne croyait pas que l'armée mènerait une bataille aussi ferme et déterminante, misant sur les tiraillements politiques et confessionnels internes libanais et croyant détenir une carte maîtresse, celle du sort des neuf soldats que Daech a exploitée tout au long de cette période. De plus, les terroristes avaient pris leur temps pour piéger l'ensemble de la région, pensant ainsi retarder l'avancée de l'armée et lui causer un nombre élevé de pertes humaines, qui l'aurait empêchée de poursuivre l'offensive, ou en tout cas l'aurait poussée à la suspendre. Mais la grande surprise de cette bataille, c'est que l'armée a déjoué le plan des jihadistes, en misant sur ses équipes de génie qui ont réussi à déminer le chemin à suivre, facilitant l'avancée des soldats avec un minimum de pertes. Ce « coup de génie » (au propre comme au figuré) a constitué un facteur déterminant dans la victoire de l'armée. Mais, celle-ci, il faut bien le reconnaître, n'aurait pas été aussi rapide et éclatante, si les terroristes ne subissaient pas une autre offensive tout aussi féroce du côté syrien, menée par l'armée du régime et les combattants du Hezbollah.

Coincés d'un côté par l'armée libanaise et de l'autre par les combattants du Hezbollah et l'armée syrienne, les miliciens de Daech se sont retrouvés pris en étau autour de la cime la plus élevée de la région Halimat Qara, et la vallée et la plaine de Martbaya qui l'entourent. C'est samedi dans la nuit qu'ils ont décidé d'accepter un accord pour leur évacuation, sans conditions ni tergiversations, ayant visiblement hâte d'en finir, après avoir reçu le feu vert du commandement de Raqqa pour mener ces discussions. Celles-ci se sont d'ailleurs déroulées très rapidement, et un accord en trois étapes a été conclu. D'abord, la remise des dépouilles des martyrs du Hezbollah tombés du côté syrien dans cette bataille, ensuite, la levée du suspense sur le sort des neuf militaires libanais encore aux mains de Daech, avec des indications concrètes, pour éviter les fausses informations données dans le passé proche et lointain, et, enfin, l'évacuation des combattants et de leurs familles dans les bus de l'armée syrienne, vers Deir ez-Zor.

La première phase de l'accord conclu principalement par le Hezbollah – qui a pris en charge les négociations avec Daech, surtout que la grande majorité des combattants s'était repliée vers le côté syrien du jurd et que c'est à partir de là qu'ils ont déclaré être prêts à discuter de leur départ – a été exécutée avec la remise des corps de 5 victimes du parti tombées dans le cadre de cette offensive. La seconde phase était plus compliquée et certainement plus dure, parce qu'il fallait se rendre sur les lieux indiqués avec un responsable de Daech qui faisait partie de ceux qui s'étaient rendus au Hezbollah. C'est ce qui a été fait par une délégation de l'armée et de la Sûreté générale. Six corps ont été retrouvés et identifiés comme appartenant aux soldats libanais. Et c'est le directeur de la Sûreté générale Abbas Ibrahim qui a dû faire la terrible annonce à leurs familles, rassemblées place Riad el-Solh, et aux médias. Auparavant, le président de la République, Michel Aoun, qui suit de très près les détails de cette offensive en avait été informé, ainsi que les différents responsables de l'État. Cette phase ne sera considérée comme terminée que lorsque les deux corps restants seront retrouvés, le dernier des neuf soldats s'étant, selon des sources officielles, rallié à Daech en août 2014, ayant un proche dans l'organisation. Il serait parti depuis longtemps vers Raqqa.

Avec les dernières informations attendues concernant ce dossier, c'est une page triste et frustrante de notre histoire qui se ferme, teintant de sang l'aube naissante du jurd et les uniformes de l'armée victorieuse. Si tout se déroule comme prévu, c'est aujourd'hui que les terroristes de Daech seront évacués vers Deir ez-Zor. Ils partiront sans gloire ni prestige, la tête basse. Mais, déjà, des voix s'élèvent au Liban pour critiquer l'accord conclu par le Hezbollah, réclamant la capture des terroristes et leur jugement devant les tribunaux libanais, sachant que, jusqu'à présent, le procès de Ahmad el-Assir, qui avait tué des soldats à Abra, s'est ouvert en septembre 2015 et n'est pas encore terminé...

 

Lire aussi 

Grande et pas muette, l'édito de Ziyad Makhoul

La nouvelle du décès des militaires otages tombe comme un couperet

« Le cessez-le-feu était le plus pragmatique des maux »...

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le Liban n'est pas un pays guerrier, ni son peuple, ni sa superficie, ni sa vocation ne permettent qu'il guerroie à gauche et à droite pour occuper sa jeunesse. Il respecte tout le monde et ne demande que la réciprocité. A ceux qui veulent s'amuser à tuer et à se faire tuer, ont des espaces plus grands pour exercer leurs talents guerriers.
L'Iran dispose de 1.648.196 km2, la Syrie 185.186, L'Irak 435.052 km2. Le Liban n'a que 10.452 km2 et c'est là que tout le monde veut en faire leur champ de bataille.
En un seul mot : Fichez-nous la paix !

Georges MELKI

" Il n'y a donc pas eu de négociations avec Daech, mais des discussions sur les conditions de sa reddition dans le jurd, menées principalement par le Hezbollah en coordination avec la Sûreté générale, concernant le sort des neuf militaires pris en otages le 2 août 2014."
Tout à fait normal: c'est le "Guide Suprême" qui gouverne, n'est-ce-pas?

VITESSE DE CROISIÈRE

Merci Scarlett pour une info aussi honnête que vraie.

Ça au moins on peut le publier ?????? Incroyable !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BARATIN DU PARTI PRIS N,Y MANQUE PAS COMME D,HABITUDE...

Pierre Hadjigeorgiou

Je trouves quand même bizarre que les prisonniers Hezbollah, eux, sont toujours épargnés puis libérés alors que ceux de l’armée ont été exécuté manu militari. Ce qui est encore plus aberrant c'est que c'est le Hezbollah qui s'en ai pris aux Syriens de l'opposition dans la région, Nosra, ALS ou Daech, et non pas le Liban officiel qui n'a pas arrêter de clamer sa neutralité dans un conflit qui ne le concernait pas, et pourtant ces derniers ne négocient qu'avec ceux qui les ont massacré, déporté, etc... Si j'avais deux ennemis, l'un respectueux des engagements internationaux et l'autre un fou furieux sans scrupules, franchement lequel des deux auriez vous choisis pour vous rendre? Le fou furieux? Difficile a croire! L'histoire un jour nous le dira...

Bery tus

Haha que de baratinage !! Surtout la fin en faisant là jonction des personnes qui étaient pour leur capture et leurs jugements comme il se doit ... pour remettre en cause ces personnes la de protectionisme envers un détenus !!

Madame vous y allez pas un peu fort ?!?!

Pq vous êtes la seule à L'OLJ à affirmée que c'est le hezb qui a négocier à la place de l'armée ?!

L'OLJ Svp donnez nous plus de nouvelles sur ca svp !!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’apartheid du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!