L’édito de Ziyad MAKHOUL

Grande et pas muette

L’édito
28/08/2017

Il y a quelque temps, dans ces mêmes colonnes, on se demandait, avec beaucoup de précautions, si la guerre de Syrie pourrait avoir des répercussions plutôt positives sur le Liban, aussi indirectes soient-elles, aussi tortueuse que soit la trajectoire de l'impact. La réponse, aujourd'hui, est de plus en plus claire : oui.

Pourtant, le Hezbollah s'emploie, jour après jour, à essayer de ressusciter l'une des plus fumeuses et malsaines théories (et pratiques) libanaises, accouchée en 1932 par Antoun Saadé et son PSNS, qui fantasmaient insensément une Grande Syrie dystopique, genre Game of Thrones. Cette théorie s'est transformée et adaptée au fil des décennies, comme un mégavirus, pour devenir cette concomitance des deux volets, sinistre prétexte à toutes les dérives, Anschluss du Liban par la Syrie en tête. Désormais, Hassan Nasrallah ne met même plus de gants, s'embourbant dans un éhonté et honteux matraquage propagandiste en faveur de l'axe irano-syrien, cherchant à peine à masquer ses objurgations à l'adresse de l'État libanais par des conseils. Ses lieutenants, ministres, députés ou simples cadres du Hezb, sont sur tous les fronts : à Damas, pour une foire, des photos et des discours surréels, et à Beyrouth, un peu partout, pour enfoncer le clou.

Paradoxalement, cela est rassurant. Paradoxalement, cela confirme cette impression qu'à quelque chose malheur est bon : que cette guerre de Syrie, qui aurait pu (qui pourrait, à n'importe quel moment...) faire basculer le Liban dans la gueule de tant de volcans, aura au moins eu le mérite de rappeler, et de quelle belle manière, à tous ceux qui essayent perpétuellement de l'occulter, que l'armée libanaise n'est définitivement pas ce parent pauvre, et somme toute assez inutile, du Hezbollah. Et cela met le Hezb en rage.

Qui aurait dit un jour que la troupe allait génétiquement modifier sa façon de communiquer, dans la forme, certes, mais surtout dans le fond ? Qui aurait dit qu'elle allait asséner une véritable leçon de style et de déontologie, prenant le contre-pied du Hezb en n'exhibant, par exemple, aucune photo de jihadiste tué ? Qui aurait dit qu'elle allait faire comprendre à tout le monde, de la manière la moins ambiguë possible, qu'elle ne recevra aucune instruction de qui que ce soit ? Un déclic s'est produit. Quelque chose s'est
(re)mis en marche. Une lucidité claire, nette et implacable s'est imposée. Une (re)prise de conscience d'elle-même, de ce qu'elle est, de cette unanimité qu'elle provoque, toutes communautés confondues, de ce qu'elle vaut, de l'urgence de sa mission : que c'est elle, et elle seule, qui doit protéger le territoire national, les Libanais, leur drapeau, leur coexistence, leur identité, surtout. Aucun uniforme, militaire notamment, n'est exempt de critiques, loin de là, mais voilà cette armée libanaise qui reprend, grâce – le mot est surprenant – à la guerre de Syrie et ses corollaires, grâce à l'opération Aube du jurd, un poil de la bête que les Libanais n'espéraient plus voir et qu'ils accueillent avec une immense fierté, quel que soit leur attachement, encore une fois, à l'institution militaire en général.

Cette (re)naissance de la troupe, cette (ré)union des Libanais autour de ce qui reste, finalement, leur plus important, voire leur seul dénominateur commun, est un champ de promesses, endeuillé, il est vrai, par la confirmation de la mort des militaires otages de l'État islamique, véritablement tombés au champ d'honneur, et par cette infinie, cette insupportable tristesse de leurs familles – les yeux de leurs mères, exsangues, ne regarderont plus la vie tant que les assassins de leurs fils ne seront pas jugés.

En attendant, cette (re)naissance et cette (ré)union viennent superbement consacrer le seul triptyque à même de sauver le Liban et d'honorer ses morts : peuple-armée-État – quand ce dernier, bien sûr, ressuscitera.

P.S. : parce que Hassan Nasrallah, que cela nous plaise ou non, est un homme brillant, il a compris, intuitivement, qu'il fallait rajouter un quatrième élément à cette fameuse équation. Sauf que M. Nasrallah a choisi de privilégier l'élément cancérigène : l'armée syrienne, à l'élément salvateur : la Finul – n'en déplaise à l'administration Trump.

Lire aussi à la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Nader Marc

Le peleton d'execution refera son entree sur scene en temps voulu ...

carlos achkar

HEZB et PSNS sont les plus grands ennemis du Liban. Ces 2 partis n'ont jamais voulu et ne voudront jamais de l'existence de l'Etat Libanais.

Le Faucon Pèlerin

Pour l'exemple : Antoun Saadé qui avait voulu diluer le Liban dans une union avec Bilad Ech-Cham (1), fut accusé de complot contre la sécurité de l'Etat et exécuté le 8 juillet 1949 par un peloton d'exécution !

(1) C'est le nom de la Syrie selon le jargon du PSNS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ETAT, ARMEE, PEUPLE ! TOUT LE RESTE C,EST DU BARATIN ... LES SUPPLEMENTS N,EXISTENT QUE DANS LES TETES VIDES...

gaby sioufi

surtout ne pas oublier la TRES indigne mauvaise foi de nasrallah qui a ouvertement pratique le chantage quant a devoir passer par la syrie pr des pourparlers avec daech qui auraient mene a la liberation de nos soldats,
lui qui presque surement savait bien que nos soldats etaient decedes depuis longtemps.
au moins la il n'aura pas reussi son coup.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le Liban, Hariri n’était pas démissionnaire

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.