Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Abbas Ibrahim : l'accord entre le Hezbollah et les jihadistes dans le jurd d'Ersal est appliqué comme convenu

L'armée libanaise bombarde l'EI dans les jurds de Ras Baalbeck et de Qaa.

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, le général Abbas Ibrahim. Photo Ani

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, le général Abbas Ibrahim, a indiqué vendredi que l'accord de cessez-le-feu, conclu jeudi matin entre le Hezbollah et les jihadistes du Front Fateh el-Cham qui se trouvent encore dans le jurd d'Ersal, à la frontière avec la Syrie, était mis en oeuvre comme convenu.

"Tout se passe comme prévu en ce qui a trait à l'accord du jurd d'Ersal. Sa mise en oeuvre se déroule conformément aux modalités sur lesquelles l'ensemble des parties se sont accordées", a déclaré M. Ibrahim, qui a effectué la médiation entre les deux camps, à la chaîne du Hezbollah, al-Manar.

Cet accord de trêve prévoit la libération de cinq combattants du parti chiite qui étaient détenus par le groupe jihadiste, avait annoncé le service d'information de guerre du Hezb. Il n'est pas précisé quand ces combattants avaient été enlevés et où ils étaient détenus. En retour, les jihadistes et leurs familles sont censés évacuer la zone en question pour se diriger vers Idleb, en Syrie. Selon plusieurs sources concordantes, plus de mille individus se sont enregistrés pour ce transfert. 

Jeudi, le directeur de la SG avait précisé que "le départ de ceux qui souhaitent se rendre à Idleb se fera sous supervision de l'Etat libanais, en coordination avec la Croix-Rouge, qui prendra en charge le côté logistique de l'évacuation". Le directeur de la SG s'était dit à cet effet "optimiste, malgré certains obstacles", affirmant que l'opération prendra "quelques jours".

 

(Lire aussi : L’armée renforce préventivement ses positions dans la région du Qaa)

 

Geagea tacle le Hezbollah
Alors que le calme régnait toujours dans la journée dans le jurd d'Ersal, où le Hezbollah avait lancé sa bataille il y a sept jours, les regards se tournent vers les hauteurs des localités chrétiennes de Ras Baalbeck et de Qaa, dans le nord de la Békaa, où des dizaines de combattants du groupe Etat islamique (EI) sont postés.

Dans la matinée, l'armée libanaise a bombardé des positions de l'EI sur les hauteurs de ces deux localités. Selon les sources militaires citées par la chaîne locale LBCI, la troupe aurait reçu l'ordre d'intensifier ses bombardements.

Sur le plan politique, la question du monopole de la violence fait toujours débat au Liban. "Un Etat fort ne peut pas être édifié tant qu'il y aura des groupes armés illicites et que la décision de guerre ou de paix n'appartiendra pas qu'à l'Etat", a déclaré le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, en référence au Hezbollah, lors d'une rencontre avec 200 Libanais résidant à l'étranger, en visite dans leur pays d'origine.

Jeudi, le leader des FL s'était demandé sur Twitter, "à quoi bon se débarrasser des poches de jihadistes dans des contrées éloignées à la frontière avec la Syrie, si cela implique la perte de la notion d'Etat?".

De son côté, le ministre de l'Economie, Raed Khoury, a affirmé que la bataille du jurd de Ersal n'aura pas de conséquences sur le Liban.

 

 

Lire aussi

Face au triptyque du Hezbollah, stratégie de défense et « notion d’État » resurgissent

Des lectures différentes et des négociations avec l’EI

 

Au Liban, le vieux clivage sur le monopole de la violence a la peau dure

 

La bataille de Ersal, pour compenser les pertes subies en Syrie ?

 

Salam : La bataille du jurd peut être positive, à condition qu'elle ne fasse pas l'objet de surenchères internes

 

Hariri : Je préférerais que l'armée fasse ce que fait le Hezbollah aujourd'hui dans le jurd de Ersal

 

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, le général Abbas Ibrahim, a indiqué vendredi que l'accord de cessez-le-feu, conclu jeudi matin entre le Hezbollah et les jihadistes du Front Fateh el-Cham qui se trouvent encore dans le jurd d'Ersal, à la frontière avec la Syrie, était mis en oeuvre comme convenu.
"Tout se passe comme prévu en ce qui a trait à l'accord du jurd d'Ersal. Sa...
commentaires (10)

Il ne faut se faire des illusions: Israël soutenu par les usa et toute l Europe( y compris notre mère la France) et bien sûr la Russie est un forgeron habile avec la tâche magistrale de modelé notre région: le forgeron chauffe à feu ardent et bat de toutes ses forces politiques, militaires et financières pour faire le produit désiré... Les outils ? Toutes ces pseudo puissances régionales qui remplissent nos nouvelles. Ah si seulement on remplissait nos écoles et nos universités au lieu de nous entretient en guerre fratricides. Encore une fois: Allah yisseiidna et ouvre nos yeux

Wlek Sanferlou

21 h 07, le 28 juillet 2017

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Il ne faut se faire des illusions: Israël soutenu par les usa et toute l Europe( y compris notre mère la France) et bien sûr la Russie est un forgeron habile avec la tâche magistrale de modelé notre région: le forgeron chauffe à feu ardent et bat de toutes ses forces politiques, militaires et financières pour faire le produit désiré... Les outils ? Toutes ces pseudo puissances régionales qui remplissent nos nouvelles. Ah si seulement on remplissait nos écoles et nos universités au lieu de nous entretient en guerre fratricides. Encore une fois: Allah yisseiidna et ouvre nos yeux

    Wlek Sanferlou

    21 h 07, le 28 juillet 2017

  • "à quoi bon se débarrasser des poches de jihadistes dans des contrées éloignées à la frontière avec la Syrie, si cela implique la perte de la notion d'Etat?" Allez dire ca aux gens sous la menace des terroristes et aux habitant de Qaa et Ras Baalbeck

    Chady

    20 h 41, le 28 juillet 2017

  • Malheureusement le libanais est forcé de voir et de financer un soap opera minable de production irano-arabo-israelien sans même pouvoir réagir ! D'où l'invention de l'expression passe partout est à tout résoudre : Allah yisseiidna !

    Wlek Sanferlou

    20 h 11, le 28 juillet 2017

  • Un Etat fort ne peut pas être édifié tant qu'il y aura des groupes armés illicites et que la décision de guerre ou de paix n'appartiendra pas qu'à l'Etat". Qui peut nier cette évidence ?

    Yves Prevost

    18 h 22, le 28 juillet 2017

  • L,ACCORD POUR L,EVACUATION DES TARES VERS IDLEB EST BENEFIQUE POUR LE PAYS... L,ETAT ET LA TROUPE S,ETANT DESISTE, LE HEZBOLLAH A FAIT LE JOB AVEC LEUR ACCORD BIEN SUR ET L,A PROPREMENT FAIT... IL FAUT LE LUI RECONNAITRE MEME SI ON DENIE SES CHOIX ET SES ACTES UNILATERAUX OU IMPOSES...

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 55, le 28 juillet 2017

  • Le Liban politiciens et militaires plongent dans un marasme total . Tout est flou rien n' est clair .

    Antoine Sabbagha

    16 h 48, le 28 juillet 2017

  • si vraiment il y a eu un gain, pourquoi faire des accords avec justement l'ennemi qu'on vient de battre !?!?!?! je comprend pas mais tu gagnes, et tu veux tergiverser avec l'ennemi qui a perdu !!! je comprend pas ERADIQUER LES OUI

    Bery tus

    15 h 30, le 28 juillet 2017

  • Mais le silence israélien peut-il durer définitivement ? Les analystes militaires d’Israël finiront par sortir de leur torpeur, comme cela a été le cas pour la bataille d’Alep. La complexité de cette bataille sur le plan tactique et stratégique a poussé Israël à y revenir. À ersal aussi, Israël va finir par reconnaître la supériorité du Hezb dans des combats asymétriques menés, non pas comme en Syrie en environnement urbain, mais bien au cœur des régions montagneuses. Mais au-delà de tout cela, il y a un rêve qui vient de se briser à ersal, celui qui voulait liguer le Liban contre le Hezb résistant : en dépit des efforts intenses de Tel-Aviv et de ses amis arabes et américains, c’est tout le Liban politique, même les personnalités les plus hostiles à la Résistance, qui ont cautionné l’offensive antiterroriste du mouvement de résistance libanais, et ce, au grand dam d’Israël qui perd là un autre atout stratégique .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 23, le 28 juillet 2017

  • Les médias usurp. refusent de commenter la victoire du Hezb à Ersal où la Résistance a presque démantelé le Front al-Nosra. Absence totale de couverture de la bataille de ersale dans les medias usurp. Une fois n’est pas la coutume, les médias usurp. Ce silence inhabituel est d’autant plus étrange que la portée de la bataille stratégique de ersal dépasse largement le seul Liban et ne manquera pas de se manifester au cours de toute confrontation à venir entre lusurpie et l’axe de Résistance. Mais pourquoi ce silence radio ? Plusieurs hypothèses : il y a d’abord la menace stratégique que fait peser la défaite des terroristes d’al-Nosra sur les intérêts d’Israël. En qualité de bactéries manipulées armée par israel en Syrie et au sud du Liban, la défaite des terroristes qaïdistes d’al-Nosra ne peut que constituer un avertissement : sans les nosratistes, finie l’idée de déstabiliser le sud du Liban ou encore de créer dans le Sud syrien une “Armée de la Syrie du Sud”, l’équivalent de l’armée d’Antoine Lahad qui servait dans les années 70 leurs intérêts au Liban. Le silence israélien pourrait aussi s’expliquer par la nature des combats à ersal : dans cette région, le Hezb se bat vaillamment contre les bactéries qui tuent invariablement et indistinctement sunnites, chiites et chrétiens… Le fait d’évoquer ce combat antiterroriste de la Résistance revient à remettre en cause le discours alimenté jusqu’ici par les médias israéliens.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 21, le 28 juillet 2017

  • On sait qu'un bon accord ne s'applique que si une partie , dite gagnante ( résistance ) peut imposer à la partie dite perdante ( bactéries wahabites ) les clauses que la partie perdante ne pourra pas refuser d'appliquer , sous peine de situation pire que celle qu'elle connait au moment de la signature de cet accord . IL FAUT UN PUISSANT EFFET DE DISSUASION ...

    FRIK-A-FRAK

    14 h 38, le 28 juillet 2017

Retour en haut