Liban

Des lectures différentes et des négociations avec l’EI

Éclairage
28/07/2017

Deux lectures différentes sont données pour l'opération militaire menée par le Hezbollah contre les jihadistes de Fateh el-Cham dans le jurd de Ersal. Dans les milieux proches du parti de Hassan Nasrallah, on assure que l'offensive menée à Ersal était prévue depuis plus d'un an, et que le Hezb a profité de la guerre lancée en Irak contre le terrorisme pour « nettoyer », à son tour, le jurd de Ersal. Dans les mêmes milieux, on assure que l'opération militaire bénéficiait d'une couverture internationale et régionale, même si aucun État ne l'a soutenue publiquement et qu'elle ne répond qu'à un agenda local.

Les adversaires du Hezbollah contestent bien entendu cette lecture. Pour eux, ce sont des considérations éminemment régionales, liées principalement au rôle et à l'influence de l'Iran dans la région, qui ont motivé l'initiative su parti chiite.

Écarté par la Russie du front du Golan et empêché de contribuer au contrôle des secteurs où une désescalade a été prévue dans le nord et le sud de la Syrie, l'Iran aurait voulu faire une nouvelle entrée sur la scène syrienne, par la porte de Ersal, pour montrer qu'il reste un acteur incontournable dans toute négociation.

La guerre du Hezbollah dans le Qalamoun serait ainsi une réaction directe à l'accord russo-américain au sujet des quatre zones sécurisées prévues par cet accord. Il y a eu déjà un cessez-le-feu dans les régions de Deraa, de Quneitra et de Soueida. Les trois autres zones identifiées comme des régions de désescalade sont Idleb, la province centrale de Homs et l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, dans la banlieue est de Damas.
L'Iran cherche ainsi à faire du Qalamoun une cinquième zone sécurisée, placée sous le contrôle du Hezbollah qui y maintiendra son artillerie lourde.

Dans ces mêmes milieux, on s'interroge cependant sur le point de savoir pourquoi le Hezbollah s'est contenté de limiter son action au secteur contrôlé seulement par Fateh el-Cham, laissant à l'armée le soin de décider s'il faut ou non lancer une offensive contre les postes de l'organisation État islamique dans le jurd du Qaa et de Ras Baalbeck.

D'aucuns apportent l'explication suivante : le Hezbollah est intervenu à Ersal parce que le territoire fait l'objet d'un litige entre le Liban et la Syrie alors que l'EI se trouve en territoire libanais au Qaa et à Ras Baalbeck, ce qui fait que toute offensive dans la région devrait être du ressort de l'armée. Celle-ci étudie d'ailleurs toujours l'opportunité d'une opération militaire dans le jurd des deux localités chrétiennes, alors que, selon certaines informations, des négociations étaient lancées pour éloigner les combattants de l'EI des frontières libanaises. Sauf que ces derniers refusent apparemment de battre en retraite, pour éviter des confrontations armées avec d'autres organisations armées en Syrie, et promettent de maintenir une présence « calme » dans le jurd du Qaa et de Ras Baalbeck.

 

 

Lire aussi

L’armée renforce préventivement ses positions dans la région du Qaa

Face au triptyque du Hezbollah, stratégie de défense et « notion d’État » resurgissent

Calme précaire après un cessez-le-feu dans le jurd de Ersal

 

Au Liban, le vieux clivage sur le monopole de la violence a la peau dure

 

La bataille de Ersal, pour compenser les pertes subies en Syrie ?

 

Salam : La bataille du jurd peut être positive, à condition qu'elle ne fasse pas l'objet de surenchères internes

 

Hariri : Je préférerais que l'armée fasse ce que fait le Hezbollah aujourd'hui dans le jurd de Ersal

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Et je poursuis dans ma théorie des faits ;

Debkafile fait écho ensuite du "profond mécontentement" d'Israël de voir la Russie mais aussi les États-Unis afficher "une indifférence totale" face aux exigences sécuritaires mainte fois formulées par Israël au sujet des zones de désescalade dans le sud de la Syrie : " le sud de la Syrie semble être au centre des coopérations militaires russo-américaines en Syrie" qu'elle que soit la position de Tel-Aviv.

" La Russie a mis en place début juillet une première zone de désescalade à Deraa sans se donner la peine d'en expulser les forces du Hezbollah. La principale inquiétude d'Israël consiste désormais à voir une deuxième zone de désescalade se mettre en place dans le sud ouest syrien ou encore au Golan, là aussi sans que les Russes demandent au Hezbollah de s'en retirer."

Mr Philippe A-A , si vous faites confiance aux russes dans leur "bisbille" contre israel , c'est tant mieux pour eux .

AIGLEPERçANT

Une explication comme une autre .
Je doute fort que l'Iran NPR ait été écartée de quoi que se soit , en plus par les russes vous dites !

Si comme vous le suggérez on devrait faire confiance aux russes , pourquoi pas ?

Debkafile accuse la Russie d'avoir profité de la crise de ces derniers jours à Qods occupée pour déployer " ses forces sur les frontières syriennes avec la Jordanie et Israël ".

Les tensions à Qods occupée, et la crise diplomatique entre la Jordanie et Israël du fait de la mort de deux Jordaniens à Amman, ont été reçues par la Russie comme du pain bénit. En l'espace de quelques jours, les Russes ont déployé 800 soldats sur les frontières syriennes avec Israël et 400 autres sur celles avec la Jordanie et tout ceci, en affichant une indifférence totale face aux exigences israéliennes en la matière, peut-on lire dans Debkafile qui revient par la suite sur le lieu de cantonnement précis des forces russes : " le contingent russe est déployé au sud de la Syrie à quelques lieux des postes frontaliers israéliens. La plupart de ces soldats sont d'origine ingouche, tchétchène ou encore daghistanaise."



Debkafile fait écho ensuite au "profond mécontentement" d'Israël de voir la Russie mais aussi les États-Unis afficher "une indifférence totale" face aux exigences sécuritaires mainte fois formulées par I

gaby sioufi

dans l'attente que l'iran decortique la situation et que le hezb devoile sa strategie a ce propos.
tous lea autres "joueurs" devront suivre .
C MALHEUREUX mais C comme ca .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,OPERATION MILITAIRE DU HEZBOLLAH A BENEFICIE CERTES D,UNE COUVERTURE INTERNATIONALE ET LOCALE... ESPERONS INNOU MA YIRKABOU 3AL 3ASSA !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants