X

À La Une

Deux engins visant l’armée explosent à Ersal

Liban

L’État appelle l’institution militaire à enquêter sur des cas de décès de Syriens en détention.

OLJ
07/07/2017

Deux engins visant l'armée libanaise ont explosé tôt vendredi à Ersal, dans la Békaa, et un troisième a été désamorcé, rapportent des médias locaux. Les engins étaient placés sur la route de Wadi Jamala et n'ont pas fait de victime.

Cet incident intervient alors que la tension est palpable dans la région. Vendredi dernier, l'armée avait mené des opérations dans deux camps de réfugiés dans la région de Ersal, frontalière de la Syrie. Cinq kamikazes se sont fait exploser au cours de l'opération, tuant une fillette et blessant sept soldats.

Des dizaines d'arrestations de ressortissants syriens ont eu lieu, notamment celle d'Ahmad Khaled Diab, meurtrier du lieutenant-colonel Noureddine Jamal, tué lors des combats qui avaient opposé l'armée à des jihadistes en août 2014.
Quatre Syriens sont décédés suite à leur arrestation. Selon l'armée, ils souffraient déjà de problèmes de santé chroniques avant leur détention, mais des ONG ont appelé à l'ouverture d'une enquête indépendante, laissant supposer qu'ils avaient pu être torturés à mort.


(Lire aussi : Les conditions d'un retour des déplacés toujours pas réunis, martèle l'ONU)

 

Jeudi, le gouvernement libanais a appelé l'institution militaire à mener une enquête sur cette affaire. Une investigation est importante pour "préserver l'image de la troupe et prévenir les rumeurs malveillantes", a affirmé le ministre d’État aux droits de l'homme Ayman Choucair. "Nous avons demandé à la justice et à l'unité militaire compétente d'ouvrir une enquête transparente sur (...) les récentes arrestations à Ersal et les raisons du décès de plusieurs détenus", a-t-il ajouté.

Des images montrant l'armée détenant des dizaines de personnes torse nu, étendues à même le sol et les mains liées derrière le dos, ont provoqué une controverse au Liban. Human Rights Watch (HRW) et l'Institut libanais pour la démocratie et les droits de l'homme (Life) ont appelé mercredi à l'ouverture d'une enquête.

Le Liban accueille plus d'un million de réfugiés ayant fui le conflit en Syrie voisine, beaucoup vivant dans des camps.

 

Lire aussi
Retour des déplacés : privilégier l’ONU comme partenaire plutôt que Damas

Mouïn Merhebi : « Pas question de négocier avec un régime criminel »

L’opération de l’armée, un prélude à la fin de la « poche ersaloise »

La bataille du jurd de Ersal aura-t-elle lieu ? Deux ex-militaires répondent à « L'OLJ »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVANT TOUT LA SECURITE DE LA TROUPE !

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.