Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le gouvernement abaisse les tarifs de l'Internet ; la nouvelle loi électorale en suspens

Le seuil d'éligibilité et les sièges réservés aux Libanais de l'étranger toujours en discussion.

Le gouvernement libanais, réuni au Grand Sérail sous la présidence de Saad Hariri, a annoncé mercredi une baisse drastique jusqu'à 60% des tarifs de l'Internet. Photo Dalati et Nohra.

Le gouvernement libanais, réuni au Grand Sérail sous la présidence de Saad Hariri, a annoncé mercredi une baisse drastique jusqu'à 60% des tarifs de l'Internet. Sur le plan politique, l'accord entre les parties politiques sur une nouvelle loi électorale semble toujours suspendu à plusieurs détails.

"Prix abordables"
"La baisse des tarifs de l'Internet va permettre aux Libanais de profiter d'un haut débit ADSL à des prix abordables", a indiqué le ministre des Télécoms, Jamal Jarrah, à l'issue du Conseil des ministres, ajoutant que la compagnie nationale de téléphonie, Ogero, dont il a salué le travail de tous les employés, était face à un "défi majeur".

M. Jarrah a expliqué que la réduction des prix de vente des deux Mbit/s (appelés E1) aux opérateurs de transmission des données allait permettre de baisser les tarifs de l'accès Internet via les réseaux de téléphonie mobile.

Le ministre des Télécoms a annoncé que le prix de certains abonnements allaient baisser de 300%, à la demande du Premier ministre, précisant que le service offrant une vitesse de connexion de 4 Mbit/s coûtera désormais 90.000 livres libanaises.

Le gouvernement n'a pas évoqué le dossier de la nouvelle loi électorale, que les principales formations politiques continuent de discuter. Néanmoins, plusieurs ministres se sont exprimés sur le sujet. "La nouvelle loi électorale est dans sa dernière phase. Certains détails, dans lesquels le diable pourrait se cacher, restent à régler", a déclaré le ministre de l'Information, Melhem Riachi, indiquant que l'atmosphère était "positive". "La tambouille n'est pas encore au point en raison de conditions posées par certain", a de son côté affirmé le ministre d’État aux Affaires du Parlement, Ali Kanso.

 

(Lire aussi : Les tarifs d’internet devraient baisser de moitié aujourd’hui, en Conseil des ministres)

 

Appels à "surmonter les obstacles"
Plus tôt dans la journée, le président du Parlement, Nabih Berry, avait affirmé que le seuil d'éligibilité communautaire était le principal obstacle empêchant l'entente, exhortant les parties à accélérer les discussions. "La nouvelle loi électorale qui sera votée au Parlement ne devra comporter qu'un seul article", a ajouté M. Berry lors de sa rencontre hebdomadaire avec un groupe de députés. Le président de la Chambre a en outre présenté à ses interlocuteurs un résumé de sa position et des propositions qu'il avait soumises sur la question du Sénat.

De son côté, le président Michel Aoun avait exprimé le souhait de voir surmontés les obstacles empêchant un accord sur ce dossier. Le chef de l’État a consacré une grande partie de son activité à entreprendre des contacts sur cette question.

Nader Hariri, directeur de cabinet du Premier ministre Saad Hariri, a pour sa part levé le voile sur la rencontre tenue hier soir entre les principaux négociateurs de la nouvelle loi électorale qui a, selon lui, permis des avancées, précisant que le travail se concentre sur le nombre de voix déterminant l'éligibilité des candidats, ainsi que les sièges réservés aux Libanais de l'étranger.

Un accord s'est dessiné ces derniers jours autour du principe du mode de scrutin proportionnel avec un découpage en 15 circonscriptions. Cependant, des sources proches du dossier ont indiqué à L'OLJ que les choses se sont compliquées à nouveau. Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, plaide en effet pour des réformes qui remettraient en cause certaines dispositions de l'accord de Taëf.

 

 

Lire aussi

Les tractations se dispersent dans des enchères de dernière minute

Le compte à rebours avant le vide institutionnel a commencé

Wahhab propose un poste de vice-président de la République


Le gouvernement libanais, réuni au Grand Sérail sous la présidence de Saad Hariri, a annoncé mercredi une baisse drastique jusqu'à 60% des tarifs de l'Internet. Sur le plan politique, l'accord entre les parties politiques sur une nouvelle loi électorale semble toujours suspendu à plusieurs détails.
"Prix abordables""La baisse des tarifs de l'Internet va permettre aux Libanais de...

commentaires (2)

LE DIABLE ON PEUT LE CHASSER PAR EXORCISME... MAIS LES VIPERES QUI NICHENT DANS LES DETAILS DE LA NOUVELLE LOI ELECTORALE IL FAUT PLUS D,UN SAINT POUR LES DELOGER...

PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

18 h 10, le 07 juin 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LE DIABLE ON PEUT LE CHASSER PAR EXORCISME... MAIS LES VIPERES QUI NICHENT DANS LES DETAILS DE LA NOUVELLE LOI ELECTORALE IL FAUT PLUS D,UN SAINT POUR LES DELOGER...

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    18 h 10, le 07 juin 2017

  • Enfin une bonne nouvelle abaisser les tarifs de l'Internet à condition d' avoir une bonne connection cette fois .

    Antoine Sabbagha

    17 h 16, le 07 juin 2017

Retour en haut