X

À La Une

Accord de Paris : difficile de le quitter, plus facile de l'ignorer

Repère

Malgré l'annonce de Trump, les Etats-Unis ne pourront pas formellement sortir de la convention climat avant novembre 2020.

OLJ/AFP
02/06/2017

Donald Trump compte tourner le dos "dès maintenant" à l'accord de Paris sur le climat mais les Etats-Unis ne pourront pas formellement en sortir avant novembre 2020, qui coïncidera avec la date de la prochaine présidentielle.

 

 

Encore trois ans et demi dans l'accord

Pour se retirer de l'accord, un pays doit le notifier par écrit au secrétariat de la Convention-cadre climat de l'Onu (CCNUCC), mais il ne peut le faire que trois ans après l'entrée en vigueur du texte, effective depuis le 4 novembre 2016. Ensuite, il y a un préavis d'un an avant de pouvoir réellement sortir de l'accord.
Donald Trump ne pourra donc dénoncer officiellement le texte qu'à partir du 4 novembre 2019, et la décision s'appliquera au mieux le 4 novembre 2020.

Or, la veille, le mardi 3 novembre 2020, aura eu lieu la prochaine élection présidentielle américaine. Dans l'hypothèse où celle-ci serait remportée par un candidat pro-climat, ce retrait pourrait être remis en cause et ne jamais entrer en vigueur, si les deux administrations, l'entrante et la sortante, respectent la tradition de coopération entre elles pendant la période de transition (M. Trump restant président jusqu'au 20 janvier 2021).
Concernant un éventuel retour dans l'accord, "la porte est toujours ouverte pour l'entrée ou la re-entrée de pays", a indiqué la CCNUCC à l'AFP.

 

 

Autres portes de sortie

Pour aller plus vite, un pays peut se retirer de la CCNUCC (qui compte 196 Etats membres): cela prend un an.
Mais Donald Trump n'en a pas fait mention dans son discours jeudi, évoquant même une "renégociation" de l'accord, ce qui implique son maintien dans la Convention.
Un retrait de la CCNUCC serait un geste d'isolement supplémentaire sur la scène internationale et une mesure compliquée sur le plan intérieur. L'adhésion américaine a en effet été signée par le président républicain George H.W. Bush en 1992 et sa ratification approuvée par le Sénat, rappelle le centre d'études Citepa.
Quant à renégocier l'accord de Paris, l'option n'est pas prévue dans ses statuts.
Faute de pouvoir quitter dans les faits l'accord de Paris ou la Convention climat, le président a annoncé que son pays ne l'appliquerait pas: "dès aujourd'hui, les Etats-Unis cessent la mise en oeuvre de l'accord non contraignant de Paris", a-t-il dit.

 

 

Violation du droit ?

Très concrètement, Washington peut cesser par exemple d'envoyer au secrétariat de la CCNUCC tout plan de réductions de ses émissions de gaz à effet de serre, ou renoncer à ses promesses de financer les politiques climat des pays du Sud.
Mais suspendre l'application de l'accord de Paris est bien "une violation du droit international", prévient Arnaud Gossement, avocat en droit de l'environnement.
"Un accord oblige ses parties, même s'il ne prévoit pas de sanctions", explique-t-il, tout en reconnaissant dans ce cas l'absence de juridiction compétente pour sanctionner le contrevenant, et la difficulté à démontrer l'impact de cette suspension.
"On peut en tout cas imaginer des Etats saisissant le secrétariat de la CCNUCC: la Convention, comme l'accord de Paris, le prévoient", dit-il. "Les conséquences pratiques seraient sans doute limitées, mais ce ne serait pas anodin".

 

 

Lire aussi

Colère après le retrait américain de l'accord de Paris, l'UE et la Chine s'affirment

Macron : Les États-Unis ont tourné le dos au monde

Aux Etats-Unis, villes et Etats s'allient dans un climat de résistance 

 

Repères

Climat : cinq choses à savoir sur l'accord de Paris

Dérèglement du climat : des signes toujours plus alarmants

 

 

Pour mémoire

 

Accord de Paris : les entreprises américaines moins frileuses que Trump

Climat : Le président US seul contre tous

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants