X

À La Une

Climat : cinq choses à savoir sur l'accord de Paris

repère
OLJ/AFP
01/06/2017

L'accord de Paris, dont Donald Trump s'est retiré jeudi soir, est le premier pacte engageant l'ensemble de la communauté internationale dans la lutte contre le changement climatique, qui constitue l'un des grands défis du XXIe siècle.

 

147 pays
L'accord a été signé en décembre 2015 à Paris par 195 pays plus l'Union européenne, à l'issue de plusieurs années d'âpres négociations. A ce jour, 147 pays sont allés au bout de leur processus de ratification.

Parmi les grandes économies, la Russie et la Turquie manquent à l'appel.

 

 

Préavis
Pour se retirer de l'accord, un pays doit le notifier au secrétariat de la Convention climat de l'Onu (CCNUCC), mais il ne peut le faire que trois ans après l'entrée en vigueur du texte, effective depuis le 4 novembre 2016. Ensuite, il y a un préavis d'un an avant d'être réellement "sorti" de l'accord.

Plus rapide mais aussi plus radical : un pays peut se retirer de la Convention climat de l'Onu, qui compte 197 membres. Cela est effectif un an après la notification. Dans les faits, à partir du moment où un pays dit qu'il se retire, il ne participe plus aux réunions de négociations, selon Todd Stern, l'ex-négociateur américain. Il ne finance plus la CCNUCC ou les programmes climat internationaux.


(Repère : Dérèglement du climat : des signes toujours plus alarmants)

 

- 2°C
L'accord fixe un objectif global de maintenir la hausse de la température moyenne mondiale "bien en deçà 2°C" par rapport à l'ère pré-industrielle et si possible à 1,5°C, un seuil déjà synonyme de profonds changements selon les climatologues.

Le plafond de 2°C n'est pas atteignable avec les engagements actuels de réduction de gaz à effet de serre que les pays ont pris sur une base volontaire. L'accord prévoit que ces objectifs soient révisés.

 

 

Énergies fossiles
Selon les experts du Giec, pour rester sous 2°C, il faut que les émissions de gaz à effet de serre soient diminuées de 40 à 70% d'ici 2050.

Cela implique de se détourner progressivement des énergies fossiles (80% des émissions de gaz à effet de serre), ce que l'accord ne dit pas explicitement.Le texte indique seulement que les pays recherchent "un plafonnement des émissions dans les meilleures délais".

 

Transparence
Si les objectifs nationaux sont volontaires, les pays se sont engagés à rendre compte de leurs politiques climat et de leurs résultats et à faire des bilans collectifs des efforts mondiaux. L'organisation de ce processus doit encore être précisée. La transparence doit aussi s'appliquer à l'aide fournie par les pays riches aux plus pauvres.

 

 

Lire aussi

Accord de Paris : les entreprises américaines moins frileuses que Trump

Elon Musk ne conseillera plus Trump en cas de retrait de l'accord de Paris

Climat : Le président US seul contre tous

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Réformes : selon Kanaan, le moment est propice pour passer aux actes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.