X

Moyen Orient et Monde

Macron : Les États-Unis ont tourné le dos au monde

Réactions dans le monde
OLJ
02/06/2017

« Triste journée », « nuisible »: les réactions dans le monde à l'annonce par Donald Trump de la sortie des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat étaient unanimement négatives hier soir.

 

- Allemagne-France-Italie : les trois pays ont dit, dans une déclaration commune, « regretter » la sortie des États-Unis de l'accord-climat qui n'est, selon eux, « pas renégociable ».

 

- France : Le président français Emmanuel Macron a refusé toute renégociation de l'accord de Paris sur le climat lors d'une allocution télévisée jeudi après l'avoir signifié à Donald Trump. Lors d'un échange "direct" de cinq minutes au téléphone, M. Macron a prévenu son homologue américain, selon la présidence française, que si l'on "pouvait discuter", "rien n'était négociable dans les accords de Paris" sur le climat. "Les États-Unis et la France continueront à travailler ensemble mais pas sur le sujet du climat", a déclaré M. Macron lors de cet échange téléphonique, a-t-on précisé de même source.
Quelques minutes plus tard, Emmanuel Macron a affirmé lors d'une allocution télévisée depuis l'Elysée que Donald Trump avait commis une "erreur pour l'avenir de son pays" et "une faute pour l'avenir de la planète".
"Nous ne renégocierons pas un accord moins ambitieux, en aucun cas", a-t-il encore prévenu, appelant "l'ensemble des pays signataires" de l'accord de Paris "à demeurer dans le cadre" de cet accord, "à rester à la hauteur des responsabilités qui sont les nôtres et à ne rien céder".
A l'adresse des Etats-Unis, M. Macron a lancé: "Ne vous trompez pas, sur le climat, il n'y a pas de plan B parce qu'il n'y a pas de planète B".

 

 

Macron a également invité les scientifiques et entrepreneurs américains à venir travailler en France. "A tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés que la décision du président des Etats-Unis a déçus", il a assuré qu'ils trouveraient "dans la France une seconde patrie". "Je vous lance un appel: venez travailler, ici, avec nous, sur des solutions concrètes pour le climat", a-t-il enchaîné. "Ce soir, les Etats-Unis ont tourné le dos aux Etats-Unis mais la France ne tournera pas le dos aux Américains", a ajouté M. Macron.

Le président français a également annoncé que lors d'une conversation jeudi soir avec la chancelière allemande Angela Merkel ils étaient convenus de prendre "ensemble, dans les prochains jours, des initiatives fortes". Selon une source diplomatique, Paris et Berlin "vont donner instructions à leurs ambassadeurs dans un certain nombre de pays clés pour la mise en oeuvre de l'accord de Paris d'effectuer des démarches pour s'assurer de la nécessaire préservation de cet accord historique".

 

(Repère : Climat : cinq choses à savoir sur l'accord de Paris)


M. Macron a aussi annoncé lors de son allocution que "la France proposera un plan d'action concret afin d'accroître son attractivité pour les chercheurs et les entreprises de la transition écologique et prendra des initiatives concrètes, notamment en Europe et en Afrique", précisant qu'il réunirait le gouvernement la semaine prochaine à cette fin.
Il a prononcé une seconde allocution en anglais à l'adresse des Américains, lançant dans une paraphrase du slogan de campagne de Donald Trump, "Make America great again !": "Make our planet great again !".

 

Son prédécesseur François Hollande a estimé que malgré le retrait américain, « ce qui s'est produit à Paris est irréversible ». La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé que l'Hôtel de Ville serait éclairé en vert pour « marquer la désapprobation » de la capitale française.

 

 

- Allemagne : la chancelière allemande Angela Merkel a dit « regretter » la décision du président américain. Le retrait américain va « nuire » aux monde entier, ont estimé dans un communiqué conjoint sept membres sociaux-démocrates du gouvernement de coalition allemand.

 

- États-Unis : l'ancien président Barack Obama a regretté la décision de son successeur de retirer les États-Unis de l'accord de Paris, qu'il avait signé. « Les pays qui restent dans l'accord de Paris seront ceux qui en récolteront les bénéfices en termes d'emplois et de secteurs d'activité créés », a affirmé M. Obama.
Elon Musk, le très médiatique PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et ardent défenseur des énergies renouvelables, a quant à lui annoncé hier qu'il quittait les différents cénacles de grands patrons conseillant Donald Trump, après la décision de ce dernier de quitter l'accord-climat. « Je quitte les conseils présidentiels. Le changement climatique est réel. Quitter Paris n'est pas bon pour l'Amérique et le monde », a tweeté M. Musk.

 

(Repère : Dérèglement du climat : des signes toujours plus alarmants)

 

- ONU : le porte-parole des Nations unies a évoqué une « grande déception ».

 

- Europe : le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a jugé « gravement erronée » la décision du président américain. Le monde « peut continuer à compter sur l'Europe » pour diriger la lutte contre le réchauffement climatique, a réagi quant à lui le commissaire européen à l'Action pour le climat, Miguel Arias Canete.

 

- Italie : le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a affirmé hier qu'il ne fallait pas « reculer » par rapport à l'accord de Paris.

 

-Grande-Bretagne : La Première ministre britannique, Theresa May, a dit à Donald Trump sa déception quant à sa décision de quitter l'accord de Paris lors d'un entretien téléphonique et a souligné que le Royaume-Uni restait engagé dans l'accord, a annoncé un porte-parole. Theresa May ne s'est pas jointe à la déclaration tripartite de l'Italie, la France et l'Allemagne.

 

- Danemark : le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen a estimé que ce jeudi était une « triste journée pour le monde. Le Danemark est prêt à poursuivre la bataille pour le climat pour sauver les générations futures ».

 

– Canada : le Premier ministre Justin Trudeau a fait part au président Trump de « sa déception », lors d'un entretien téléphonique.

 

Pour mémoire

Accord de Paris : les entreprises américaines moins frileuses que Trump

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Excellente décision de Mister Trump , d'un coté (politique} il propulse la Chine à la 1ère place des pollueurs mondiaux...! les Chinois sont sans doute ravis.... de l'autre ,il se libère du carcan politicien des politico/ Bisounours/écolos ..., par ailleurs, les USA ont suffisamment de potentiels scientifiques et technologiques ... pour combattre et gérer les "vraies causes" et les effets du dérèglement climatique..

Bustros Mitri

On ne tourne pas le dos à la première puissance du monde, même si la présente administration a adopté une politique différente de celle chérie par Paris... Les administrations passent la place des états unis reste, dans l' avenir prévisible ,celle de leader du monde occidental...

Su Ab

Le nouveau visage de l'Amerique : sauvage et immoral

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.