X

Liban

Une nouvelle loi électorale dans dix jours ?

Législatives

Gebran Bassil, Alain Aoun, Georges Adwan et Ibrahim Kanaan se sont réunis hier au palais Bustros.

Yara ABI AKL | OLJ
01/06/2017

À l'heure où le principe d'une nouvelle loi électorale axée sur la proportionnelle intégrale appliquée à 15 circonscriptions semble désormais acquis, les discussions se poursuivent autour de petits détails, portant notamment sur le vote préférentiel (le tandem CPL-FL exigeant son application au niveau du caza), sur le seuil de qualification et sur le mode de calcul des voix.

C'est dans ce cadre que s'inscrit une réunion tenue hier au ministère des Affaires étrangères. L'occasion pour le chef du CPL, Gebran Bassil, le vice-président des FL, Georges Adwan, ainsi qu'Alain Aoun et Ibrahim Kanaan, députés aounistes de Baabda et du Metn respectivement, de passer en revue les négociations actuelles en vue d'une réforme du système électoral.

À l'issue de la rencontre, M. Adwan a déclaré qu'on est « plus que jamais proche de la loi électorale ». M. Kanaan, quant à lui, a fait état d'efforts déployés avec les FL pour mettre en place une conception commune de la loi électorale. « Nous coordonnons avec les FL et les discussions portent sur les garanties et les réformes, ainsi que sur les objections des autres protagonistes », a-t-il ajouté, assurant que la réforme électorale est « une question nationale et non chrétienne ».

Face à ce tableau, le président de la Chambre, Nabih Berry, s'est contenté de souligner qu'il est dans une phase d'expectative en attendant l'issue des contacts menés actuellement en vue de la mise en place d'un nouveau code électoral.
S'exprimant dans le cadre des audiences du mercredi tenues à Aïn el-Tiné, M. Berry a exprimé le souhait qu'une nouvelle loi voit le jour dans les plus brefs délais.

Quant aux formations politiques, elles restent optimistes au sujet d'une prochaine » entente finale « autour du nouveau code. C'est justement sur base de cette logique qu'un proche de Samir Geagea indique à L'Orient-Le Jour que « maintenant que l'accord sur le principe de la proportionnelle est acquis, les débats portent principalement sur de petits détails d'ordre technique ». Ce cadre FL va même plus loin, affirmant sans détours que « la nouvelle loi sera avalisée dans une dizaine de jours ». « Le recul est désormais impossible », assure-t-il. Il en veut pour preuve le fait que le dernier bras de fer engagé autour des prérogatives du chef de l'État et opposant le président de la République, Michel Aoun, à Nabih Berry, tout comme la déclaration finale du sommet arabo-islamo américain de Riyad n'ont pas laissé de répercussions négatives sur le débat autour de la nouvelle mouture électorale.

Évoquant la question du transfert des sièges, le cadre FL souligne qu'il ne s'agit que de quatre sièges. En l'occurrence, le siège maronite de Tripoli (actuellement occupé par Samer Saadé), le siège maronite de la Békaa-Ouest (occupé aujourd'hui par Robert Ghanem) et de deux sièges chrétiens de Beyrouth III.
À l'heure où Gebran Bassil a déclaré que son parti n'a discuté du transfert de sièges avec aucune formation, le cadre FL assure que son parti et celui du chef de la diplomatie « se complètent sur ce plan ». « À l'heure où Gebran Bassil propose un retour aux 108 sièges parlementaires prévus par l'accord de Taëf, nous sommes conscients que cela est impossible et nous plaidons pour rectifier la représentation chrétienne au niveau des 20 sièges supplémentaires », explique-t-il.

Du côté de Rabieh, le courant aouniste semble partager l'optimisme de son allié chrétien, sans pour autant abandonner ce qu'il appelle « les garanties » qu'il demande pour « améliorer la représentativité des chrétiens ». Ainsi, une source au sein du CPL indique à L'OLJ que la formation de M. Bassil demande des garanties portant sur les personnes naturalisées, la décentralisation du vote, le vote préférentiel, le seuil de qualification et bien d'autres détails à même d'assurer la meilleure représentativité de tous. « Il y a un grand progrès, mais nous sommes attachés aux garanties que nous exigeons, dont notamment le transfert des sièges », note-t-on dans les mêmes milieux.
Mais ce dernier point continue de faire l'objet d'une farouche opposition de la part de plusieurs protagonistes.

 

(Lire aussi : Pour Hariri, le cabinet est « tout entier responsable » de la réforme électorale)

 

Iftar de Baabda
Parallèlement aux négociations politiques, les regards sont braqués sur l'iftar prévu ce soir au palais de Baabda, dans la mesure où il s'agira d'un grand rassemblement politique autour de Michel Aoun.
Une source politique bien informée souligne dans ce cadre à L'OLJ que l'iftar revêt une importance dans la mesure où il représente une opportunité de voir les chefs de l'État, du gouvernement et du législatif réunis au lendemain du bras de fer entre Aïn el-Tiné et Baabda.
Et si Georges Adwan a exprimé le souhait de voir le dossier de la loi électorale progresser demain (allusion à la rencontre élargie de Baabda), la source politique assure que « M. Aoun profitera de son allocution pour assurer que les législatives se tiendront avant la fin de l'année courante conformément à une nouvelle mouture ».

Mais à Baabda, on semble beaucoup plus prudent. On se contente de faire savoir qu'une rencontre entre les trois dirigeants est possible, mais que « rien n'est programmé ».
Concernant l'allocution du président de la République, on indique qu'elle portera sur les dossiers d'actualité, dont le code électoral.

 

(Lire aussi : L'iftar de Baabda, une opportunité pour la réconciliation entre Aoun et Berry)

 

Le forcing international
Quant à la communauté internationale, elle poursuit son forcing pour la tenue du scrutin. S'exprimant à l'issue d'une rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, Christina Lassen, ambassadrice de l'Union européenne, a affirmé que « l'UE et ses États membres encouragent les partis politiques libanais à conclure une entente sur une nouvelle loi électorale ». « Les leaders politiques ont encore du temps pour atteindre un consensus autour d'un texte pour organiser le scrutin », a ajouté la diplomate, avant de poursuivre : « La tenue des législatives conformément à la Constitution est un pas important pour assurer un fonctionnement normal des institutions. »
Mme Lassen a enfin noté que l'UE est prête à fournir son soutien au Liban lors de la préparation et l'organisation des élections. « Elle pourra aussi envoyer une délégation d'observateurs », a- t- elle encore dit.

 

Lire aussi

Harb : Les plaintes d'Abi Khalil, une grave déviation de notre système et de nos valeurs

Du jamais-vu dans l'histoire du Liban : 44 postes d'ambassadeur vacants

La proportionnelle se confirme, mais des détails restent à régler

Quelle formule pour le vote préférentiel et le décompte des voix ?

Les joumblattistes d’accord avec toute entente interlibanaise sur une réforme électorale

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Henrik Yowakim

Une nouvelle loi électorale dans dix jours ?

POUR RAMENER LES MEMES ET JOYEUX LARRONS AU
PARLEMENT ?

le CPL et « les garanties » qu'il demande pour « améliorer la représentativité des chrétiens »

AMELIORER LA REPRESENTATIVITEE DES CHRETIENS OU DES CHRETINS DE LA DUOCRATIE DU CPL ET DES FL?

Henrik Yowakim

Une nouvelle loi électorale dans dix jours ?

POUR RAMENER LES MEMES ET JOYEUX LARRONS AU
PARLEMENT ?

le CPL et « les garanties » qu'il demande pour « améliorer la représentativité des chrétiens »

AMELIORER LA REPRESENTATIVITEE DES CHRETIENS OU DES CHRETINS DE LA DUOCRATIE DU CPL ET DES FL?

VIRAGE CONTRÔLÉ

Cest mal de le faire en cette periode de ramadan , mais j'ai envie de le chanter ....

Goûte t'en voir oui oui oui , goûte t'en VOIR non non non, goûte tenvoir si la proportionnelle integrale est BONNE. ..HAHAHAHAHA . Âàll changement radicalement RADICAL. ..HAHAHAHAHA

Antoine Sabbagha

En attendant l' Iftar de Baabda soyons un peu optimistes .

Honneur et Patrie

Il n'appartient pas à n'importe qui de décider du transfert des sièges maronites de Tripoli et de la Békaa-Ouest. Ces sièges appartiennent à leurs habitants. J'exige que l'on organise un référendum dans les deux circonscriptions. Si les électeurs concernés décident le non-transfert, nul n'a plus droit d'en discuter. Ce n'est pas à un individu de Batroun, d'un autre venu du Metn et d'un troisième de je ne sais d'où, de priver les électeurs de Tripoli et de Saghbine de leur député maronite.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants