X

Liban

La proportionnelle se confirme, mais des détails restent à régler

Loi électorale

À défaut d'obtenir le transfert, les deux grands partis chrétiens souhaitent un retour aux 108 sièges de Taëf.

31/05/2017

Plus on se rapproche des délais et plus le jeu des négociations autour de la réforme électorale devient serré. C'est en principe aujourd'hui que se termine la session ordinaire du Parlement selon la version défendue par le chef de l'État et par de nombreux experts juridiques qui ont avalisé son interprétation. Une thèse qu'a cherché à compromettre lundi le président de la Chambre en estimant que la session ordinaire du Parlement devrait être prolongée d'un mois, du fait du recours par le président Michel Aoun à l'article 59 de la Constitution ajournant d'un mois les réunions plénières de la Chambre.

De son côté, Michel Aoun n'a par ailleurs toujours pas usé de sa prérogative constitutionnelle l'autorisant à demander l'ouverture d'une session extraordinaire comme prévu par l'article 33 de la Constitution, une mesure qu'il n'entreprendra que lorsque les parties seront parvenues à un accord autour de la nouvelle loi électorale.
Après l'inquiétude suscitée suite au subterfuge constitutionnel du chef du Parlement, Nabih Berry, une dose d'optimisme a cependant été distillée hier par les milieux politiques sur une issue probable de la crise dans les rapports entre Baabda et Aïn el-Tiné, mais aussi de la réforme électorale.

Depuis lundi soir, les médiateurs sont à l'œuvre et s'activent pour rapprocher les points de vue, minimiser l'enjeu personnel en redéfinissant les priorités, même si le conflit qui oppose MM. Berry et Aoun reste en définitive intimement lié à l'enjeu électoral et aux négociations en cours. Après une première tentative de calmer le jeu, émanant du Sérail lors d'un iftar qui a réuni, lundi, le Premier ministre, Saad Hariri, et le président de l'Assemblée, le Hezbollah est intervenu hier à son tour pour y mettre du sien. Le chef du bloc du Hezb, Mohammad Raad, a fait preuve de son optimisme qui, a-t-il dit, « se concrétisera assurément lors de l'iftar prévu jeudi (demain) au palais de Baabda », auquel est convié M. Berry. C'est un ton tout aussi positif qu'a utilisé hier encore Michel Aoun en affirmant devant ses visiteurs que les élections législatives « auront lieu suivant la loi dite proportionnelle et ce en accord avec l'ensemble des protagonistes ». Il a également indiqué être « optimiste » quant à la mise en place d'une nouvelle loi. Le chef des FL, Samir Geagea, a été dans le même sens en assurant qu'il n'y aura « pas de retour en arrière, certainement pas en direction de la loi de 1960 ». Le leader chrétien a évoqué une « progression de 95 % » en direction de la finalisation de la nouvelle loi électorale. « Les 5 % restants portent sur des détails », a-t-il dit.

C'est sur ces détails, dont notamment la question du transfert des sièges, ou, à défaut, le retour à un hémicycle de 108 députés, comme le prévoit la Constitution, au lieu des 128 actuels, que continuent de plancher les représentants des FL et du CPL, qui enchaînent réunion sur réunion pour mettre les dernières touches à leurs revendications communes visant, comme ils disent, à « améliorer la représentation chrétienne ». Lors d'une conférence de presse, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a réclamé la réduction du nombre des députés en invoquant le respect de l'accord de Taëf dans l'élaboration d'une nouvelle loi électorale, se défendant toutefois d'avoir jamais demandé le transfert de sièges. « Nous demandons tout simplement la suppression des 20 sièges qui ont été rajoutés. Nous demandons aussi que certains sièges qui ont été arrachés soient réattribués », a-t-il dit. C'est bonnet blanc et blanc bonnet, le retour à 108 sièges étant dans ses effets équivalent à la demande de transfert des sièges de certains députés chrétiens des régions à majorité musulmane vers des localités acquises à leur communauté, une ambition à laquelle Nabih Berry a apposé un niet qu'il juge définitif. De part et d'autre, on place la barre le plus haut possible, avant que ne sonne l'heure de vérité où les uns et les autres devront revoir leurs appétits à la baisse.

 

Lire aussi 

Urnes en folie, l'éditorial de Issa Goraieb 

Aoun et Berry condamnés à trouver un accord..., le décryptage de Scarlett Haddad 

Quelle formule pour le vote préférentiel et le décompte des voix ?

Les joumblattistes d’accord avec toute entente interlibanaise sur une réforme électorale

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MON CLAVIER AJOUTE DES LETTRES, JE NE VEUX PAS M,AMUSER A CORRIGER... C,EST COMPRIS...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PAYS A UNE CONSTITUTION CLAIRE ! QU,ON S,Y CONFORME SCRUPULEUSEMENT EN APPLIQUANT TOUS SES VARTICLES ET CONDITIONS BSURTOUT EN CE QUI CONCERNE LES ARMES ILLEGALES... IL NE FAUT PAS TERGIVERSER SUR L,APPLICATION DE LA CONSTITUTION...

Le Faucon Pèlerin

Transfert des sièges maronites... Un peu d'Histoire : Le patriarche Hoyek, en dépit de sa santé fragile, s'était rendu à Paris en 1919 pour plaider auprès de Clemenceau le retour des terres libanaises détachées du Liban historique en 1860 et offertes à la Syrie par l'occupant tyrannique ottoman. Parmi ces terres Tripoli, Baalbeck et la Béqaa-Ouest. Voici aujourd'hui la junte Bassil-Geagea (CPL-FL) qui concoctent un projet pour kidnapper leurs députés maronites !!!
Cela constitue le meilleur moyen de pousser les Libanais à émigrer.

ACE-AN-NAS

On dit proportionnelle ? Qui a dit que ça allait être la proportionnelle ? Et pourquoi subitement ce sera la proportionnelle ?

En passant par la lorraine avec mes sabots , avec mes sabots dondeine oh oh oh avec mes sabots ......

Sans rire, même le butin de guerre geagix bosse pour la proportionnelle ......

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST DANS LES DETAILS QUE NICHENT LES COULEUVRES... REDUIRE LA CAVERNE A 108 SERAIT PAR TOUS LES LIBANAIS APPLAUDIT...

Bery tus

J'espère de tout cœur que l'on suivra TAEF !!!

Henrik Yowakim

La proportionnelle se confirme, mais des détails restent à régler

VOTE PROPORTIONEL OU SCRUTIN MAJORITAIRE CES SELECTIONS RAMENERONT AU POUVOIR LES MEMES VOYOUS LES MEMES CRAPULES

FILS DE FAMILLES FEODALES DE BECS ET DE SHEIKHS

CHEFS DE MILICES ET LEURS ACOLYTES

GENDRES DE GENERAUX ET D'AMIRAUX BBRONZEES

NEVEUX ET COPAINS ET COQUINS DE PRESIDENTS

BASTA , ECONOMISONS LES FRAIS DE CES ELECTIONS ABSURDES ET QUE LE PARLEMENT SE CONTENTE DE NOMMER SES DEPUTENS

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Affaire des tunnels : en attendant le rapport de la Finul...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Maman a (rarement) tort

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué