X

Liban

Chamboulement géopolitique régional en faveur de Riyad, le Hezbollah prépare des représailles politiques

Éclairage
24/05/2017

La géopolitique régionale vient d'être chamboulée, à n'en point douter, par la récente visite du président américain Donald Trump en Arabie saoudite. Pour son premier voyage officiel hors des frontières américaines, M. Trump a frappé fort, en jetant les bases d'un revirement à 180 degrés de la politique étrangère moyen-orientale lancée par son prédécesseur Barack Obama. On est désormais loin de l'Amérique de l'accord nucléaire iranien dit des 5+1. L'heure est dorénavant au bloc arabo-américain face à Téhéran, et cette tendance a clairement transparu dans le discours prononcé par le 45e président des États-Unis à Riyad cette semaine.

Ce revirement aura assurément des implications régionales et surtout locales, puisque l'Arabie saoudite est à présent hissée au rang de clé de voûte de cette nouvelle politique régionale américaine. Pour l'heure, l'attitude affichée par le président libanais Michel Aoun à l'égard de ce qui apparaît comme rien de moins qu'une pleine et entière redistribution des cartes reste floue et incertaine. Se rendra-t-il toujours, et comme prévu, à Téhéran afin de clamer une nouvelle fois encore les velléités libanaises de neutralité régionale, comme précisé d'ailleurs dans le discours de prestation de serment ? Ou au contraire, à l'aune du soutien américain affiché à l'armée libanaise et à ses efforts de lutte contre le terrorisme islamiste, choisira-t-il de reporter ce déplacement ? L'embarras est bel est bien là, comme en témoigne d'ailleurs le récent tweet du ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil à son retour du sommet de Riyad contre le terrorisme et dans lequel il a prétendu ne pas avoir été mis au courant des résolutions anti-Hezbollah qui allaient être prises par les participants audit sommet.

Du côté du Hezbollah, une fois le choc de ce revirement américain sur la scène régionale passé, il paraît évident qu'une réaction virulente et à la mesure de ce changement doit s'exprimer sur la scène politique. De source proche de la banlieue sud, on cite notamment le retour pur et simple à la loi électorale de 1960 ou, pis encore, le report sine die des législatives. Quoi qu'il en soit, l'allocution de Hassan Nasrallah demain à l'occasion de la commémoration de la libération du Sud sera à la hauteur de ce chamboulement géopolitique et sera probablement très critique à l'égard, à la fois, de la nouvelle présidence et du nouveau gouvernement.
Il reste que la stabilité interne du pays demeure une ligne rouge à l'heure qu'il est, surtout que le territoire est actuellement pris d'assaut par les réfugiés. Ainsi, et selon le récent rapport publié par la Banque mondiale, les étrangers – syriens et palestiniens notamment – sont plus de 2 millions et demi de personnes. Il est donc impensable pour les parties politiques, et notamment pour le Hezbollah, de chercher à déstabiliser le pays sur le plan sécuritaire.

 

 

Lire aussi

Trois sommets pour un résultat, le décryptage de Scarlett HADDAD

Sommet de Riyad : Quelle sera la position officielle du Liban ?

La délégation libanaise divisée au lendemain du sommet de Riyad

Le sommet de Riyad suscite des sentiments contradictoires

« Ni l’Iran ni le Hezbollah n’ont intérêt à voir le Liban déstabilisé »

Nouveaux risques pour le Liban après le sommet de Riyad

Et si Woody Allen faisait tourner Myriam Klink ?, l'édito de Ziyad Makhoul

Tensions régionales, répercussions au Liban, le décryptage de Scarlett Haddad

Le numéro d'équilibriste de Donald Trump en Arabie saoudite

États-Unis : un fragile retour en force ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Ces illuminés s'en tapent.

Le Faucon Pèlerin

Le Liban doit toujours respecter toutes les clauses de la "Déclaration de Baabda" de juin 2012 qui prône la distanciation vis-à-vis des crises régionales. Ladite "Déclaration" a été signée par tous les partis politiques représentés au Parlement.

M.V.

au final , le hezbollah est'il utile ...pour construire la paix...?

Chady

"Il est donc impensable pour les parties politiques, et notamment pour le Hezbollah, de chercher à déstabiliser le pays sur le plan sécuritaire."
Dans quelques mois on lira que le hezbollah risque de destabiliser le liban du fait d'un evenement X je ne sais ou
Quelques mois plus tard on lira qu'en fait il le hezbollah ne peut pas destabiliser le liban a cause d'un evenement Y
Ou comment dépouiller le hezbollah de sa carte d'identité libanaise, et le transformer en menace pour l'interieur libanais alors qu'il est celui qui preserve le liban des menaces aux côtés de l'armee et des fsi, tout ca en repetant, meme pas une interpretation car je ne vois pas a quelle parole ou quel acte se refere ces bouffoneries, mais plutot des hypotheses fruits d'une imagination grandiose, ou alors fruits d'une volonté reelle de mentir encore et encore jusqu'a croire a son propre mensonge tout en faisant sa petite propagande.
Bref, c'est dangereux ce que vous faites P.A.A.
Par ailleurs le hezbollah s'il le voulait aurait pris le controle du pays il y a longtemps, autant le dire tant qu'on y est. Alors arretons de faire peur aux gens et de parler de choses qui n'arriveront jamais.

M.V.

Si les Saoudo Zozos récupèrent, le fond de commerce du hezbollah ... déjà emprunté aux palestiniens d'outre Liban ... ca risque d'être chaud...!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DONNE A CHANGE COMME VOUS DITES DE 180 DEGRES ET LES SURPRISES COMMENCENT POUR PAYS ET ACCESSOIRES DE L,AXE PSEUDO MOUMANA3ISTE ... CE QU,ON AVAIT PREVU QU,IL SE PASSERAIT DANS LES PREMIERS MOIS DE TOUTE NOUVELLE ADMINISTRATION U.S. LES ARABES SORTIRONT VAINQUEURS DANS TOUTES LES CRISES QUI MALMENENT LA REGION... L,IRAN ET SES ACCESSOIRES SONT MIS AU MEME NIVEAU QUE DAESCH ET LA QAEDA... LE GLAS SONNE DEJA ... LES DEPARTS SONT PROGRAMMES... LES PARACHUTES SONT PRETS... KARAVIC ATTEND AVEC IMPATIENCE SES COLLEGUES !

Beauchard Jacques

Les initiatives guerrières du Hezbollah fond tord au Liban et à l'Iran....

C.K

Bah un énième discours, une énième parade de canaris, une énième mer de drapeaux jaunes, tiens, ils devraient adopter les couleurs du drapeau LGTB, for a change.

RAISINS SECS

C'est bien écrit, BIEN dit et factuel, mais au lieu de parler de "représailles" du parti de la RÉSISTANCE libanaise , vous auriez mieux fait de parler d'une preparation de "RESISTANCE" de la part du hezb résistant.

D'abord les mots ont un sens et ensuite votre CONCLUSION trahi votre lapsus quand vous écrivez qu'il est impensable que le hezb résistant chercherait à déstabiliser le Liban à cause de la présence de 2.5 millions de réfugiés sur notre territoire.

Mr Philippe A-A, n'oubliez pas avec qui le liban a affaire, cest pas une conférence des nuls qui le paralyserait .

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Goaaaaaaaaal !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux

Les matchs d’aujourd’hui

  • Suède
    Corée du Sud

    18/06

    15h00 (GMT+3)

  • Belgique
    Panama

    18/06

    18h00 (GMT+3)

  • Tunisie
    Angleterre

    18/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué