Liban

Tensions régionales, répercussions au Liban

Décryptage
22/05/2017

Presque au même moment où le président américain Donald Trump s'entretenait à Riyad avec le roi de Bahreïn, un tribunal dans ce pays émettait son verdict dans le procès du cheikh Issa Qassem, la plus haute autorité religieuse chiite du royaume. Ce verdict était sans cesse reporté depuis près d'un an, en raison notamment des sit-in populaires organisés par la communauté chiite, majoritaire dans le pays, autour du domicile du cheikh. Le cheikh Issa Qassem a donc été finalement condamné à un an de prison avec sursis alors que ses biens financiers et immobiliers ont été confisqués.

Même s'il est possible que les deux développements ne soient pas liés, les milieux proches du Hezbollah ont immédiatement fait le lien entre eux, surtout dans le cadre des déclarations successives faites à partir de Riyad par le ministre saoudien des Affaires étrangères et le département d'État américain sur le fait que cette formation serait « l'une des plus importantes organisations terroristes créées par l'Iran ».

Ce jugement du tribunal de Bahreïn intervient aussi au lendemain d'une décision américaine d'inclure le chef du bureau exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, sur la première liste américano-saoudienne de « désignation terroriste ». La décision, qui implique des sanctions économiques, est d'ailleurs essentiellement symbolique, car il y a bien peu de chances que le responsable chiite ait des comptes ou des intérêts économiques et financiers aux États-Unis. Les milieux proches du Hezbollah mettent donc ensemble ces indices et aboutissent à la conclusion suivante : l'administration américaine et les dirigeants saoudiens préparent une action d'envergure contre l'Iran et ses alliés, en Syrie et ailleurs.

La condamnation de Issa Qassem serait dans ce cadre un premier test pour mesurer la réaction des chiites du royaume de Bahreïn et celle de leurs alliés, les Iraniens et le Hezbollah. Elle exprime aussi une volonté claire de défier les chiites dans le monde arabe, en les considérant directement comme des suppôts de l'Iran, sans plus craindre d'envenimer le climat de discorde confessionnelle.

Si la condamnation de la plus haute autorité religieuse chiite de Bahreïn, dont la notoriété dépasse les frontières du petit royaume, passe sans provoquer des remous à Bahreïn même et au sein des communautés chiites dans le Golfe et le monde arabe en général (il y en a notamment qui sont importantes au Koweït et en Arabie) et sans susciter des réactions belliqueuses de la part de l'Iran et de ses alliés, l'alliance américano-saoudienne pourra frapper un coup plus fort et plus direct contre le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah et prendre aussi des mesures plus concrètes contre des personnalités iraniennes de premier plan. La décision d'adopter des sanctions économiques contre Hachem Safieddine serait ainsi un avant-goût de ce qui pourrait se passer au cours des prochaines semaines. Les dirigeants saoudiens ne cachent d'ailleurs pas leur satisfaction d'avoir pu rallier l'administration américaine et son chef à leur point de vue sur la nécessité de considérer l'Iran comme la plus grande menace contre les pays de la région, soit directement, soit à travers ses alliés, le Hezbollah en tête.

Entendre le président américain confirmer le rôle négatif de l'Iran, tout en qualifiant Daech, el-Qaëda, le Hezbollah et le Hamas de visages différents du terrorisme, les mettant ainsi sur le même plan, est donc pour les dirigeants saoudiens une grande victoire. Pour eux, ce langage est la plus douce des musiques après les terribles phrases du prédécesseur de Donald Trump, le président Barack Obama, qui avait déclaré dans une entrevue que le plus grand danger qui menace les pays du Golfe ne vient pas de l'Iran mais d'eux-mêmes.

Désormais, le fragile statu quo établi après la conclusion de l'accord sur le nucléaire iranien qui avait poussé les dirigeants saoudiens à accepter, entre autres concessions, l'élection du général Michel Aoun à la présidence de la République, parce qu'ils pensaient ne plus avoir les moyens de l'empêcher, pourrait être ébranlé. La tension monte, discours après discours, et menace après menace. Même si le Liban n'est pas directement concerné, le rapport des forces politiques ne permettant pas (encore) un renversement de la situation, il n'en reste pas moins sensible à ce changement de climat régional. La première concrétisation des menaces américano-saoudiennes devrait donc avoir lieu en Syrie, dans la bataille autour de la frontière avec l'Irak, qui cristallise aujourd'hui les enjeux régionaux et internationaux. Mais cela pourrait aussi se traduire au Liban par le refus des différentes forces politiques de s'entendre sur une nouvelle loi électorale, chacune estimant qu'il n'est pas nécessaire de faire des concessions pour l'instant, alors que toute la région est sur la sellette... Pour l'instant, l'entente est encore possible, mais, jour après jour, les chances d'adopter une nouvelle loi électorale s'amenuisent un peu plus.

 

Lire aussi
« Ni l'Iran ni le Hezbollah n'ont intérêt à voir le Liban déstabilisé »

Le numéro d'équilibriste de Donald Trump en Arabie saoudite

États-Unis : un fragile retour en force ?

Donald d'Arabie à la conquête de l'islam sunnite

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Mais voyons, comme si les tensions régionales sont nouvelles et qu'il fallait attendre la visite du hâbleur en chef en Arabie, pour réaliser qu'il n'y aura pas de nouvelle loi électorale de sitôt au Liban?
Mais les dés politique sont pipés depuis des décennies et le Liban n'est que la caisse de résonance du conflit millénaire sunnite-chiite, avec les chrétiens et autres minorités pris en otage entre les deux...
Entre-temps, on abreuve les gens de promesses fictives,de soit-disant changements démocratiques, alors que le statuquo est de mise, et on attend les nouvelles de Riyadh et de Téhéran...
Mais à part ça, Mme la Marquise, tout va très bien, le Libanais est un bon viveur, a la mémoire courte et d'une résilience à toute épreuve...

VIRAGE CONTRÔLÉ

En ce qui me concerne Je ne vois qu'un papa ( usa) qui prend son enfant ( les bensaouds ) par la main et qui l'entraîne dans des jeux style Disney land .


Il lui fera faire tous les manèges, lui donnera des vertiges pour finalement le ramener à la maison après lui avoir offert une glace, et le mettre au lit.

Pendant que ses cousins cherchaient à acheter Disney land en imposant leurs arguments .

Irene Said

Quand on pense que ces deux "puissances" religieuses et régionales, l'une chiite, l'autre sunnite , prétendent chacune représenter la "vraie religion" musulmane, et d'agir au nom de DIEU !!!
Et n'hésitent pas de sacrifier des milliers de vies innocentes...aussi au nom du "DIEU chiite ou sunnite"...
Et...combien de moutons-suiveurs-bêleurs acceptent cela et même en sont fiers ?
Irène Saïd


gaby sioufi

pourquoi diable toujours donner l'axe anti iran pour , sinon perdant du moins toujours hesitant, toujours sur la defensive ?
pourquoi donc ne pas croire que ces gens la ont planifie quelque chose , par exemple ( entre autre )le retour de mr Hariri au pouvoir moyenant l'election de mr Aoun - et non pas avient ete FORCES par les evenements.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU BARATIN ! ET DU PELE-MELE ! ASSAISONNES DE SUPPOSITIONS ET DE NON SENS...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants