Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

L'Iran suggère que Trump veut "pomper" l'argent de l'Arabie

"L'Iran, qui vient de tenir de vraies élections, est attaqué par le président des Etats-Unis dans ce bastion de la démocratie et de la modération", a dit le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé dimanche soir dans un tweet les "attaques" formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Ryad, suggérant que Washington voulait "pomper" l'argent de l'Arabie saoudite. Photo d'archives AFP

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé dimanche soir dans un tweet les "attaques" formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Riyad, suggérant que Washington voulait "pomper" l'argent de l'Arabie saoudite.

Il s'agit de la première réaction officielle iranienne après un discours prononcé dimanche à Riyad par M. Trump qui a accusé l'Iran de "soutenir le terrorisme".
"L'Iran, qui vient de tenir de vraies élections, est attaqué par le président des Etats-Unis dans ce bastion de la démocratie et de la modération", a dit M. Zarif, en ironisant sur l'Arabie saoudite.
"S'agit-il de politique étrangère ou de pomper 480 milliards de dollars" au roi de l'Arabie saoudite ?, a-t-il poursuivi.

Washington et Riyad ont signé samedi, au premier jour de la visite de M. Trump à Riyad, des méga-contrats de plusieurs centaines de milliards de dollars dont 110 milliards de dollars consacrés à l'achat d'armement américain par l'Arabie saoudite.

 

(Lire aussi : Le numéro d'équilibriste de Donald Trump en Arabie saoudite)

 

Dans un discours devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, le président Trump a appelé dimanche tous les pays à "isoler" l'Iran. "Du Liban à l'Irak en passant par le Yémen, l'Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d'autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région", a-t-il dit.

L'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite, deux puissances régionales, s'opposent sur tous les conflits régionaux, notamment sur la Syrie ou le Yémen.

Dimanche soir, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a rejeté les déclarations saoudiennes à propos du programme balistique de l'Iran.
"Les activités balistiques de l'Iran font partie de nos politiques de défense (...) Nous allons continuer avec force le renforcement de ces activités et (...) ne permettrons à aucun pays de parler de notre politique de défense", a déclaré M. Ghassemi, cité par le site YJC, qui dépend de la télévision d'Etat.
Il était interrogé sur les déclarations du chef de la diplomatie saoudienne sur le programme balistique de l'Iran prononcées lors d'une conférence de presse commune samedi avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

M. Tillerson, qui a accompagné le président américain Donald Trump en Arabie saoudite, a aussi dénoncé la "mauvaise influence iranienne" dans la région.
Il a émis l'espoir que le président modéré Hassan Rohani, réélu triomphalement vendredi, "mettra fin aux essais de missiles balistiques" de l'Iran.

Mercredi, les Etats-Unis ont annoncé leur décision de poursuivre la politique de levée des sanctions contre l'Iran dans le cadre de l'accord international de juillet 2015 sur le programme nucléaire de Téhéran.
Mais dans le même temps, le Trésor américain a rendu publique de nouvelles sanctions ciblées contre des responsables iraniens liés au programme de missiles balistiques.

 

Repère

Ce qu'il faut retenir de la visite de Trump en Arabie

 

Lire aussi

États-Unis : un fragile retour en force ?, la tribune d'Antoine Courban

Melania et Ivanka Trump au centre de tous les regards en Arabie

 

Donald d'Arabie à la conquête de l'islam sunnite

 

Au sommet de Riyad, le début d'une offensive arabo-US contre le Hezbollah

 

Et la puissance, alors ?... L'édito de Issa GORAIEB

 

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé dimanche soir dans un tweet les "attaques" formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Riyad, suggérant que Washington voulait "pomper" l'argent de l'Arabie saoudite.
Il s'agit de la première réaction officielle iranienne après un discours prononcé dimanche à Riyad par M. Trump qui a...
commentaires (3)

POINT DE PAROLES A CEUX DONT LES DECULOTTAGES SONT PROVERBIAUX ! LES SAOUDIENS AU MOINS FONT DES INVESTISSEMENTS AUXQUELS ILS PARTICIPENT ET CREENT DES EMPLOIS CHEZ EUX ET CHEZ LES AUTRES... DANS CERTAINS ARTICLES DE LA DESINFORMATION... DE LA PIASTRE... ON LES DISAIT EN FAILLITE ET LES SIMPLOTS ET NAIFS Y AVAIENT MORDU A BELLES DENTS... LE REVEIL ET LA DESILLUSION ONT DE QUOI AIGRIR AMEREMENT...

LA LIBRE EXPRESSION

19 h 16, le 22 mai 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • POINT DE PAROLES A CEUX DONT LES DECULOTTAGES SONT PROVERBIAUX ! LES SAOUDIENS AU MOINS FONT DES INVESTISSEMENTS AUXQUELS ILS PARTICIPENT ET CREENT DES EMPLOIS CHEZ EUX ET CHEZ LES AUTRES... DANS CERTAINS ARTICLES DE LA DESINFORMATION... DE LA PIASTRE... ON LES DISAIT EN FAILLITE ET LES SIMPLOTS ET NAIFS Y AVAIENT MORDU A BELLES DENTS... LE REVEIL ET LA DESILLUSION ONT DE QUOI AIGRIR AMEREMENT...

    LA LIBRE EXPRESSION

    19 h 16, le 22 mai 2017

  • hahah enfants aigri de l'entente USA-Arabie .. vous qui faisais miroiter des contrats de 100 millards (dont jusqu'à present rien n'a ete fait) il faudrait d'abords essayer d'endiguer le chomage qui touche presque 30% des jeunes de 18-28 ans et vous savez comment y remedier !?!?! facile au lieu de subventionner vos milices satellites rapatrier ces sommes colossaux !! by the way vous avez évoquer par le passer la faillite de l'arabie on vous avez affirmer que l'arabie detient la seconde place mondial en fonds souverains .. et voila que bam contrats deja signer de qlq 380 milliard de dollars !! oui avec tout ca y a de quoi etre aigri

    Bery tus

    16 h 59, le 22 mai 2017

  • et vous, vous nous pompez notre democratie la duplicite du discours iranien n'a aucune limite

    George Khoury

    14 h 25, le 22 mai 2017

Retour en haut