Positive Lebanese

Kamal Sinno, éradiquer la faim... enfin

D.R.

Les chiffres font peur. Les chiffres font honte. Au Liban, aujourd'hui, plus de 400 000 Libanais vivent en dessous du seuil de pauvreté. Près de 10 % de la population souffre de la faim. C'est beaucoup. C'est trop. Regarder cette réalité en face, l'absorber et ensuite retrousser ses manches et décider de la confronter, telle est la mission dans laquelle s'est lancé il y a six ans Kamal Sinno. Se battre, ce monsieur à la voix posée en sait quelque chose. À chaque fois que la vie a semblé difficile à affronter, il ne s'en est trouvé que plus stimulé.

Il en a gravi des échelons avec détermination, audace et beaucoup d'optimisme. Et les idées n'ont pas fait défaut au jeune homme de l'époque qui, dès les années 60, a imaginé un guide des industries au Liban. C'était une gageure et ce fut un succès. Mais c'est dans le domaine des jouets que Kamal Sinno a bâti sa carrière. À la tête d'une entreprise prospère, ce père de deux garçons et d'une fille a le regard qui brille lorsqu'il nous dit croire en la loi du boomerang. Quand on donne, on reçoit, c'est indéniable. Et de ce fait, jamais tout au long de sa vie il n'a arrêté d'aider, de partager, de distribuer et surtout d'aller vers les autres avec une empathie que l'on devine infinie. Des jouets gratuits aux orphelinats, aux associations, à tous ces enfants privés d'enfance, Kamal Sinno a toujours ouvert son cœur.

En 2011, il se lance dans la plus belle des batailles : nourrir ceux qui ont faim. Il crée la Lebanese Food Bank et rejoint ainsi tous ceux qui, dans le monde, luttent contre ce malheur de société qui ne devrait jamais exister. Sa mission est claire : en 2020, plus personne n'aura faim au Liban. Aujourd'hui, c'est plus de 3 000 personnes qui bénéficient chaque jour d'un repas complet. Près de 18 personnes s'activent quotidiennement pour récolter auprès d'établissements la nourriture non consommée et l'acheminer à l'aide de camions réfrigérés auprès de 75 associations triées sur le volet. Les règles les plus strictes d'hygiène sont plus que respectées et tous les aliments à base de crème et de poissons éliminés d'office. La Lebanese Food Bank sollicite les restaurants, les boulangeries, les traiteurs et supermarchés et les importateurs et exportateurs.
Kamal Sinno ne veut pas s'arrêter là. Son objectif, à court terme, est de nourrir 4 000 personnes par jour d'ici à la fin de l'année. Il a développé également une technique d'approche auprès des chômeurs pour leur assurer un travail. Suivant l'adage de Lao Tseu « Si tu donnes du poisson à un homme, il mangera un jour ; si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours », il crée des liens nécessaires entre les hommes. Listant leurs compétences, leur âge et leurs besoins, il tente sans relâche de les pousser à intégrer des structures qui leur permettront d'assurer le minimum vital pour leur famille. Très dynamique, la Lebanese Food Bank ne manque pas d'idées pour atteindre sa mission. Bénévoles, restaurants, établissements, dons, il ne faut pas hésiter à les rejoindre parce que le monde dont on rêve tous demain se bâtit aujourd'hui.

 

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

Dans la même rubrique

Ziad Abichaker, du rêve à la réalité

Avec Imane Nasreddine Assaf et Ahla Fawda, la rue est une fête

Patrick Baz, objectif photo

Nayla Bassili, une dame de cœur

Éliane Khayat, toutes les couleurs de l'amour

Le père Majdi el-Allaoui : l’amour absolu

Marise Aoun Kassab, le talent à portée de tous


Les chiffres font peur. Les chiffres font honte. Au Liban, aujourd'hui, plus de 400 000 Libanais vivent en dessous du seuil de pauvreté. Près de 10 % de la population souffre de la faim. C'est beaucoup. C'est trop. Regarder cette réalité en face, l'absorber et ensuite retrousser ses manches et décider de la confronter, telle est la mission dans laquelle s'est lancé il y a six ans...

commentaires (0)

Commentaires (0)