Rechercher
Rechercher

Présidentielle française

Le débat Macron-Le Pen d'une brutalité inédite, selon la presse française

"Il est malaisé de qualifier de +débat+ le pugilat d'hier soir", assène Paul-Henri du Limbert, l'éditorialiste du Figaro.

Le débat télévisé mercredi soir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a été d'une brutalité inédite et confus déplore jeudi la presse, à trois jours du second tour de l'élection présidentielle. Photo AFP / STRINGER

Le débat télévisé mercredi soir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a été d'une brutalité inédite et confus déplore jeudi la presse, à trois jours du second tour de l'élection présidentielle française.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés "au cours d'un débat d'entre-deux-tours d'une brutalité inédite qui a souvent manqué de hauteur et sans parvenir à instaurer un dialogue à la hauteur de l'enjeu", résume en Une Le Figaro.
"Il est malaisé de qualifier de +débat+ le pugilat d'hier soir", assène Paul-Henri du Limbert, l'éditorialiste du Figaro.

Un "débat brutal, violent de bout en bout", reconnaît Le monde sur son site internet. "Jamais un débat de l'entre-deux-tour n'aura été aussi vif", écrit en Une Le Parisien.
"On attendait un débat tendu, il fut brutal. Pas une seconde de courtoisie ou d'amabilité ou tout simplement de politesse", poursuit en pages intérieures le quotidien pour qui "pour le fond des programmes, on reste sur sa faim".

 


"Il y a beaucoup à dire sur les projets d'Emmanuel Macron mais pas comme cela. Pas avec une grosse artillerie qui tire au hasard toujours le même boulet", s'emporte Laurent Joffrin, dans Libération.
"On savait que ce serait du lourd et du brutal", ironise Patrice Chabanet, du Journal de la Haute-Marne. Avant de poursuivre plus sérieusement: "On a été servi. Le débat a été violent et l'électeur n'a rien appris de nouveau sur le fond. Il a assisté à un combat de rue".

 

(Lire aussi : Débat présidentiel Macron contre Le Pen : chiffres, faits, affirmations)

 

'Plus broyant qu'éclairant'
Le thème du combat de boxe inspire les éditorialistes.
Les deux candidats se sont rendus "coups pour coups sur le ring explosif du débat présidentiel", relève Philippe Palat, du Midi Libre. Et pour lui, c'est: "sans doute l'une des confrontations télévisées les plus brutales, les plus chaotiques".

Xavier Brouet, du Républicain Lorrain, a vu lui aussi un "rude combat" dans lequel "ne manquait que les gants de boxe". "Le match a bien eu lieu. Celui des idées ? Pas sûr", ajoute-t-il. Denis Daumin, de la Nouvelle République du centre-ouest a vu lui: "la finale d'un gala de boxe" au cours "d'un débat s'égarant ou s'enlisant souvent".
"Tels deux boxeurs, ils ont commencé par quelques uppercuts. Au total, les échanges tenaient largement du dialogue de sourds", enrage Hubert Coudurier, du Télégramme. Ce fut "un duel au corps à corps, fougueux, direct, parfois cafouilleux à force de parole coupée", s'indigne Dominique Jung, des Dernières Nouvelles d'Alsace.

Michel Urvoy, de Ouest-France, a assisté pour sa part à "un dialogue assez confus sur la forme, plus bruyant qu'éclairant et sur le fond, rien de nouveau". "On attendait un échange de haut niveau, on a eu des invectives", constate avec une certaine amertume, Bernard Stephan, dans La Montagne. Hervé Chabaud, de L'Union/L'Ardennais, a assisté lui à "une cacophonie assommante, un brouhaha insupportable".
Et Philippe Marcacci, de l'Est Républicain, de regretter que "le débat que mérite l'élection présidentielle n'ait pas lieu".

 

 

 

Lire aussi

Plagiat de Marine Le Pen : erreur grossière de com' ?

Appels tous azimuts pro-Macron pour contrer l'abstention

Présidentielle française : l'Eglise aborde le second tour en ordre dispersé

 

Portrait

Marine Le Pen, ou l'extrême droite dédiabolisée

L'insaisissable M. Macron

 

Interview

Le Pen à « L’OLJ » : Rien n’est encore tranché sur la rétroactivité de la suppression de la double nationalité

Emmanuel Macron à « L'OLJ » : Les intérêts des chrétiens d'Orient ne sont pas liés à Assad


Le débat télévisé mercredi soir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a été d'une brutalité inédite et confus déplore jeudi la presse, à trois jours du second tour de l'élection présidentielle française.


Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés "au cours d'

commentaires (6)

Ce qui me fait rire c'est que se sont les mêmes qui avaient plébisciter la venue de Trump car il affirmait être avec les russes et surtout pour que Bachar reste au pouvoir qui sont avec marine le pen car celle ci affirme aussi être en ouf Bachar et avec les russes !!! Maintenant que Trump à vue la vérité ils se sont retourner contre lui ... j'espère que marine devienne présidente (ce qui ne sera sûrement pas le cas et Dieu merci pour aussi les voir retourner leur veste) on voit qui cherche un appui occidental ... les moumana3iste !!

Bery tus

20 h 19, le 04 mai 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Ce qui me fait rire c'est que se sont les mêmes qui avaient plébisciter la venue de Trump car il affirmait être avec les russes et surtout pour que Bachar reste au pouvoir qui sont avec marine le pen car celle ci affirme aussi être en ouf Bachar et avec les russes !!! Maintenant que Trump à vue la vérité ils se sont retourner contre lui ... j'espère que marine devienne présidente (ce qui ne sera sûrement pas le cas et Dieu merci pour aussi les voir retourner leur veste) on voit qui cherche un appui occidental ... les moumana3iste !!

    Bery tus

    20 h 19, le 04 mai 2017

  • Ses propos alternent, non sans cynisme, un fascisme dû à sa formation de post-fasciste et à une extrême-droite toute rêche. Oui, bon, mais pourquoi ? En effet, car a-t-on déjà vu une extrême-droite, post-fasciste de surcroit, qui soit tout à fait Non-cynique et à "politique!?" qui soit Non-rêche really ? Wâlâââoû !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 28, le 04 mai 2017

  • On savait que ce serait un pugilat, ...mais on en espérait néanmoins quelques "idées originales sur la future politique de la France" Restés sur notre faim... Chacun répétant ses positions sans chercher un consensus, même sur les idées. La preuve , s'il en fallait, que le Peuple de France est déchire et désempare... Entre optimisme (relatif) sur un futur de "progrès via Plus Europe" et Pessimisme ...le remède étant l'enfermement dans "le pré carre" forteresse... Annoncé de lendemains difficiles , pour quelconque gouvernement, rien ne pouvant "rapprocher les parties opposées"

    Chammas frederico

    11 h 39, le 04 mai 2017

  • Mme Le Pen a démontré une fois de plus son incompétence, sa grossièreté et a abaissé le niveau du débat d'entrée de jeu. Un suicide politique en direct !

    Coeckelenbergh Cartenian

    11 h 09, le 04 mai 2017

  • Marine est dans l'opposition, comme Melanchon, dupont aignant ou Fillion. Macron est du gouvernement, du système, il a pris part à une politique de fiasco , héritière d'un passé qui se refilait le bébé entre umps et lrps. On ne peut pas comparer les prestations de ces 2 candidats sur le même niveau de critique . On reproche à Marine de ne rien proposer , comment le pourrait elle , elle n'a rien à défendre puisqu'elle n'a pas de bilan , Marine ne peut qu'être dans le constat des échecs successifs de promesse faites , et qui continuent à être faites par Macron, et qui n'aboutiront qu'à servir ceux qui l'auront mis là, comme ils ont mis tous les autres avant lui depuis 40 ans . Dans 5 ans on aura une débat encore plus violent, parce que Macron s'il venait à être élu n'aura que fait gagner du temps à ses sponsors . Le peuple français continuera à être soumis entre temps .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 02, le 04 mai 2017

  • Toute la presse francaise s' accorde à dire, à peu de choses près, qu' il s' agissait d' un combat de boxe, d' un pugilat? Qui en est responsable? Signe des temps? Une émission de télérélité de plus, hissant la médiocrité au rang de produit commercial. Une image en miroir du système et de l' électorat ! Bien triste.

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 00, le 04 mai 2017