Rechercher
Rechercher

Éclairage

Plagiat de Marine Le Pen : erreur grossière de com’ ?

La candidate « assume totalement ce clin d'œil » à l'électorat filloniste.

Marine Le Pen lors de son discours du 1er mai à Villepinte. Charles Platiau/Reuters

C'est un « emprunt » qui pourrait coûter cher à Marine Le Pen. Les deux dernières semaines d'une course à la présidentielle française inédite viennent s'entacher d'une nouvelle polémique dont la candidate du Front national se serait bien passée. En plagiant plusieurs passages d'un discours de François Fillon tenu le 15 avril dernier au Puy-en-Velay, lors de son grand rassemblement du 1er mai à Villepinte, Marine Le Pen s'est attiré les moqueries de nombreux internautes. L'affaire a commencé lundi soir, quand le compte Twitter pro-Fillon @ridiculetv a publié une vidéo sans appel montrant de manière simultanée 90 secondes quasi identiques des deux discours. Il y aurait au moins quatre passages similaires.

La comparaison avec le moment où Melania Trump avait plagié, en juillet dernier, le discours de Michelle Obama saute aux yeux.

Marine Le Pen a prononcé les mêmes mots que le candidat LR dans son discours sur les « frontières terrestres » de la France, la vigueur de la langue française et une troisième voie « française » pour le XXIe siècle, « la voie de la culture, du doute, de la discussion, du compromis, du dialogue, la voie de l'équilibre, de la liberté des individus et des peuples ». Seule différence au tableau, pour François Fillon, cette troisième voie « française » serait une alternative au nazisme et au stalinisme, alors que Mme Le Pen penche, sans surprise, pour une alternative au « mondialisme » et à « l'idéologie islamiste ». Présenté par les médias comme l'auteur du discours incriminé, l'ancien député souverainiste Paul-Marie Coûteaux a tenté de dédramatiser l'affaire, via Twitter : « Quoi qu'on pense de la reprise d'un discours de Fillon par MLP, il est bien que les droites communient sur une vision haute du sens de la France. » L'intéressé s'est par ailleurs défendu de « tout contact » avec l'équipe du FN concernant l'écriture du discours prononcé à Villepinte.

 

(Lire aussi : Appels tous azimuts pro-Macron pour contrer l'abstention)

 

Riposte du FN
Face à la controverse, les ténors du parti d'extrême droite ont aussitôt contre-attaqué à l'unisson, se défendant de tout plagiat. Lundi soir, le directeur de la campagne de Marine Le Pen, David Rachline, a déclaré au quotidien français Libération que la reprise de Marine Le Pen était « un clin d'œil assumé de la part d'une candidate de rassemblement, qui montre qu'elle n'est pas sectaire ». Argumentaire repris le lendemain par d'autres membres de sa garde rapprochée. « Ce n'est pas un plagiat. C'est totalement assumé, un clin d'œil assumé, un petit emprunt », a assuré le secrétaire général du FN Nicolas Bay hier matin sur Sud Radio/Public Sénat. Même discours chez Louis Aliot, vice-président du FN, évoquant un « clin d'œil » envers les électeurs de François Fillon car « avec une partie de la droite, on a exactement la même vision de l'identité de la nation et de l'indépendance nationale ».

Il n'est pas rare que les candidats à l'élection présidentielle piochent de manière sélective dans le lexique de leurs opposants. En 2007, Nicolas Sarkozy, candidat de la droite républicaine, avait déjà largement emprunté les références de la gauche pour tenter de mieux incarner une rupture dans les clivages traditionnels et séduire au-delà de son électoral naturel, rappelle Florian Silnicki, expert en stratégies de communication et fondateur de l'agence LaFrenchCom, contacté par L'Orient-Le Jour. Mais « que l'un des deux candidats aille jusqu'à franchir le pas du copier-coller n'est pas anodin », poursuit-il. Ce pas dit « beaucoup de l'état de notre communication politique qui ignore l'état de l'opinion publique particulièrement fragilisée ces dernières années ».

 

(Lire aussi : Présidentielle française : l'Eglise aborde le second tour en ordre dispersé)

 

Pari risqué
« Marine Le Pen cherche à récupérer l'électorat filloniste et il n'est pas exclu que cette récupération du discours de Fillon par Le Pen ait été préparée pour faire le buzz », estime pour sa part Philippe Moreau Chevrolet, professeur en communication politique à Science po, président de MCBG conseil. « Dans le cas contraire, cela ne peut de toute façon que lui être positif dans cet électorat », poursuit l'expert. « J'assume totalement ce clin d'œil et puis ce buzz, disons-le, puisqu'il n'y a que ça qui vous fait courir », a déclaré hier soir Mme Le Pen sur la chaîne télévisée TF1. « Du coup, c'est pas mal, parce que ce discours, il a été entendu des centaines de fois », a-t-elle ironisé. La candidate du FN assume pleinement son acte, mais le mal est fait. Pour Florian Silnicki, cette « erreur grossière » et « faute lourde de communication » viendraient discréditer davantage la candidate dans sa tentative d'attirer dans ses filets une partie des électeurs LR. « Au fond, la stratégie n'est aussi peut-être rien d'autre que "Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi !" et c'est sans doute le pire... », conclut-il.

 

Lire aussi

A J-6 de la présidentielle, Macron et Le Pen se rendent coup pour coup

La sagesse de Juppé, l'édito de Michel TOUMA

Dans le sens du vent

Fascisme éternel postdémocratique

 

Portrait

Marine Le Pen, ou l'extrême droite dédiabolisée

 

Interview

Le Pen à « L’OLJ » : Rien n’est encore tranché sur la rétroactivité de la suppression de la double nationalité


C'est un « emprunt » qui pourrait coûter cher à Marine Le Pen. Les deux dernières semaines d'une course à la présidentielle française inédite viennent s'entacher d'une nouvelle polémique dont la candidate du Front national se serait bien passée. En plagiant plusieurs passages d'un discours de François Fillon tenu le 15 avril dernier au Puy-en-Velay, lors de son grand...

commentaires (5)

Il n'y a ni erreur et rien de grossier à ce que Marine à fait . Quand Macron avait répèté mot pour mot ce que hollandouille avait dire en 2012 à Marseille, les médias aux ordres n'avaient pas parlé d'erreur grossière, peut être pensent ils que les conneries de Macron sont minimes par rapport à celle qui a déjà gagné les présidentielles. MARINE EST UNE RÉSISTANCE BATTANTE SEULE CONTRE TOUS.

FRIK-A-FRAK

15 h 30, le 03 mai 2017

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il n'y a ni erreur et rien de grossier à ce que Marine à fait . Quand Macron avait répèté mot pour mot ce que hollandouille avait dire en 2012 à Marseille, les médias aux ordres n'avaient pas parlé d'erreur grossière, peut être pensent ils que les conneries de Macron sont minimes par rapport à celle qui a déjà gagné les présidentielles. MARINE EST UNE RÉSISTANCE BATTANTE SEULE CONTRE TOUS.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 30, le 03 mai 2017

  • Ce ne fut pas une gaffe! MLP a préparé sa campagne de main de maître et, comme avec Trump, les média se sont chargées de chercher a noircir a tout prix son image. La seule preuve de son succès permanent c'est qu'elle dépasse Macron d'un pas dans ses interventions et a réussi a atteindre les 41% en renforçant les indécis qui ont atteint les 18%. Quoi qu'il arrive elle est gagnante. MLP prépare déjà la prochaine Présidentielle sachant très bien que Macron échouera comme l'ont fait ses prédécesseur dont il était le consultant. Pourquoi réussirait il maintenant? Yalle bi jarreb l'mjarrab, bikoun 3a2lo Mkharb!

    Pierre Hadjigeorgiou

    12 h 09, le 03 mai 2017

  • Bonne stratégie, pour faire du buzz gratuit , grâce aux gauchocrates ! Faut dire qu'en France ...le système binaire est roi ..! quand la gauche plagie la droite et la droite la gauche .....il y a personne pour dénoncer cet "écart" ...par contre si Marine La Pen empreinte volontairement ou pas..? des "idées slogan " de droite proches des siennes ..cela devient immédiatement condamnatoire ..! j'ai comme l'impression qu'a partir du 8 mai 2017 , la presse française dite "libre" ...? devra se payer une immense cure de détox.... d'ailleurs , ca tombe bien ! le 8 mai 2017 , c'est la commémoration de l'armistice et la libération de la France en 1945....

    M.V.

    09 h 59, le 03 mai 2017

  • Bonne ou mauvaise stratégie chaque candidat par « erreur grossière » ou non veut avoir le Pouvoir . A suivre .

    Antoine Sabbagha

    09 h 09, le 03 mai 2017

  • La gaffe serait trop énorme pour ne pas avoir été volontaire. Il est vrai cependant que le pari était un peu risqué.

    Yves Prevost

    07 h 28, le 03 mai 2017