Rechercher
Rechercher

Liban - Loi électorale

Le principe de la formule composite acquis, les nœuds du découpage et des « critères » restent à défaire

Le nouveau texte pourrait voir le jour à la mi-avril.

Au lendemain de la mise en garde lancée par le président de la Chambre, Nabih Berry, contre « l'inconnu » si une nouvelle loi électorale n'est pas votée d'ici deux-trois semaines, on assurait hier dans certains milieux politiques que les débats en quête d'un nouveau code électoral se poursuivent.

Une source bien informée indique dans ce cadre à L'Orient-Le Jour que le principe d'une loi axée sur la formule composite (mêlant les modes de scrutin majoritaire et proportionnel) est désormais acquis, en dépit de l'attachement du Hezbollah à la proportionnelle intégrale. Selon cette source, la loi électorale pourrait bien voir le jour à la mi-avril, c'est-à-dire deux mois avant (l'hypothétique) scrutin prévu le 18 juin prochain.

En dépit de ce tableau empreint d'optimisme, on fait état dans les mêmes milieux de deux nœuds qui restent à défaire. Il s'agit des critères qui seront adoptés dans le nouveau texte et du découpage des circonscriptions électorales.

 

(Lire aussi : Loi électorale : un mois d’avril prometteur..., le décryptage de Scarlett HADDAD)

 

Les FL « ne céderont pas » au Hezbollah
Quant aux formations politiques, elles semblent camper sur leurs positions respectives quant à ce dossier épineux. Ainsi, les Forces libanaises (FL) continuent d'accuser le Hezbollah d'entraver, par son adhésion « indéfectible » à la proportionnelle intégrale, l'adoption d'une nouvelle loi électorale. Un proche de Samir Geagea va même jusqu'à souligner que le parti dirigé par Hassan Nasrallah pratique un « chantage », en tentant de placer les Libanais devant le fait accompli.

À L'OLJ, ce cadre déclare sans détour : « Le parti chiite dresse l'équation suivante : soit la proportionnelle intégrale, soit la Constituante, ce que nous rejetons catégoriquement. » Et de poursuivre : « Nous opposons un veto catégorique au système électoral soutenu par le Hezbollah, dans la mesure où il n'assure pas la bonne représentativité des chrétiens. Nous ne céderons pas à la menace de la Constituante, nous n'accepterons pas moins de 50 députés (chrétiens sur 64, élus par un électorat chrétien, contre moins de 40 dans la législature actuelle) et nous estimons que toutes les propositions du Hezb sont hors débat. »

 

(Lire aussi : Levée de boucliers FL contre le Hezbollah, plus que jamais attaché à la proportionnelle intégrale)

 

La proportionnelle « partielle »
Du côté de la Maison du Centre, les députés et cadres du courant du Futur se sont employés hier à lever toute ambiguïté entourant la position de leur formation au sujet de la réforme du système électoral. Dans la journée de mercredi, certains médias ont rapporté des informations selon lesquelles le parti de Saad Hariri serait prêt à se prononcer en faveur de la proportionnelle intégrale, moyennant quelques garde-fous.

Ammar Houry, député de Beyrouth, a rectifié hier que son parti a accepté la proportionnelle « dans une certaine mesure ». Selon lui, « il s'agit d'une mesure à même de faciliter l'adoption d'un nouveau code électoral ».
Dans une déclaration radiodiffusée, M. Houri a fait état de « trois constantes qui guident les débats autour de la loi » : « Il s'agit du refus du retour au texte de 1960, de la nécessité d'adopter une législation qui bénéficierait de l'aval de la majorité des formations politiques et de l'importance d'assurer des chances de succès égales à tous les protagonistes. »

Son collègue Atef Majdalani a indiqué, également à la radio, que le courant du Futur est ouvert à toutes les propositions et qu'il soutient « la proportionnelle partielle ». « Nous sommes toujours attachés à la proposition de loi composite présentée conjointement avec les FL et le Parti socialiste progressiste », a affirmé M. Majdalani.

Joint par L'OLJ, Moustapha Allouche, coordinateur de la formation haririenne à Tripoli, se veut plus ferme : « Nous somme prêts à accepter la proportionnelle intégrale si tous les protagonistes se prononcent en sa faveur », ajoutant que « le Hezbollah ne cesse d'essayer de mettre Saad Hariri au pied du mur, alors que tout le monde sait que le problème réside dans l'arsenal du parti chiite ».

« Atmosphère positive »
Le Courant patriotique libre maintient, lui, son optimisme quant à une prochaine adoption de la loi électorale tant attendue. Interrogé par L'OLJ, Nicolas Sehnaoui, vice-président du CPL pour les affaires politiques, fait état d'une « atmosphère positive » dans laquelle se déroulent les négociations autour du texte. « Nous n'avons pas été notifiés du veto d'une formation politique à la formule proposée par Gebran Bassil », indique l'ancien ministre des Télécoms, soulignant que si « le dernier projet Bassil est rejeté, le parti avisera ». M. Sehnaoui ne manque toutefois pas de s'interroger sur les raisons d'attendre que le CPL présente de nouvelles propositions. « Sommes-nous les seuls à nous comporter de façon respectueuse des institutions dans ce pays ? » lance-t-il.

 

 

Lire aussi

Le Hezbollah ne parvient toujours pas à imposer le projet de proportionnelle intégrale

La Constitution et les citoyens, victimes collatérales du nouveau consensus politique ?

« L'échec à voter une loi électorale est un suicide », lance Berry

A. Gemayel met en garde contre « le danger de la manipulation des délais »

Arslane appelle à une Constituante

« Beaucoup de Libanais ont perdu espoir », estime Geagea

Au lendemain de la mise en garde lancée par le président de la Chambre, Nabih Berry, contre « l'inconnu » si une nouvelle loi électorale n'est pas votée d'ici deux-trois semaines, on assurait hier dans certains milieux politiques que les débats en quête d'un nouveau code électoral se poursuivent.
Une source bien informée indique dans ce cadre à L'Orient-Le Jour que le principe d'une...
commentaires (1)

IL N,Y A QU,UNE LOI MIXTE QUI POURRAIT ETRE ADOPTEE ! CONTRE LA PROPORTIONNELLE INTEGRALE DU HEZBOLLAH IL FAUT AVANCER LA LOI FERZLIOTE DITE ORTHODOXE INTEGRALE...

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

08 h 11, le 24 mars 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • IL N,Y A QU,UNE LOI MIXTE QUI POURRAIT ETRE ADOPTEE ! CONTRE LA PROPORTIONNELLE INTEGRALE DU HEZBOLLAH IL FAUT AVANCER LA LOI FERZLIOTE DITE ORTHODOXE INTEGRALE...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    08 h 11, le 24 mars 2017

Retour en haut