Rechercher
Rechercher

Liban

« L’échec à voter une loi électorale est un suicide », lance Berry

« Si le fait de ne pas voter la grille des salaires est un appauvrissement, l'échec à adopter une nouvelle loi électorale est un suicide. » C'est ce constat fort qu'a dressé le président de la Chambre, Nabih Berry, devant les députés qui se sont rendus hier à Aïn el-Tiné pour les audiences du mercredi. Il s'agit de Kassem Hachem, Hani Kobeissi, Anwar el-Khalil, Ali Mokdad, Walid Succarié, Kamel Rifaï, Nagi Gharios, Nabil Nicolas, Nehmetallah Abi Nasr, Ali Ammar, Hikmat Dib, Ali Khreiss, Nawwaf el-Moussaoui, Ali Fayad et Nawwar Sahili.
« La grille des salaires sera votée en avril », a déclaré le chef du législatif avant de commenter les débats autour de la nouvelle loi électorale. « Nous avons encore deux ou trois semaines pour nous entendre sur le nouveau texte, sinon les choses iront vers l'inconnu », a-t-il averti, appelant le gouvernement à assumer ses responsabilités pour ce qui est de l'échelle des salaires et du code électoral. « Le cabinet devrait voter ces deux projets et les envoyer à la Chambre, dans la mesure où ils sont au centre de sa mission », a encore dit M. Berry.
Il a par ailleurs insisté sur l'importance de former « la Commission nationale pour la lutte contre la corruption », notant qu'il y a 35 lois que le gouvernement devrait appliquer dans ce domaine.

« Si le fait de ne pas voter la grille des salaires est un appauvrissement, l'échec à adopter une nouvelle loi électorale est un suicide. » C'est ce constat fort qu'a dressé le président de la Chambre, Nabih Berry, devant les députés qui se sont rendus hier à Aïn el-Tiné pour les audiences du mercredi. Il s'agit de Kassem Hachem, Hani Kobeissi, Anwar el-Khalil, Ali Mokdad, Walid...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut