Liban

« C’est ma dernière cartouche avant que le Liban ne meure en moi »

Manifestations

Un appel est lancé pour un nouveau sit-in mercredi à midi.

20/03/2017

La manifestation d'hier, qui s'est tenue place Riad el-Solh pour protester contre les nouvelles taxes adoptées par le Parlement en vue de financer la grille des salaires, a mobilisé quelques milliers de personnes, à son apogée vers midi trente. Le rassemblement, auquel a appelé le parti Kataëb, a reçu le soutien du PNL, du PSP, du PCL, du Renouveau démocratique, des indépendants du mouvement du 14 Mars « On continue », ainsi que des collectifs « Vous puez ! » et « Nous réclamons des comptes », de nombreuses ONG et de la liste Beyrouth Madinati, qui avait échoué face à la liste soutenue par les partis politiques, notamment le courant du Futur et les Forces libanaises, lors des élections municipales de 2016.
Désabusés et désespérés, de nombreux Libanais n'ont pas pris la rue, alors que d'autres, armés du peu de courage qui leur reste, sont descendus au centre-ville, certains sans trop de conviction.

« C'est ma dernière cartouche avant que le Liban ne meure en moi. Si cette situation se poursuit, je quitterai les pays. D'ailleurs, tous les jours, je pense à partir », déclare Farah, diplômée en gestion d'entreprise. « Je travaille dans une compagnie où tous mes horizons sont bouchés et mon salaire est épuisé au début du mois », se plaint-elle. « Je manifeste pour mes enfants. J'ai vécu la guerre et j'ai vu que les choses n'ont pas changé. Mais il faut croire au changement, malgré tout. Je veux que mes enfants restent au Liban, je ne veux pas qu'ils partent travailler à l'étranger. C'est comme s'il existait une politique pour nous pousser hors du pays et nous faire remplacer par une autre population, par les réfugiés syriens par exemple », explique pour sa part Édouard, un médecin. « Le tiers du Liban vit au-dessous du seuil de pauvreté. Si vous ne voyez pas les plus pauvres aujourd'hui, c'est parce qu'ils sont à genoux. Et maintenant, ils (les dirigeants) veulent anéantir ce qui reste de la classe moyenne », ajoute-t-il.

(Diaporama : La manifestation en images)

Intervenant à son tour, Sawsan, consultante, s'insurge : « Je suis là parce que je remplis tous mes devoirs envers l'État, en payant entre autres toutes mes taxes, les abonnements à l'eau, à l'électricité... Je travaille comme une forcenée pour pouvoir payer mon assurance-maladie et économiser de l'argent pour ma retraite. Un État qui se respecte doit assurer tout cela à ses citoyens. » Rima, elle, travaille dans une agence de voyages ; elle croit encore au changement. « Si nous sommes un peu désabusés, les jeunes prendront la relève », dit-elle. Quant à Camille, salarié dans une compagnie de pétrole, il explique, un brin d'ironie dans la voix, la raison pour laquelle il prend part à la manifestation : « Je consacre une somme bien précise de mon salaire à la corruption des dirigeants. Je ne suis pas prêt à payer un centime de plus à travers ces nouvelles taxes qu'ils (les députés) viennent de voter. »

« Ce n'est pas une démocratie, mais une oligarchie »

Nadine est urbaniste. Elle estime qu'au Liban, « le sectarisme, qui sépare une communauté d'une autre, n'existe pas. Les gens sont divisés par classes. Les leaders politiques appartiennent à toutes les communautés ». Maha, experte en communication, s'insurge de son côté : « Ce n'est pas une démocratie, mais une oligarchie, presque une dictature. Si seulement la classe dirigeante payait 20 % de ses richesses en taxes, le Liban serait prospère. Il ne faut pas baisser les bras. Il aurait fallu qu'il y ait plus de monde aujourd'hui. » Enaam, venue au centre-ville avec son fils journaliste, sa belle-fille et sa petite-fille, reconnaît que « les Libanais sont démobilisés : cela a commencé après les grandes manifestations de 2005, notamment celle du 14 mars, s'est poursuivi avec la guerre de juillet 2006, l'occupation du Hezbollah du centre-ville, a atteint son apogée avec le vide présidentiel et cela continue... »

Hier, les manifestants appartenaient plutôt à la classe moyenne, laquelle a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Pourtant, la foule n'était pas vraiment homogène et cela même si les manifestants – venus en famille ou entre amis – avaient les mêmes revendications, les mêmes problèmes et les mêmes réponses aux questions posées.

(Lire aussi : Nasrallah : "Nous soutenons avec force la grille des salaires")

Debout sur le toit d'une camionnette, un homme arborant un costume de prophète façon Moïse, aux couleurs du drapeau libanais, tient un micro. Il s'agit de Milad Abou Malhab, qui avait un jour manifesté tout nu à Beyrouth. Hier, avec cette tenue biblique libanisée, il avait rassemblé une bonne audience et interpellé les manifestants : « Vous êtes là pour poster vos photos sur Facebook ; écoutez, c'est une chanson de Julia qui parle de révolution. Et pourtant, la chanteuse a épousé un ministre et habite actuellement dans un château. »

La manifestation a mobilisé d'autres personnes assez hautes en couleur : un jeune homme prénommé Hussein arborant le drapeau algérien est venu place Riad el-Solh avec un immense haut-parleur. « Je suis Libanais mais j'adore l'Algérie. D'ailleurs, c'est là-bas que je voudrais vivre », dit-il, résolu, avouant qu'il n'a « jamais mis les pieds en Algérie », mais qu'il a tout appris sur le pays à travers les médias sociaux, se faisant plein d'amis algériens. « Écoutez, j'ai même appris l'accent. Ce que vous écoutez est un chanson de rap algérien que j'ai moi-même composée », raconte-t-il.

Un peu plus loin, une femme âgée, Kheiriyé, est sur une chaise roulante. Elle porte un drapeau libanais. Elle explique : « Je viens à la manifestation pour me changer les idées et ne pas rester cloîtrée entre quatre murs. Ainsi, je regarde les manifestants et je me fais quelques sous (en mendiant)... Mais regardez, je n'ai collecté jusqu'à présent que 1 000 livres. »

La manifestation a mobilisé aussi des partis très peu connus qui aspirent à une place, ne serait-ce que minime, sur la scène publique libanaise, comme le parti « Sept » ou encore « le Liban prometteur », dont le président, Farès Fattouhi, un illustre inconnu travaillant dans les pays arabes, est arrivé au sit-in dans une grosse 4 x 4 aux vitres fumées.

Un autre rassemblement est prévu mercredi midi place Riad el-Solh.


Lire aussi

À quoi sert un peuple, l'édito de Ziyad Makhoul

De Riad el-Solh à Moukhtara, deux faces d'une citoyenneté en gestation

La municipalité de Beyrouth entendra-t-elle les protestations de la société civile ?

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CONFESSIONALISME EST LA BASE DU LIBAN... COMME LE COMMUNAUTARISME ETAIT LA BASE DE LA SUISSE... TROUVEZ LE MOYEN DE DEVENIR UNE SUISSE DU M.O. EST LE MOT D,ORDRE.... TOUTE AUTRE INTENTION OU PERSPECTIVE EST VOUEE A L,ECHEC !

Saliba Nouhad

Les gens s'imaginent que cette tapée d'ignares que sont nos députés "cogitent" ou "pensent" ou "discutent" de la meilleure façon de gérer et financer l'état!
On leur fait trop d'honneur: ils s'en foutent carrément du petit peuple tant que leurs petites manigances persistent, leurs comptes en banque bien fournis, n'ont de compte à rendre à personne... Des gens dans la rue, c'est folklorique, mais dans une semaine tout serait oublié...
En résumé, 3 adages résument bien la situation pour ces Messieurs:
"La bave du crapaud n'atteint point la blanche colombe" ou
"Le chien aboit, et la caravane passe" ou
"Après la passage de mon âne, que rien ne pousse (Libanais)"
Et vive le Liban, ou plutôt ceux qui ont le courage d'y rester et de rêver: au moins ceci ne coûte rien!

Bery tus

Tant qu'il y aura au moyen orient des pays limitrophe confessionnel de la syrie à Israël et à n'importe quel pays arabes CONFESSIONNEL ou RELIGIEUX alors le Liban doit rester absolument CONFESSIONNEL !!!

Bouez Chahine

Pour être bref, tant que les principaux corrompus devenus multimillionnaires, siègent confortablement dans le gouvernement au lieu d'être en prison et leurs nouvelles fortunes ne sont pas confisquées, la corruption et les vols dureront. Rien ne sert de manifester, l'opinion publique n'est et n'a jamais été respecté au Liban. C'est cela la vérité.

Mounir Doumani

Les taxes et impôts ne sont pas la cause tout comme les poubelles n’était pas la cause en 2015. Ce sont les manifestations de l'écroulement du pouvoir confessionnel.

Au premier ministre nous disons : nous n'avons aucune demande à vous adresser. Vous connaissez les besoins du peuple mieux que quiconque.

Nous ne nous assoirons qu'a une seule table : celle des négociations qui définiront la forme du nouveau pouvoir qui nous mènera vers un état laïque, démocratique, juste et fort.

La crise monétaire est un épouvantail du pouvoir. La plupart de notre dette et détenue par des banques Libanaises qui ont une relation symbiotique avec ce pouvoir. Il n’y aura de crise que s’il y a une décision politique dans ce sens.

Antoine Sabbagha

La manifestation d'hier a été surtout remarquable par la présence féminine plus émancipée que celle des Hommes. On sent naitre une nouvelle génération sang jeune anti tribale moderne ayant des objectifs clairs sans se retourner ni aux traditions et ni à la religion voulant vivre honnêtement pour finir de ce lourd trafic d’influence . Bravo.

yves kerlidou

Oui les Libanais ne payent pas beaucoup d'impôts! Mais pourquoi payeraient ils plus si ils ne sont pas utilisés pour la nation et pour leur bien être?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE PROFONDEMENT... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON OUBLIE L,ESSENTIEL : LA DETTE SOUVERAINE ! ET ON COURT A PAS DE GEANT SUR LA VOIE DE LA GRECE... OU LES REDUCTIONS DES SALAIRES ONT ATTEINT JUSQU,A 60PCT ET LA CHERETE DE LA VIE A GRIMPE ET CONTINUE DE LE FAIRE TOUS LES JOURS ET TOUT FERME... AVEC 75 MILLIARDS DE DOLLARS DE DETTES POUR UN PETIT PAYS COMME LE LIBAN LE COUTEAU DEVRAIT ENTRER PROFONDEMENTS DANS LES PLAIES RESPONSABLES ET LES NETTOYER UNE FOIS POUR TOUTE... PLUS DE MOUTONS DOIT ETRE LE MOT D,ORDRE !

Bery tus

pq l'etre humain est ingrat et pense que l'herbe est plus verte de l'autre cote !?!?

venez payer entre 41/57% de votre salaire retenue a la source et après un autre 15/22% en TVA

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Transition en douceur à Riyad, pas d’impact prévu au Liban

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

RIP, internet !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.