L’édito de Ziyad MAKHOUL

À quoi sert un peuple

L’édito
20/03/2017

Pourquoi toutes ces tribus n'arrivent-elles pas à se fédérer en peuple, alors que l'immense majorité de leurs membres souffrent profondément de la même absence, criante, de droits élémentaires (sécurité constamment menacée par les milices et les réfugiés armés, école publique, santé publique, services publics dans leur totalité...) ? Pourquoi toutes ces tribus acceptent-elles, à chaque fois, d'être empêchées, bloquées, littéralement stérilisées ? Pourquoi, également, échouent-elles aussi régulièrement à remplir leur devoir : élire les bonnes personnes et, surtout, exiger des comptes de leurs élus pour, éventuellement, les sanctionner ? Pourquoi la fameuse résilience des membres de ces tribus a-t-elle fini par devenir de la résignation pure ? Sont-elles irrémédiablement maudites, ces tribus, par l'histoire, la géographie, l'ADN ? Le système ? Ou sont-elles juste infiniment incompétentes ?

Il est sans doute temps que nous Libanais comprenions que nous ne sommes pas un peuple. Mais juste une multiplication de tribus, même pas structurées; des conglomérats cimentés par, au choix, l'appartenance à une même confession (ou secte) religieuse, le niveau social, la culture, le mode de (sur)vie, l'adoration d'un zaïm, le lieu d'habitation, ou encore la conviction d'être au cœur d'une minorité (communautaire, identitaire, sexuelle ou sociétale) constamment au front. Des tribus plus ou moins imposantes en nombre et dont les membres virevoltent souvent entre l'une, l'autre ou la troisième ; des tribus partageant, certes, un même drapeau, un même passeport et une même langue maternelle, mais foncièrement incapables de regarder dans la même direction, sans que l'on ne sache vraiment si elles ne le veulent pas ou si elles ne le peuvent pas. Sauf par deux fois dans leur histoire contemporaine : en 1943, pour l'indépendance du Liban, et en 2005, après l'assassinat de Rafic Hariri. Et encore...

Avant-hier le prix du pain, hier les déchets, aujourd'hui les impôts destinés à financer une grille des salaires sclérosée et criminelle : quand ces tribus investissent la rue, cela finit immanquablement dans l'impasse. Parce qu'à chaque fois, l'essentiel de ces tribus n'est pas là. Parce qu'à chaque fois, ce système que nous avons nous-mêmes créé, ces mentalités que décennie après décennie nous acceptons d'ancrer et cette oligarchie corrompue jusqu'à l'os que nous confondons toujours avec démocratie (consensuelle) restent les plus forts. Et gagneront. Jusqu'à ce que ces tribus finissent par : totalement baisser les bras ; disparaître, englouties par un ou plusieurs vampires régionaux ; ou se suicider pour ressusciter en une seule, une tribu-peuple, née de la fusion des noyaux silencieux, mais véritablement résilients, de chaque tribu. C'est là et uniquement là que cette tribu-mère pourra accomplir tout ce dont rêvent ses filles et ses fils ; là et uniquement là qu'elle sera simplement sublime.

On ne naît pas peuple. On le devient.

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Nader Marc

Finalement le Liban ne "sera" qu'une fois devenu laïque avec séparation totale du religieux et du politique. 70 ans et nous ne l'avons tjrs pas appris ... bien qu'il saute aux yeux de voir où on en est arrivé. Triste !

Lebreton Alain

Lorsque le Liban aura un vrai Code Civil, un Code qui ne sera pas étouffé par les dictats des communautés religieuses ou des divers zaïms, un Code qui énoncera noir sur blanc ce que sont les droits et les devoirs de chaque libanais indépendamment de sa religion, ascendance, descendance, culture ou origine ethnique ou géographique, lorsque le libanais acceptera que tout ce qui existe en dehors de ce Code est soit du folklore, soit du luxe, soit clairement contre la Loi, alors et seulement alors on pourra parler de citoyenneté libanaise. Ce jour-là, le citoyen de ce pays sera simplement appelé « libanais » et non « chrétien-libanais », « musulman-libanais » ou peut-être même « esclave-libanais » car il aura (re) trouvé sa vraie liberté… Dream on !

De freige Nabil

Il ne faut pas mettre tous les libanais dans un même sac mais malheureusement ce qu'écrit Ziad est vrai.

Soeur Yvette

Que Dieu ait pitie du Liban....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NAIT PEUPLE... MAIS ON PEUT DEVENIR MOUTON... ET LES MOUTONS NE FONT PAS DES NATIONS !!!

Bery tus

non cette fois ci permettez moi de ne pas etre d'accords on nait peuple mais on ne nait pas NATION

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.