À La Une

Washington reconnaît une frappe en Syrie, mais pas contre une mosquée

conflit

La plupart des 46 victimes du raid de jeudi soir dans le village d'al-Jineh, dans la province d'Alep, sont des civils, selon l'OSDH.

OLJ/AFP
17/03/2017

Les Etats-Unis ont reconnu avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie contre el-Qaëda, mais ont nié vendredi, photo à l'appui, avoir bombardé une mosquée où au moins 46 personnes ont péri.
La plupart des victimes du raid de jeudi soir dans le village d'al-Jineh, dans la province d'Alep, sont des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

D'après l'OSDH, ce village est entièrement contrôlé par des groupes rebelles et non par des jihadistes qui se trouvent ailleurs dans cette province et celle voisine d'Idleb (nord-ouest).

La coalition internationale sous commandement américain mène des frappes aériennes contre des groupes jihadistes en Syrie et en Irak depuis 2014 qui, selon elle, ont provoqué involontairement la mort de centaines de civils.
"Nous n'avons pas visé une mosquée, mais le bâtiment que nous avons ciblé, là où avait lieu le rassemblement d'el-Qaëda, se trouve à environ 15 mètres d'une mosquée qui est toujours debout", avait plaidé jeudi soir le colonel John J. Thomas, porte-parole du Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient.

Le Centcom a confirmé qu'il s'agissait bien du même raid rapporté sur le village d'al-Jineh, à 30 km à l'ouest de la ville d'Alep.
Vendredi, le porte-parole du Pentagone Jeff Davis a montré une photo aérienne de la mosquée en question, toujours debout à côté d'un bâtiment très endommagé par un bombardement américain.
"La mosquée est toujours debout, relativement intacte", a souligné M. Davis en commentant la photo devant la presse, affirmant qu'il n'y avait "pas d'informations crédibles" sur des victimes civiles liées à cette frappe aérienne.
"Nous avons frappé une réunion de hauts responsables terroristes d'el-Qaëda, dont certains étaient probablement des cibles de grande valeur", a repris M. Davis, selon qui le Pentagone surveillait le bâtiment depuis quelque temps. "Nous savons qu'il était utilisé par el-Qaëda", a-t-il dit. "Nous avons frappé la cible que nous voulions" frapper.

 

 

"J'ai vu 15 cadavres"
Le porte-parole du Pentagone n'a pas répondu aux journalistes qui lui demandaient s'il n'était pas possible que le bâtiment frappé ait pu être une extension de la mosquée.

Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, une centaine de personnes ont également été blessées dans ce bombardement.
Par peur de nouvelles frappes, la prière du vendredi a été annulée dans plusieurs localités et villages de la province d'Alep.
Le correspondant de l'AFP sur place a vu des habitants et des Casques blancs, ces secouristes des zones rebelles de Syrie, fouillant les décombres à l'aide de torches et de pelles.
D'autres tentaient de dégager à mains nues les débris, à la recherche d'éventuels survivants.

Une partie du bâtiment religieux a été entièrement détruite, avec à proximité des voitures carbonisées.
"Nous avons entendu des explosions quand la mosquée a été frappée. C'était juste après la prière, à un moment où en général il y a des cours de religion pour les hommes", a témoigné Abou Mohammad, un habitant.
"Quand je suis arrivé, j'ai vu 15 cadavres, et beaucoup de morceaux de corps au milieu des débris. Certains corps n'étaient même pas reconnaissables", a-t-il dit à l'AFP.

 

(Lire aussi : La guerre en Syrie entre dans sa septième année avec un double attentat à Damas)

 

"Crime de guerre"
Ahrar el-Cham, un des influents mouvements rebelles islamistes dans le nord syrien, a condamné l'attaque, affirmant que "cibler des mosquées était un crime de guerre (...) d'autant plus qu'elle était pleine de fidèles".

Un cessez-le-feu parrainé par la Russie, alliée du régime syrien, et la Turquie, soutien des rebelles, est certes entré en vigueur en décembre 2016, mais les violences ont continué dans le pays.

En Syrie, le ciel est encombré par les avions du régime syrien, ceux de la Russie, ceux de la Turquie et ceux de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

La coalition internationale concentre habituellement ses frappes sur les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et ceux de Fateh el-Cham, l'ex-branche syrienne d'el-Qaëda, qui occupent des régions en Syrie.
Déclenché par la répression de manifestations pro-démocratie, ce conflit est devenu très complexe avec la montée en puissance de groupes jihadistes, l'implication de forces régionales et de puissances internationales, sur un territoire très morcelé.
En six ans, la guerre en Syrie a déjà fait plus de 320.000 morts.

 

Lire aussi

Guerre en Syrie An VI : que reste-t-il de l’État syrien ?

Les Casques blancs se disent prêts à participer à la reconstruction du pays

L'échec des négociations, encore et toujours...

« En Syrie aujourd'hui, tout est détruit, même les gens »

Six ans après, Alep veut croire à la fin de la guerre en Syrie

Syrie : six ans de conflit en dix grandes étapes

La Syrie toute entière est une "chambre de torture", s'alarme l'Onu

En Syrie, les violences contre les enfants "à leur pire" niveau en 2016

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Confusion et redistribution des cartes avant le 15 mai

CITOYEN GROGNON de Anne-Marie El-HAGE

Y a pas de quoi pavoiser !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.