X

À La Une

Syrie : six ans de conflit en dix grandes étapes

Chronologie

Depuis 2011, la guerre a fait plus de 321.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

OLJ/AFP
13/03/2017

De la répression sanglante de manifestations prodémocratie à l'implication des jihadistes et l'intervention des puissances régionales et internationales, rappel des dix grandes étapes du conflit en Syrie. En six ans, la guerre a fait plus de 321.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

Révolte et répression
Le 15 mars 2011, dans le sillage du Printemps arabe, un mouvement de protestation éclate en Syrie, pays gouverné d'une main de fer depuis 40 ans par la famille Assad. Bachar, le fils, a succédé en 2000 à son père Hafez.

A la suite d'un appel pour "une Syrie sans tyrannie", de petites manifestations ont lieu à Damas avant d'être violemment dispersées. Mais c'est à Deraa (sud) que le mouvement prend rapidement de l'ampleur avec au moins 100 morts dans la répression de manifestations (témoins et militants) déclenchées après l'arrestation et la torture d'élèves soupçonnés d'avoir écrit des slogans antirégime sur les murs.

En avril, la contestation s'élargit puis se radicalise, avec des appels à la chute du régime.

En juillet, un colonel réfugié en Turquie annonce la création de l'Armée syrienne libre (ASL), composée de civils ayant pris les armes et de déserteurs. Des groupes à tendance islamiste se joignent à la rébellion.

 

 

L'aviation, atout du régime
Le 1er mars 2012 à Homs (centre), l'armée reprend le contrôle du quartier rebelle de Baba Amr après un mois de siège. Plusieurs opérations sanglantes avaient été menées, notamment à Hama (centre), après d'immenses manifestations contre le régime.

Le 17 juillet 2012, l'ASL lance la bataille de Damas. Le gouvernement garde le contrôle de la capitale, mais des zones de sa banlieue passent sous contrôle rebelle.

A partir de 2013, des hélicoptères et des avions du régime larguent régulièrement des barils d'explosifs sur les secteurs rebelles dans le pays.

Le Hezbollah entre en jeu
Dès avril 2013, Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, allié de l'Iran, reconnaît l'engagement de ses combattants aux côtés du régime. L'Iran chiite est le principal allié régional du régime d'Assad.

Armes chimiques
Le 21 août 2013, une attaque au gaz sarin sur deux bastions de la rébellion de la périphérie de Damas fait des centaines de morts.

Les Etats-Unis, qui évoquent un chiffre d'au moins 1.429 morts, dont 426 enfants, accusent Damas. Des frappes américaines contre le régime sont cependant évitées in extremis grâce à un accord avec la Russie, soutien d'Assad, sur la destruction de l'arsenal chimique syrien.

 

 

Montée des jihadistes
En 2014, le groupe Etat islamique (EI) s'empare de vastes régions dans le Nord, éclipsant la rébellion. Raqqa devient sa place forte.

Dès 2013, des jihadistes, notamment du Front al-Nosra (qui sera rebaptisé Fateh al-Cham), avaient renforcé leur assise dans le Nord.

Frappes internationales
En septembre 2014, Barack Obama met en place une coalition internationale anti-EI.

Les Kurdes de Syrie, qui avaient dès 2013 établi une administration autonome dans des zones du Nord, vont prendre avec l'appui des raids de la coalition des régions clés à l'EI, dont Kobané, en 2015.

Moscou au secours d'Assad
Le 30 septembre 2015, la Russie entame une campagne de frappes aériennes, affirmant viser des groupes "terroristes", dont l'EI. Mais les rebelles et les Occidentaux accusent Moscou de viser surtout des groupes rebelles modérés.

Ces frappes aident le régime, alors en très grande difficulté, à reprendre du terrain.

 

(Lire aussi : Moscou dans le costume américain en Syrie)

 

Intervention turque
Le 24 août 2016, la Turquie, qui soutient la rébellion, lance une opération de l'autre côté de sa frontière pour chasser l'EI, mais aussi les milices kurdes.

Reprise d'Alep
Le 22 décembre 2016, après un siège asphyxiant des quartiers rebelles d'Alep et une offensive dévastatrice, le régime reprend le contrôle total de la deuxième ville du pays. Des milliers de rebelles et de civils sont évacués en vertu d'un accord parrainé par l'Iran, la Russie et la Turquie.

Le 30 décembre, un cessez-le-feu entre en vigueur, en vertu d'un accord russo-turc, sans les Etats-Unis.

L'EI sous pression
Raqqa, principal fief de l'EI en Syrie, est visé depuis début novembre par une offensive d'une alliance arabo-kurde soutenue par Washington, les Forces démocratiques syriennes (FDS).

La Turquie, hostile aux kurdes, s'oppose à ce que la reprise de Raqqa soit confiée aux FDS.

Le régime syrien a également annoncé que la prise Raqqa était sa priorité.

 

 

Lire aussi

Fateh al-Cham revendique le double attentat de Damas

Quand Mohammad écoute « Hekaya » dans sa chambre dévastée à Alep-Est

Damas demande à l’ONU de forcer la Turquie à se retirer de Syrie

Va-t-on vers un changement de stratégie US en Syrie ?

Netanyahu à Poutine : Pas de paix en Syrie tant que l’Iran y sera présent

Ankara, Washington et Moscou cherchent une meilleure coordination sur la Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE ET LA PREPARATION ETC... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES GRANDS JOUEURS DE TOUTE CETTE PARTIE SONT LES AMERICAINS DONT L,ENTENDEMENT, DIT LA CONNIVENCE, AVEC LA RUSSIE EST CLAIR JUSQU,AUJOURD,HUI... LES TROUPES SPECIALES SUR LE SOL SYRIEN ET LA PRAPARATION DE CHASSER L,E.I. DE RAQQA EN EST LE GRAND EXEMPLE !

M.V.

L'AFP avec l'inénarrable Rami de l'OSDH ... après 6 ans de désinfo professionnelle continue ...espèrent 'ils encore.... que l'on croit leur statistiques orientées sauce enfumage...?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants