X

Liban

Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient

L’éclairage
04/02/2017

L'entrée en fonctions du président américain Donald Trump a eu l'effet d'un séisme aussi bien au niveau américain qu'international, compte tenu des changements que le nouveau président a introduits au sein de son administration et des décisions qu'il a prises.

Donald Trump, qui s'est entouré, comme on le sait, de personnalités ultraconservatrices, « censées rendre sa grandeur à l'Amérique », compte nommer, dans un certain nombre de pays, des ambassadeurs capables de faire la promotion de sa politique, après en avoir écarté ceux qui la contestaient. Un des volets de cette politique concerne directement le Moyen-Orient, notamment la Syrie et l'Irak, et il est suivi non sans inquiétude par l'axe de la moumanaa dont font partie le Hezbollah et l'Iran, ce dernier pays se trouvant dans la ligne de mire du président américain.

Si très peu d'informations filtrent sur ce qui se passe réellement en Syrie et si la Russie s'efforce en coopération avec la Turquie et l'Iran d'appliquer les résolutions d'Astana, la situation pourrait rapidement évoluer dans la région, selon des milieux politiques et diplomatiques, puisque le président américain semble pressé de régler le dossier syrien, dans le cadre de la politique qu'il suit pour combattre le terrorisme. Sauf que cette politique et la solution qui en découlera peuvent ne pas être dans l'intérêt de l'axe de la moumanaa. C'est ce qui fait dire à des personnalités du 14 Mars qu'après l'élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, le Hezbollah s'est empressé de débloquer la présidentielle et a facilité la tâche à Saad Hariri pour que le gouvernement puisse être formé avant l'entrée en fonctions du président américain, ce qui permettra à la formation de Hassan Nasrallah de se consacrer au dossier régional.

Selon un ancien ministre, il n'est pas exclu que le Hezbollah commence progressivement à se retirer de Syrie, étant donné la marginalisation de l'Iran, à la faveur du sommet d'Astana. Il n'est pas exclu non plus que le parti chiite adopte une politique dure au double plan intérieur et extérieur dans la foulée des changements intervenus sur la scène régionale, surtout si Donald Trump impose des sanctions à l'Iran. Le Hezbollah essaie de se servir de dossiers locaux, tels que les législatives, pour exercer des pressions sur l'Occident et améliorer de la sorte les conditions de négociations de Téhéran. Un ancien ministre exclut ainsi que le parti fasse des concessions dans le cadre des tractations pour l'élaboration d'une nouvelle loi électorale, face à la nouvelle force que représente le trio FL-CPL-courant du Futur. Les forces qui gravitent dans l'orbite de la moumanaa voient d'ailleurs d'un mauvais œil cette alliance tripartite et pourraient, selon cet ancien ministre, faire ressusciter le courant sunnite qui lui est favorable et former une alliance avec les Marada et des chrétiens indépendants, pour constituer un front politique influent face au régime.

Elles s'inquiètent encore plus du rapprochement saoudo-américain. Il faut rappeler dans ce contexte que la situation dans la région doit figurer au menu de la réunion que M. Trump doit tenir avec son homologue russe, Vladimir Poutine, après la nomination d'un ami de ce dernier, Rex Tillerson, au poste de secrétaire d'État. Sauf que, avant que cette réunion ne se tienne, Donald Trump a tenu à dépêcher un émissaire en Arabie saoudite dans le cadre d'une mission dont l'objectif principal est d'expliquer aux autorités saoudiennes ses décisions, notamment sa signature d'un décret interdisant temporairement l'entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays à majorité musulmane, et de discuter avec elles des moyens de dynamiser la coopération saoudo-américaine dans la perspective d'une association future pour un règlement des crises dans la région.

Selon des proches du président américain, ce dernier considère le dossier syrien comme étant prioritaire et souhaite discuter avec Moscou et Riyad des moyens d'établir une paix durable en Syrie. C'est ce qui explique, entre autres, la décision de l'ONU d'ajourner la réunion de Genève sur la Syrie, qui était prévue mercredi prochain. Celle-ci a été reportée, sous l'impulsion de la Russie, au 20 février afin de garantir sa réussite, indique-t-on de mêmes sources. Entre-temps, Moscou s'emploie sur le terrain à consolider le cessez-le-feu, en coopération avec l'Iran et la Turquie.

Dans les milieux politiques occidentaux, on révèle que la police russe a intensifié sa présence dans les rues de Damas et d'Alep pour garantir le respect du cessez-le-feu. Selon un expert militaire, la donne a changé après le sommet d'Astana de janvier dernier. Désormais, c'est la Russie, seule, qui négocie pour la Syrie. Des combattants du Hezbollah seraient rentrés au Liban dans le cadre d'une politique visant à réduire la présence de la formation chiite dans le pays voisin, en prévision de la formation d'une force régionalo-internationale pour superviser l'application du cessez-le-feu avant la reprise des négociations politiques pour un règlement de la crise, parallèlement à des mesures internationales, parrainées par les États-Unis, pour mettre fin au groupe État islamique.


Lire aussi

Washington sanctionne Téhéran, mais épargne l'accord sur le nucléaire

Le besoin d'ouverture, une exigence commune chez les FL et le Hezbollah

Le Liban, pays pivot d'une stabilité régionale nouvelle ?

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,AVAIS DIT QU,A PARTIR DE FEVRIER/MARS/AVRIL QUELLE QUE SOIT L,ADMINISTRATION AMERICAINE, MAIS SURTOUT TRUMP, QU,IL ALLAIT TRUMPONNER LES PRETENDUS MOUMANA3ISTES ET LES FAIRE SOUFFRIR ATROCEMENT. VOILA QU,IL RECLAME LE DEPART DE L,IRAN ET DE SES ACCESSOIRES DE SYRIE... VOILA QU,IL IMPOSE DE NOUVELLES SANCTIONS SUR L,IRAN... CA VA BARDER TRES PROCHAINEMENT !!! HAHAHA...

Bery tus

voila qlq un qui a compris ce que je disais il y a longtemps !! les russes et les usa savent tres bien qu'ils sont de connivence et partage des intérêts mutuels tous les proxi vont tomber bientôt

Hallak Andre

Le Régime des mollah peine à museler les diverses déclarations des généraux du corps des gardiens de la révolution. Ainsi leur numéro 2 Hossein Salami, a affirmé que la récente mise en garde de Donald Trump , était plus incitative que dissuasive et l 'encourageait même à accentuer sa course à l'armement.

Ces généraux persuadés d'un soutiens d'origine divine, ont toujours vécu au dessus des lois, en marge de considérations technocratiques , loin des intérêt du peuple et, n'obéissant qu'au seul guide suprême Ali Khamenei.

A l'opposé

Mohammad Javad Zarif, ministre des affaires étrangères a assuré que son pays ne "déclencherait jamais une guerre"

Le premier vice-président iranien, Eshagh Jahangiri, quand à lui a réclamé le respect afin de relancer la négociations et le dialogue.

De nombreuses sources iraniennes sont venues rappeler les intérêts américains notamment l'achat récent de 80 avions de ligne Boeing et les possibles partenariats dans l'exploitation d'hydrocarbures.

Plus grave encore est la supplique envers le maitre du Kremlin qui a imposé de figer provisoirement les mouvement de troupes dans l'ensemble des théâtres d'opération.

Car, Donald Trump et Vladimir poutine ont décidé d'aplanir leurs différents et bâtir une alliance durable qui préfigure un Yalta du moyen orient.

les récentes concertations avec Netanyahou et Salman sont les préambules d'un ordre nouveau ou les réfractaires auront du mal à défier à la fois l'ours et l'aigle.

Jaber Kamel

Encore une fois on tue le hezb résistant, on ne veut pas se rendre à l'évidence que ce parti de la résistance depuis 82, 2000, 2006, 2016 jusqu'à nos jours a été celui qui a empêché les complots occidentaux alliés aux wahabites de s'appliquer en syrie , au Liban, au Yémen et ailleurs en Irak.

Ecoutez les amis, le plus simple à faire pour enfin comprendre ce qui se passe et ce à qui se passera dans le futur , il faudra se rendre à l'évidence que RIEN NE POURRA SE FAIRE SANS CET AXE FORME PAR LA RUSSIE L'IRAN LA SYRIE L'IRAK ET LE HEZB RÉSISTANT.

LA CHINE ATTEND SON HEURE .
KISS ME GOOD NIGHT BABY .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Transition en douceur à Riyad, pas d’impact prévu au Liban

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

RIP, internet !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.