Moyen Orient et Monde

Les violences contre les enfants « à leur pire » niveau en 2016, dénonce l’Unicef

OLJ
14/03/2017

Les violences à l'encontre des enfants ont été « à leur pire » niveau en 2016 en Syrie, où la guerre entre dans sa septième année, a indiqué hier le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). « Les cas vérifiés de meurtres, de mutilations et de recrutements d'enfants ont augmenté significativement » au cours de cette même année, écrit l'Unicef dans un communiqué. Selon l'Unicef, au moins 652 enfants ont été tués (+20 % par rapport à 2015). En outre, plus de 850 enfants ont été recrutés pour combattre dans le conflit, soit plus du double du nombre enregistré en 2015. Après six ans de conflit, « près de 6 millions d'enfants dépendent maintenant de l'assistance humanitaire » et « plus de 2,3 millions sont actuellement réfugiés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Égypte et en Irak », écrit l'Unicef. Selon l'instance onusienne, 280 000 enfants vivent dans les secteurs assiégés, sans accès à de la nourriture ou des médicaments.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Apprendre à vivre sans les Américains

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants