X

À La Une

L'EI oblige les habitants de Raqqa à s'habiller comme les jihadistes

syrie

L'idée est de "tenter de rendre plus difficile la distinction entre civils et jihadistes", selon un militant.

OLJ/AFP
06/03/2017

Le groupe Etat islamique (EI) oblige désormais les hommes de Raqqa, son fief en Syrie, à porter la même tenue que ses combattants pour les aider à se fondre dans la population, a indiqué lundi un militant.

"Depuis plus de deux semaines, le vêtement à l'afghane (ndlr: une grande chemise descendant aux genoux et un pantalon en tissu léger) a été imposé par Daech", a indiqué à l'AFP Abou Mohamed, du groupe "Raqqa est massacrée en silence" (RBSS), en utilisant l'acronyme arabe de l'EI.
"Quiconque n'obéit pas encourt une peine de prison et une amende", a-t-il ajouté.

Cette interdiction intervient alors qu'une coalition de combattants kurdes et arabes, les Forces démocratiques syriennes (FDS), s'approche de Raqqa avec le soutien de frappes aériennes de la coalition internationale antijihadistes menée par Washington.
L'idée est de "tenter de rendre plus difficile pour les avions (de la coalition) et les forces kurdes la distinction entre civils et jihadistes", selon le militant.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a également fait part de ce nouveau code vestimentaire. "L'EI a imposé le vêtement à l'afghane aux habitants de Raqqa pour que les informateurs qui donnent des coordonnées à la coalition (pour bombarder) ne soient plus à même de faire la différence entre civils et combattants", a expliqué son directeur Rami Abdel Rahmane.

Selon Abou Mohamed, qui reçoit des informations en provenance de Raqqa, la ville est "en état d'alerte" et de nouveaux points de contrôle y ont été établis par l'EI. "Les prix s'envolent et il n'y a plus d’électricité ni d'eau" courante, a-t-il dit.
Selon l'OSDH, les FDS ne sont plus qu'à 8 kilomètres au nord-est de Raqqa.

Par ailleurs, des civils et des familles de combattants de l'EI tentent depuis quelques jours de fuir l'est de la province d'Alep, où le groupe jihadiste recule face aux forces prorégime d'un côté et aux FDS de l'autre, vers la province limitrophe de Raqqa, d'après l'Observatoire.
"Des milliers de familles ont tenté d'atteindre les limites administratives de la province de Raqqa ces derniers jours, comme environ 120 familles de combattants et commandants de l'EI", a expliqué Rami Abdel Rahmane. Selon lui, l'EI a interdit à ces gens d'entrer, à l'exception des familles de ses combattants, autorisées à se rendre dans la ville de Raqqa.

 

Lire aussi
Pour Assad, "Raqqa n'est qu'un symbole de Daech"

Quand les femmes défient l'État islamique et les traditions

Frappe de nuit sur Raqqa

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES TARES CRIMINELS !

PAUL TRONC

En même temps ils se battent pour qu'en europe on ne puisse pas obliger les femmes arabes à s'habiller à l'occidentale .
dans le fond ils peuvent se le permettre ils sont pistonnés en haut lieu démocratique du désert wahabite démocratique .

Antoine Sabbagha

De vrais fous criminels ,pauvres pays arabes .

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants