Rechercher
Rechercher

Commissions parlementaires

Liban : vers la fixation d’un âge minimal pour le mariage ?

La commission parlementaire de la Femme et de l’Enfant réunie sous la présidence de Gilberte Zouein.

Le mariage des mineures, fléau qui existe toujours au Liban en 2017, est dans le collimateur de la commission parlementaire de la Femme et de l'Enfant. Hier, cette commission a tenu une réunion consacrée à une proposition de loi sur l'introduction d'un âge minimum pour le mariage, sous la présidence de la députée Gilberte Zouein. La séance a eu lieu en présence du ministre d'État aux Droits de la femme, Jean Oghassabian, et des députés Nabil Nicolas, Kassem Hachem, Bilal Farhat, Chant Chinchinian, Ali Osseirane, Hikmat Dib, Marwan Farès, Michel Moussa et Ziad Kadri.

Les participants ont décidé de la création d'une sous-commission formée de MM. Oghassabian, Farhat et Hachem, qu'ils ont chargés d'entreprendre des contacts avec les autorités islamiques compétentes en vue de faire passer les termes d'une législation dans le respect de la charia.

La commission de la Femme et de l'Enfant entend en outre poursuivre, en coordination avec le ministère de la Justice et les associations civiles, la question de l'abrogation de l'article 522 du code pénal, qui exempte de toute condamnation un violeur épousant sa victime. L'abrogation, proposée par la commission parlementaire de l'Administration et de la Justice, attend d'être votée en séance plénière de la Chambre.
Rappelons que la mouture adoptée par cette commission présidée par le député Robert Ghanem maintient pourtant les effets de l'article 522 dans le cas d'une relation sexuelle consommée avec une mineure de 15 à 18 ans qui l'a « consentie » et qui accepte de se marier.

 

(Pour mémoire : Projet d'abrogation de l'article 522 : réactions mitigées de la société civile)

 

Dans un entretien avec L'Orient-Le Jour, Mme Zouein affirme que la proposition de loi examinée hier en commission porte sur la majoration de l'âge auquel une mineure peut contracter un mariage. Soulignant que « dans certaines communautés, il n'existe pas de référence sur une limite d'âge inférieure pour le mariage des filles », elle indique que « la commission cherche à faire adopter une loi qui fixe un âge minimum pour se marier ».
Mme Zouein rappelle que le texte examiné avait été présenté par le député Ghassan Moukheiber en coordination avec la Commission nationale de la femme, indiquant que nombre de réunions ont été organisées avec des ONG pour tenter de trouver une solution qui abolirait la pratique des mariages d'enfants.
La députée indique que le ministre d'État aux Droits de la femme se rendra avec deux membres de la commission parlementaire de la Femme et de l'Enfant auprès des différentes autorités religieuses « dans une tentative de faire admettre l'idée que le mariage d'une fille ne peut se contracter qu'après un âge donné, 15 ans au minimum ».

Pour Mme Zouein, « tout comme la proposition de loi concernant l'âge minimum (15 ans) auquel les relations sexuelles peuvent être considérées comme consenties, une loi doit être adoptée pour fixer ce même âge comme seuil minimal pour pouvoir se marier ».
Enfin, la présidente de la commission de la Femme et de l'Enfant fait part à L'OLJ de son souci de parvenir à une formule qui soit en harmonie avec les conventions internationales, notamment la Cedaw (Convention sur l'élimination de toute forme de discrimination à l'égard des femmes),
que le Liban a signée et qui impose de fixer un âge minimal pour le mariage.

 

Pour mémoire

Massoud Achkar : L'abrogation de l'article 522 est une « victoire » pour le Liban

Après ses propos controversés sur le viol, le député Marouni s'explique

 

Lire aussi

#undress522 : la claque

Des mariées ensanglantées devant le Parlement pour l'abrogation de l'article 522 du code pénal


Le mariage des mineures, fléau qui existe toujours au Liban en 2017, est dans le collimateur de la commission parlementaire de la Femme et de l'Enfant. Hier, cette commission a tenu une réunion consacrée à une proposition de loi sur l'introduction d'un âge minimum pour le mariage, sous la présidence de la députée Gilberte Zouein. La séance a eu lieu en présence du ministre d'État...

commentaires (10)

comme si une fille de 15 ans à envie de se marier le plus souvent avec un vieux crouton

Talaat Dominique

19 h 20, le 24 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • comme si une fille de 15 ans à envie de se marier le plus souvent avec un vieux crouton

    Talaat Dominique

    19 h 20, le 24 février 2017

  • On ne comprendra vraiment jamais pourquoi une ou un responsable de n'importe quel ministère, commission de ceci ou de cela, nomme...une autre commission pour étudier le dossier...quand il s'agit de prendre des décisions importantes ? De cette façon, jusqu'a ce que tout le monde ait donné son avis, le temps passe...passe, et à la fin le dossier ira dormir avec tous les autres dans de beaux tiroirs ! Est-on responsable ou pas ? On sait trop bien que les "autorités religieuses" de tous bords n'accepteront jamais de règler ce problème des mariages précoces, pour mille raisons qui n'ont rien à voir avec la religion, malheureusement ! Pauvre Liban...et pauvres gamines de moins de 15 ans... Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 17, le 24 février 2017

  • L'âge minimun devrait être 18 ans, celui de la majorité, en vertu duquel on devient responsable (du moins juridiquement) de soi, de ses faits et gestes. Avant, le "consentement" de la fille ne devrait pas être pris en considération, puisqu'on ne peut être sûr que le mariage convient à la fille et pas seulement aux parents...

    NAUFAL SORAYA

    14 h 57, le 24 février 2017

  • Juste pour rigoler un peu, Hugh Hefner âgé de 87 ans est marié aune femme de l'âge de 27 ans. Berlusconi 77 ans une femme de 27 ans. Digvijay Singh 67 ans et une femme de 31. Moralité : si vous n'avez toujours pas de girlfriend c'est que probablement elle n'est pas encore née.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 26, le 24 février 2017

  • En plus, chîîî tïîîîléktîîîr ; vraiment !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    13 h 15, le 24 février 2017

  • En SUS, on "parle"-là de.... QUINZE ans pour.... ces GAMINES ! Uuuuuuuuuuuft !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    13 h 11, le 24 février 2017

  • Le simple bon sens , devrait fixer un âge minimal pour les filles ,sous réserve que' elles consentent librement de se marier ... et fixer de par la loi , un écart d'âge minimal entre l'âge de la jeune fille et celui du prétendant ...! ,il serait ridicule de fixer le minimal fille à 18 ans et rien pour le prétendant de 90 ans ..!

    M.V.

    13 h 00, le 24 février 2017

  • MIN AL NOUFOUSS KABLAL NOUSSOUS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 54, le 24 février 2017

  • "L’(intellectuelle) Riche késsérwénéééze indique que la (fabuleuse) commission se rendra auprès des différentes autorités(!) religieuses dans une tentatiiive, yîîîh, de faire admettre l'idée que le mariage d'une fille ne peut se contracter qu'après un âge donné, 15 ans(!) au minimum ; yâââï ! Pour (l'intellectuelle) Riche, mahééék, tout comme la proposition de loi concernant l'âge minimum (15 ans) auquel les relations sexuelles peuvent être considérées comme consenties(!!), une loi doit être adoptée pour fixer ce même âge(!) comme seuil minimal pour pouvoir se marier." !!! Yâ harâââm pour les Gamines de ce Bled-pays ! Woû yâ wâïyléééh sur ces "coMMissions".... à la C.N !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 14, le 24 février 2017

  • "Les participants ont décidé de la création, ENCORE!, d'une sous-commission qu'ils ont chargé d'entreprendre des contacts avec les autorités islamiques compétentes en vue de faire passer les termes d'une législation dans le respect! de la Charîäâh ! De la "Charîäâh" ? Léééh, bâllâh ? Ils entendent en outre poursuiiivre, yîîîh, mais bien sûr en coordination avec le ministère de la Justiiice, la question de l'abrogation de l'article 522 du code pénal, qui exempte(!) de toute condamnation un violeur! épousant! sa victime.... ! L'abrogation, proposée par ENCORE! une autre commission, uuuuuuuuuuuuuft!, attend!, bien entendu, d'être votée en séance plénière de la Chambre aux calendes grecques ! Tout en rappelant que la mouture adoptée par cette commission, yâââï, maintient pourtant les effets de l'article 522 dans le cas d'une relation sexuelle consommée avec une mineure de 15 à 18 ans qui l'a « consentie! » et qui accepte de se marier(!)." !!! De qui se moque-t-on, là ? Läâmâh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 55, le 24 février 2017