X

À La Une

Hollande appelle l'Europe à faire bloc face à Trump

Etats-Unis

"En ces temps d'incertitude au niveau mondial, il est essentiel d'avoir une Europe plus forte et plus unie" pour réaffirmer ses "valeurs de démocratie, de liberté et de commerce libre", insiste le Premier ministre portugais Antonio Costa.

 

OLJ/AFP
28/01/2017

Le chef de l'Etat français François Hollande a appelé samedi l'Europe à faire bloc et à opposer une réponse "ferme" à son homologue américain Donald Trump qui s'était réjoui bruyamment du Brexit, "une chose merveilleuse" selon lui.

"Je crois que nous devons lui répondre", avec "fermeté", a martelé M. Hollande en marge d'un sommet de sept pays du sud de l'Union européenne réuni à Lisbonne et à quelques heures de son tout premier entretien téléphonique avec le nouveau locataire de la Maison Blanche.

"En ces temps d'incertitude au niveau mondial, il est essentiel d'avoir une Europe plus forte et plus unie" pour réaffirmer ses "valeurs de démocratie, de liberté et de commerce libre", a insisté l'hôte de la réunion, le Premier ministre portugais Antonio Costa.

Ce "sommet des pays méditerranéens de l'UE", qui a réuni l'Espagne, l'Italie, la Grèce, Chypre et Malte, s'est conclu par une déclaration commune, qui sans mentionner explicitement la nouvelle administration américaine, a appelé à une Union européenne "forte et unie" et à une relance économique sur le continent.

"Lorsqu'il y a des déclarations qui viennent du président des Etats-Unis sur l'Europe et lorsqu'il parle du modèle du Brexit pour d'autres pays, je crois que nous devons lui répondre", a encore lancé François Hollande. Et "quand le président des Etats-Unis évoque le climat pour dire qu'il n'est pas encore convaincu de l'utilité de cet accord, nous devons lui répondre", a-t-il enchaîné.

 

 

(Lire aussi : Trump veut donner la priorité aux réfugiés syriens chrétiens)

 

 

"Epreuve de vérité"
De la même manière, François Hollande a dénoncé les "mesures protectionnistes qui pourraient déstabiliser les économies" et le refus de Donald Trump d'accueillir des réfugiés.

Le président américain avait affiché la veille son enthousiasme pour le Brexit, "une chose merveilleuse", vantant "la relation spéciale" entre Washington et Londres, lors d'une rencontre avec la Première ministre britannique Theresa May.
"L'Europe est devant l'épreuve de vérité, devant l'heure des choix", a répliqué samedi François Hollande.
Seul parmi les sept dirigeants réunis à Lisbonne à évoquer explicitement la nouvelle administration américaine lors de la conférence de presse finale du sommet, il a renchéri: "nous devons mener un dialogue ferme" avec elle.

L'administration Trump, a-t-il enchaîné, doit désormais "faire la démonstration qu'elle veut régler les problèmes" du monde, qu'il s'agisse des crises du Moyen-Orient, de l'Ukraine, du terrorisme, de l'accord de Paris sur le climat ou des questions commerciales. Si, officiellement, le changement radical à Washington ne figurait pas à l'ordre du jour du sommet lisboète, les six autres dirigeants l'ont évoqué à demi-mot.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui accueillera la prochaine réunion des sept à Madrid en avril, a ainsi célébré le "mode de vie" des Européens, porteur selon lui, de "bien-être, de civilisation et de droits humains". "Nous vivons des temps difficiles où réaffirmer les résultats et les valeurs de l'Union européenne a du poids", a plaidé son homologue italien Paolo Gentiloni, estimant toutefois un peu plus tard devant les caméras que l'Europe saura trouver "les meilleures voies pour collaborer" avec l'administration Trump.

 

(Lire aussi : Les USA annoncent un grand « changement » dans les rapports avec l'Onu)

 

 

"Club Med"
Comme lors de la première édition de ce sommet du sud en septembre à Athènes, les sept ont planché aussi samedi sur les moyens de desserrer le carcan budgétaire européen, face à l'orthodoxie allemande, et de favoriser un "partage du fardeau plus juste" en matière d'accueil des réfugiés.

Les Européens risquent d'être confrontés au printemps à un afflux "sans précédent" de migrants sur les côtes italiennes, a averti à la mi-janvier le Premier ministre maltais Joseph Muscat, dont le pays vient de prendre la présidence tournante de l'UE.
Mais l'objectif global des sept était d'accorder les violons avant les sommets européens prévus le 3 février à Malte pour réfléchir à l'avenir de l'UE sans le Royaume-Uni, et le 25 mars dans la capitale italienne pour marquer les 60 ans du Traité fondateur de Rome.

Alors que la droite allemande avait taxé le sommet d'Athènes de réunion du "Club Med" susceptible de semer la discorde en Europe, les pays du sud assurent vouloir lancer des pistes profitant à l'ensemble de l'UE.

Le sommet des pays du sud ne vise pas à créer une nouvelle "organisation" en Europe mais entend agir "au service de toute l'Union européenne", a assuré François Hollande. "Nos pays se réunissent de façon informelle et n'ont pas d'autre objectif que de s'occuper des citoyens de toute l'Union européenne", a abondé Mariano Rajoy.

 

Pour mémoire

En pleine discorde sur le mur, Pena Nieto annule sa visite à Washington

Trump : Le monde est devenu "un foutoir complet"

 

Lire aussi

Trump face au pari risqué des zones de sécurité en Syrie

Vers une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et la Chine ?

Trump loue l'alliance avec Londres et le "merveilleux" Brexit

Trump évasif sur une levée des sanctions contre la Russie, May veut les maintenir

Marche « historique » des opposants américains à l'avortement

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants