X

Moyen Orient et Monde

« L’accord de cessez-le-feu en Syrie est le plus sérieux jamais obtenu »

Trois questions à...

Nicolas Hénin, spécialiste de la Syrie, répond aux questions de « L'Orient-Le Jour ».

30/12/2016

Quels groupes rebelles sont inclus dans l'accord de cessez-le-feu entre le régime et l'opposition, conclu sous l'égide de la Russie et de la Turquie?
Potentiellement tous les groupes rebelles sont inclus dans cet accord de cessez-le-feu, jusqu'à Ahrar al-Cham, sachant qu'inclure ce groupe est déjà un tour de force. C'est potentiellement le groupe le plus radical qu'on puisse espérer voir discuter avec le régime syrien (NDLR : une information confirmée par les Russes, mais démentie par le groupe en question en soirée). Al-Mayadeen, la chaîne de télévision du régime, a changé sa rhétorique et se met à qualifier les « terroristes » d'hier d'« opposition armée ». Un communiqué du Kremlin qualifie notamment Ahrar al-Cham de groupe rebelle modéré. On verra par la suite si le président russe Vladimir Poutine aura les capacités de faire accepter à Bachar el-Assad de dialoguer avec un groupe jihadiste. Les Kurdes sont exclus par essence, car tous les groupes qualifiés de terroristes par les Nations unies sont exclus de cet accord. Les groupes considérés comme terroristes opérant en ce moment en Syrie sont : le groupe État islamique, Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra) côté jihadistes, le PKK et ses filiales côté kurde, et le Hezbollah côté chiite. Donc, si cette logique est respectée, le Hezbollah devrait également être exclu de cet accord. Ils ne sont pas expressément mentionnés, mais les Turcs ont insisté sur le fait que ces quatre groupes soient exclus.


(Lire aussi : La Syrie divisée en zones d’influence russe, turque et iranienne ?)

 

Est-ce que cet accord de cessez-le-feu a des chances d'aboutir ?
C'est probablement l'accord le plus sérieux jamais obtenu, parce qu'il est le résultat d'une pression exercée à la fois militairement, la chute d'Alep ayant été très démobilisatrice pour les rebelles syriens, mais également d'opérations de recrutement, sous l'étendard de ce que les Russes appellent la réconciliation. En fait, ce sont des combattants simplement débauchés à partir de groupes qui pour la plupart travaillaient pour les Américains, afin de les ramener dans le giron du régime.


(Lire aussi : Défigurée par la guerre, Alep se prépare à une reconstruction titanesque)



Quelles vont être les bases des futures négociations, et à quoi pourront-elles aboutir ?
Il y a eu beaucoup de spéculations sur une répartition des zones d'influence entre les trois principaux parrains de cet accord : Moscou, Ankara et Téhéran. Sachant qu'à plus long terme, cet accord devra être élargi. Cet accord a été fait dans la précipitation. L'agenda n'est pas du tout anodin, car Vladimir Poutine est pressé avant que le président américain élu Donald Trump ne prenne ses fonctions, afin d'imposer une sorte de fait accompli. C'est une donnée importante. Même si c'est surtout le président russe et Recep Tayyip Erdogan qui ont pour l'instant dessiné les grandes lignes de cet accord, il faudra, à très court terme, adjoindre les États-Unis, l'Europe, ainsi que les pays arabes, ne serait-ce que parce qu'un soutien politique et financier sera nécessaire pour la suite. Je pense que la priorité maintenant pour Vladimir Poutine est d'obtenir une sorte de grand chelem, et en particulier de se réconcilier avec l'Arabie saoudite.

 

 

Lire aussi

Les leçons d’Alep appellent à la lucidité

La reprise d'Alep, un camouflet pour l'Arabie saoudite et le Qatar

Ankara et Moscou, nouveaux arbitres du conflit syrien ?

Assad, victorieux à Alep-Est par procuration

Après Alep, la nature de la guerre contre le régime pourrait changer

"Je vous parle d'Alep" : Des mois durant, ils ont raconté à L'Orient-Le Jour la descente aux enfers

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Yâââï !
Comme il ressemble ; comme deux gouttes de sang, yîîîh ; aux moult "cessez-le-feu" pompeusement proclamés et jamais respectés tout au long des QUINZE années de la guerre "civile" libanaise !
Khâââï !
Qu'âllâhhh y'ghâmîïïï !

FAKHOURI

Tant mieux si la liste des morts (des innocents) ne fait plus la une des médias.
Poutine profite de la pagaille des pays occidentaux.
Obama se prend le bec avec Trump
Trump veut protéger davantage Israel
L'Angleterre veut montrer son indépendance de l'Europe
l'Europe incapable de faire une union totale et sacrée
L'OTAN ne veut pas d'une armée UE
Israel qui attise les conflits locaux
Les pays arabes font leur danse du ventre
etc ....
Et Erdogan dont le stabilité du pays est précaire, ne peut que suivre lamentablement Poutine
Quant au Hezbollah si les assassinats dont il est accusé ce n'est pas une organisation terroriste,
si le Hezbollah, enfant de l'Iran, n'est pas une milice qui agit comme toutes les milices terroristes en Syrie, alors je ne vois plus clair dans les valeurs humaines
Quant à Aoun il est vraiment dans le KK dans ses relations avec les autres partis chrétiens
Tout a été sur ce sujet
Geagea est dépassé. Il a raté l'occasion de devenir un vrai leader chrétien en s'inclinant devant Aoun et sa clique
Quant à Hariri, apprenti sorcier de la politique comme dans la gestion d'entreprise, il aurait mieux fait de s'allier avec Rifi, une valeur humaine et des qualités politique certaines
Cette article ne fait que soulever tous ces points


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE HEZB N,EST PAS UNE ORGANISATION TERRORISTE. PAR CONTRE C,EST UNE BASE IRANIENNE AU LIBAN QUI DEVRAIT DECLARER SON APPARTENANCE NATIONALE EN LIVRANT SON ARSENAL A L,ARMEE NATIONALE ET EN SE TRANSFORMANT EN PARTI POLITIQUE...

Bery tus

Les groupes considérés comme terroristes opérant en ce moment en Syrie sont : le groupe État islamique, Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra) côté jihadistes, le PKK et ses filiales côté kurde, et le Hezbollah côté chiite.

meme si je ne suis pas d'accords avec le hezb politiquement ... je ne suis pas d'accords qu'on l'accuse de terroriste

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants