Rechercher
Rechercher

Éclairage

La Syrie divisée en zones d’influence russe, turque et iranienne ?

Vladimir Poutine tient à jouer un rôle de premier plan dans une résolution de la crise syrienne. Sputnik/Alexei Druzhinin/Kremlin via Reuters

Le plan pour l'avenir de la Syrie sur lequel réfléchissent la Russie, la Turquie et l'Iran verrait le pays divisé en trois zones d'influence régionale, correspondant à chacun de ces pays.
Avec, à la tête de l'État syrien, toujours Bachar el-Assad. Au moins durant quelques années.
Ce plan, explique-t-on auprès de sources au fait des discussions, n'en est qu'au stade de l'ébauche et requiert l'aval du président Assad, mais aussi de l'opposition et, au-delà de la Syrie, des pays arabes du Golfe et des États-Unis.

Après la reprise par les forces gouvernementales syriennes de la ville d'Alep, la Russie, l'Iran et la Turquie ont formulé une offre de médiation et jeté les bases d'un accord de cessez-le-feu national, lors de consultations à Moscou le 20 décembre. Ce projet doit être discuté dans le cadre d'une conférence de paix qui pourrait avoir lieu à Astana, au Kazakhstan, pays allié de la Russie, à la mi-janvier.

Le scénario que le Kremlin cherche à faire prévaloir verrait Bachar el-Assad rester en place mais muni de pouvoirs réduits, jusqu'à la prochaine élection présidentielle à laquelle il ne serait pas candidat, cédant la place à une personnalité alaouite au profil moins clivant.
L'Iran doit encore être convaincu d'adopter pareil scénario, dit-on, mais un départ d'Assad semble la théorie envisagée. S'y ajouteraient des garanties pour lui-même et sa famille.

 

Un plan Poutine
Personne n'ose croire que le chemin pour aboutir à un pareil accord sera aisé, mais, souligne-t-on, Vladimir Poutine tient à jouer un rôle de premier plan dans une résolution de la crise syrienne.
Manière pour le président russe d'imposer plus encore sa stature de dirigeant international incontournable.
« Ce sera vraiment un gros coup pour eux (les Russes), si cela peut leur permettre de montrer qu'ils sont en pointe pour faire changer les choses dans le monde, explique Tony Brenton, ancien ambassadeur de Grande-Bretagne en Russie. On s'est habitué à ce que ce soit les États-Unis qui assument ce rôle, mais on a oublié que la Russie a, elle aussi, joué à ce niveau. »

Washington ne cache pas son irritation face aux prétentions diplomatiques du Kremlin dans la région. Un responsable de l'administration Obama ironise en privé sur les ambitions d'un pays « dont l'économie n'est guère plus grosse que celle de l'Espagne », avant d'affirmer « ne pas croire que les Turcs et les Russes peuvent y arriver sans nous ».

(Lire aussi : Ankara et Moscou, nouveaux arbitres du conflit syrien ?)

 

Payer la reconstruction
De source gouvernementale russe, on précise que le plan envisagé prévoit d'abord la conclusion d'un cessez-le-feu à l'échelle nationale. S'ensuivraient des négociations auxquelles seraient conviés les pays du Golfe, puis les États-Unis avant, dans un troisième temps, d'y associer l'Union européenne. L'UE et les émirats du Golfe seraient invités à contribuer financièrement à la reconstruction du pays.

Le scénario concocté à Moscou suppose de subtils jeux d'alliances et des arrangements diplomatiques. Ainsi, la Turquie, qui officiellement exige le départ de Bachar el-Assad avant toute solution négociée, serait prête à modérer sa position. « Notre priorité, dit-on de source gouvernementale autorisée à Ankara, ne porte pas sur le départ d'Assad mais sur la défaite du terrorisme. » « Cela ne veut pas dire que nous voulons d'Assad, mais nous sommes parvenus à une sorte de compromis. Quand l'État islamique sera éradiqué, la Russie pourra soutenir la Turquie en Syrie pour en finir avec le PKK », les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan.

Pour Tony Brenton, l'ancien ambassadeur à Moscou, la Russie et la Turquie sont parvenues à s'entendre parce que les Russes avaient besoin des Turcs pour faire sortir les insurgés d'Alep-Est. « Et puis la grande peur qu'ont les Turcs, c'est de voir un Kurdistan autonome apparaître en Syrie », ajoute-t-il.
Les intérêts stratégiques de l'Iran sont plus difficiles à cerner. Toutefois, nombre d'experts de la complexe géopolitique proche-orientale font remarquer que la chute d'Alep permet à Téhéran de disposer d'un axe direct pour alimenter en armes son précieux allié au Liban, le Hezbollah.
Une autre garantie dont Téhéran peut se réjouir est le fait qu'Assad serait remplacé par un autre dirigeant alaouite, les alaouites étant perçus comme proches de l'islam chiite pratiqué en Iran.

Dans les capitales occidentales, notamment à Washington, on doute parfois de la viabilité du plan Poutine. Dennis Ross, ancien diplomate spécialiste de la région qui a servi dans des administrations démocrates et républicaines, n'y croit pas. « Je ne pense pas que cela permettra, après Alep, d'en finir avec la guerre en Syrie, a-t-il dit à Reuters. La présence d'Assad demeure une source de conflit avec l'opposition. »

 

Lire aussi

Les leçons d’Alep appellent à la lucidité

La reprise d'Alep, un camouflet pour l'Arabie saoudite et le Qatar

Alep 2011-2016 : requiem pour une ville

Assad, victorieux à Alep-Est par procuration

Après Alep, la nature de la guerre contre le régime pourrait changer


Le plan pour l'avenir de la Syrie sur lequel réfléchissent la Russie, la Turquie et l'Iran verrait le pays divisé en trois zones d'influence régionale, correspondant à chacun de ces pays.
Avec, à la tête de l'État syrien, toujours Bachar el-Assad. Au moins durant quelques années.
Ce plan, explique-t-on auprès de sources au fait des discussions, n'en est qu'au stade de...

commentaires (5)

Les Syriens, toutes confessions confondues, les sunnites, les chiites, les alaouites, les kurdes, les druzes, les tcherkess, les chrétiens... doivent regretter amèrement le Mandat français !

Honneur et Patrie

19 h 11, le 29 décembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Les Syriens, toutes confessions confondues, les sunnites, les chiites, les alaouites, les kurdes, les druzes, les tcherkess, les chrétiens... doivent regretter amèrement le Mandat français !

    Honneur et Patrie

    19 h 11, le 29 décembre 2016

  • L'Iran n'a pas son mot à dire il faut finir par le comprendre !! Bien qu'il aura une petite mais tres petite zone d'influence

    Bery tus

    15 h 23, le 29 décembre 2016

  • Intelligent Mettre la Syrie sous une espèce de "tutelle/mandat" jusqu'à ce qu'il surgisse une Syrie democratique...espoir ... Ce qui rend un tel projet crédible c'est le trio des "Garants" engagés profondement dans le conflit

    Chammas frederico

    15 h 05, le 29 décembre 2016

  • RUSSE ET TURQUE... CAD OCCIDENTAUX... SEULEMENT, LA OU LES IRANIENS SE TROUVERAIENT LES RUSSES ONT LES PREMIERS ET SEULS LA PAROLE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 34, le 29 décembre 2016

  • Et avec le Hezbolla comme sous fifre. Les chiites du Liban son pris en otage par les Perses, qui n’ont aucun respect pour les Arabes (ni Chiites ni Sunnites, ni les autres…). Ils les utilisent en leur, payant, pour soi-disant détruire Israël... Un missile nucléaire Iranien (s’il existe) détruira Israël et le Liban en « collateral dammage »! Vraiment une mascarade. NB : les Autre ne sont pas mieux (Qatar Arabie, Russie, USA...) Honte à nous.

    Jack Gardner

    14 h 11, le 29 décembre 2016