Rechercher
Rechercher

À La Une - conflit

Erdogan accuse l'Occident de soutenir l'EI en Syrie

Le président turc s'est tout de même montré confiant, assurant que la Turquie a "désormais complètement encerclé le groupe terroriste Daech à Al-Bab".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi l'Occident de ne pas tenir ses promesses en Syrie et d'y soutenir des "groupes terroristes", dont le groupe Etat islamique (EI). Photo d'archives/AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi l'Occident de ne pas tenir ses promesses en Syrie et d'y soutenir des "groupes terroristes", dont le groupe Etat islamique (EI).
"Les forces de la coalition ne tiennent malheureusement pas leurs promesses", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse avec son homologue guinéen, Alpha Condé, en visite à Ankara.

La Turquie est engagée depuis fin août en Syrie, où elle combat notamment l'EI et les milices kurdes qu'elle considère comme "terroristes". Au moins 37 de ses soldats ont été tués depuis le début de cette opération.
L'armée turque et les rebelles syriens qu'elle soutient, tentent depuis plusieurs semaines d'enlever à l'EI son bastion d'Al-Bab, à environ 25 kilomètres au sud de la frontière turque dans la province d'Alep, où les forces d'Ankara ont essuyé la semaine dernière de lourdes pertes.

Le président Erdogan s'est plaint que, plutôt que de soutenir la Turquie, l'Occident préfère venir en appui à l'EI ainsi qu'aux Kurdes du Parti de l'Union démocratique (PYD) et de son bras armé, les Unités de protection du peuple (YPG), soutenus par Washington.
Les Occidentaux "soutiennent tous les groupes terroristes, le YPG, le PYD, mais aussi Daech", a-t-il assuré en utilisant l'acronyme arabe de l'EI. "C'est parfaitement évident", a-t-il affirmé, assurant que la Turquie disposait de preuves en images.

Il avait déjà affirmé que l'Occident soutenait l'EI lors d'un déplacement au Pakistan, en novembre, affirmant à l'époque que l'Occident "se tient actuellement au côté de Daech" et que les armes des jihadistes sont de fabrication occidentale.

Le président Erdogan s'est tout de même montré confiant mardi, assurant que la Turquie a "désormais complètement encerclé le groupe terroriste Daech à Al-Bab". "Oui, nous avons des martyrs (...) mais il n'y a pas de marche arrière possible", a-t-il asséné. Que les forces de la coalition tiennent leurs promesses ou non, "nous poursuivrons notre route avec détermination", a-t-il ajouté.

Le président turc a ajouté que la Turquie et la Russie soutiennent un plan visant à mettre autour de la table les différentes parties du conflit syrien, lors d'une rencontre à Astana, au Kazakhstan. Il a néanmoins précisé que les "groupes terroristes" n'y seraient pas acceptés, mais qu'il aimerait y voir ses partenaires saoudien et qatari.

 

Lire aussi
L'EI dit avoir brûlé deux soldats turcs en Syrie, Ankara bombarde un fief des jihadistes

La reprise d'Alep, un camouflet pour l'Arabie saoudite et le Qatar

Ankara déterminé à combattre l'EI en Syrie malgré de lourdes pertes


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi l'Occident de ne pas tenir ses promesses en Syrie et d'y soutenir des "groupes terroristes", dont le groupe Etat islamique (EI)."Les forces de la coalition ne tiennent malheureusement pas leurs promesses", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse avec son homologue guinéen, Alpha Condé, en visite à Ankara.
La Turquie est...

commentaires (3)

Ce sultan est bien capable de dire n'importe quoi... Plus il fait une accusation grandiose, sans aucun fondement ni logique, mais qu'Importe! À travers ces accusations il se justifie d'acheter du pétrole à bas prix d'on ne sait trop qui...

Hani Andrew Hannouche

21 h 36, le 28 décembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Ce sultan est bien capable de dire n'importe quoi... Plus il fait une accusation grandiose, sans aucun fondement ni logique, mais qu'Importe! À travers ces accusations il se justifie d'acheter du pétrole à bas prix d'on ne sait trop qui...

    Hani Andrew Hannouche

    21 h 36, le 28 décembre 2016

  • IL FAIT RIRE LE SULTANICCO GRAND POURVOYEUR DE L,E.I.... IL SE DECULOTTE DEVANT LES RUSSES UNIQUEMENT POUR NE PAS VOIR DE KURDISTAN A SES FRONTIERES AVEC LA SYRIE ET NON PAR CONVICTION...

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 03, le 28 décembre 2016

  • hahaha petit joueur ... car ils t'ont pas donner ce que tu voulais ..

    Bery tus

    23 h 39, le 27 décembre 2016

Retour en haut